juillet 15, 2024

Vermines – La Tour de la Terreur

De : Sébastien Vaniček

Avec Théo Christine, Sofia Lesaffre, Jérôme Niel, Lisa Nyarko

Année : 2023

Pays : France

Genre : Horreur

Résumé :

Face à une invasion d’araignées, les habitants d’un immeuble vont devoir survivre.

Avis :

Nouveau visage dans le paysage du cinéma français, Sébastien Vaniček commence à réaliser des courts-métrages au début des années 2010. Des courts qui vont gagner plusieurs prix et qui vont le faire remarquer, notamment parce que les histoires que le réalisateur raconte sont loin de ce que le cinéma français a l’habitude de proposer. Travaillant à Disneyland Paris, c’est après son court « Crocs » qu’il décide de démissionner et de se consacrer totalement au cinéma. En 2020, il crée sa maison de production, Lourd Métrage, avec laquelle il va produire et réaliser la web série « Zer« . Aujourd’hui, le réalisateur débarque dans les salles obscures avec un film choc, « Vermines« .

Décidément, cette année 2023, pour le cinéma français, est l’une des plus riches de ces dernières années. Après « La tour« , « Le règne animal« , « Vincent doit mourir« , « Apaches« , « Nos cérémonies« , « Gueules noires« , ou encore « Les trois Mousquetaires » (pour ne citer qu’eux), voici qu’arrive donc « Vermines« , un survival terrifiant où les habitants d’une cité de Noisy Le Grand, dans le 93, doivent faire face à une invasion d’araignées mortelles.

« le premier film de Sébastien Vaniček de se poser comme le film d’horreur de cette année. »

Puissant, terrible, sombre, violent et bourré d’ingéniosité, si on pourra reprocher à « Vermines » de raconter une histoire bien trop grosse dans son invasion, cela n’empêchera pas le premier film de Sébastien Vaniček de se poser comme le film d’horreur de cette année. Franchement, ça faisait très longtemps que je n’avais pas eu autant de frissons d’horreur en salle de cinéma.

Kaleb adore les insectes, alors quand on lui propose un bon prix pour une araignée rare qui vient du Maghreb, le jeune homme ne se pose pas de question et l’achète d’emblée, et la ramène chez lui. Kaleb habite dans l’une des célèbres tours de Noisy Le Grand. Alors que le jeune homme laisse l’insecte dans une boite à chaussure pour lui confectionner un meilleur habitat, l’araignée en question s’échappe, et à partir de ce moment-là, la vie de la cité va basculer dans un cauchemar éveillé, que personne n’aurait pu imaginer.

Qu’il est bon de frissonner dans une salle de cinéma. Étant très loin d’être arachnophobe, je dois bien dire que « Vermines » de Sébastien Vaniček m’a offert quelques bonnes sueurs froides.

« Vermines » est donc un survival pour des habitants coincés dans leur immeuble. Des habitants qui vont devoir faire face à une invasion d’araignées qui ont une tendance à parfaitement s’adapter à leur nouvel environnement. Tenant un scénario qui, lorsqu’on le survole, est assez basique, « Vermines » va être pourtant bien plus intéressant qu’un simple survival face aux bestioles à huit pattes. À travers cette histoire et ses personnages, Sébastien Vaniček aborde tout un tas de sujets, comme les jugements à l’emporte-pièce, l’intolérance, ou encore l’image que renvoient les mecs de banlieue.

«  »Vermines » est un cauchemar éveillé. »

Ici, la vermine, ce sont aussi bien ces araignées qui prolifèrent comme jamais, que ces mecs de banlieue que beaucoup jugent bien trop vite. Avec ce film, Sébastien Vaniček nous propose des personnages qui ont envie de s’en sortir, et qui travaille pour cela. Après, le film ira aussi les deux pieds dans certains clichés, mais face au reste, c’est très peu, et ça ne gâche absolument pas le plaisir de suivre un film comme celui-là.

Du côté des défauts, ou plutôt des invraisemblances du film, il est vrai qu’on peut se poser des questions quant à cette invasion d’araignées qui se développe en l’espace de vingt-quatre heures. De plus, on sera surpris de voir comment les araignées se développent en termes de taille pour s’adapter à leur environnement, et surtout ce qu’elles pourraient considérer comme des prédateurs. Mais bon, face à cela, « Vermines » est un film franchement généreux qui ne cesse de proposer du cinéma, de l’horreur, de la terreur et des instants de tension palpable qui nous suivent une fois sortie de la salle. En début de chronique, je disais que « Vermines » est un cauchemar éveillé et c’est bien vrai.

Vrai pour les personnages qui vont vraiment subir en l’espace d’une heure quarante-cinq de film, mais aussi nous, spectateurs, tant le film peut se faire éprouvant, et tant ces visions d’horreur amènent au sursaut, et plus encore, puisque certaines restent marquées dans nos mémoires. Ce qui est assez dingue avec ce film, c’est qu’en ce qui concerne les araignées en elles-mêmes, le film évite de faire du gore, et il se fait très inventif dans la façon que les bestioles peuvent avoir d’attaquer. Puis avec ça, on va être surpris aussi de par la générosité du film, qui nous offre des araignées en pagaille. Elles sont pratiquement de toutes les scènes et à plus d’une reprise, j’y reviens, mais c’est une vraie vision d’horreur.

« Le film offre des fulgurances assez folles. »

Ce qui renforce cette vision d’horreur, et le mal-être ressenti pendant toute la séance, c’est l’impeccabilité de la mise en scène de Sébastien Vaniček qui ne lâche absolument rien de sa tension. Mieux encore, le film offre des fulgurances assez folles avec des instants où le temps s’arrêterait presque face à l’horreur subie. La scène du couloir vers le parking, la scène à l’arrière d’une voiture, l’ouverture d’une boite, ou encore les hurlements d’un ami, sans que les personnages ne puissent y faire grand-chose.

Bref, malgré ses défauts, « Vermines » est une réussite totale. Sébastien Vaniček, pour son premier film, sait comment nous tenir, et surtout comment nous faire frissonner de bout en bout de film. Aidé d’acteurs impeccables, Théo Christine en tête, tenu par une mise en scène terrible, généreux dans la présence de ces araignées, sachant très bien employer ses effets spéciaux… Franchement, ce survival de banlieue est une bombe, qui risque de hanter un petit bout de temps.

Note : 16,5/20

Par Cinéted

Une réflexion sur « Vermines – La Tour de la Terreur »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.