janvier 27, 2023

Les Jeunes Amants – L’Amour n’a pas d’Age

De : Carine Tardieu

Avec Fanny Ardant, Melvil Poupaud, Cécile de France, Florence Loiret-Caille

Année : 2022

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Shauna, 70 ans, libre et indépendante, a mis sa vie amoureuse de côté. Elle est cependant troublée par la présence de Pierre, cet homme de 45 ans qu’elle avait tout juste croisé, des années plus tôt. Et contre toute attente, Pierre ne voit pas en elle “une femme d’un certain âge”, mais une femme, désirable, qu’il n’a pas peur d’aimer. A ceci près que Pierre est marié et père de famille.

Avis :

Carine Tardieu est une cinéaste française qui ne fait pas grand bruit, et derrière sa discrétion se trouve une femme qui a déjà plus de vingt ans de carrière. Tardieu, c’est une touche-à-tout, réalisatrice certes, elle est aussi scénariste et romancière. Après avoir fait des études de cinéma et travaillé sur différents plateaux de tournage, elle commence à réaliser des courts au début des années 2000 et l’un d’eux sera remarqué par le producteur Christophe Rossignon. En 2007, sortira alors son premier long. Depuis, en toute discrétion et tout en prenant son temps, Carine Tardieu a déjà réalisé quatre films.

« Les jeunes amants » est un film qui devait être réalisé au départ par la réalisatrice islandaise Sólveig Anspach. Cette dernière avait écrit ce scénario qui s’inspire en grande partie d’une histoire qui était arrivée à sa mère quelques années plus tôt. Or, la réalisatrice est emportée prématurément par la récidive d’un cancer et elle s’est éteinte à l’âge de cinquante-quatre ans. Sólveig Anspach avait alors écrit avec Agnès De Sacy, et ce dernier film lui tenait tant à cœur, quelques jours avait de mourir, elle a fait promettre à la scénariste que le film verrait le jour, et qu’il serait réalisé par une femme. Agnès De Sacy a tenu parole et a proposé le projet à Carine Tardieu, qui connaissait bien Sólveig Anspach.

Tardieu a alors repris le projet, elle l’a réécrit, modifié quelques ficelles et au bout du compte, elle livre sûrement l’un des plus beaux films de ce début d’année. Romantique et romanesque, fragile, lumineux, délicat, pudique, et au-delà de ça, tenu par deux jeunes et merveilleux amants. Un grand coup d’amour !

Pierre, la quarantaine, est médecin, marié, père de deux enfants et parfaitement heureux. Pourtant, lors d’un voyage pour le travail en Irlande, il « re-rencontre » Shauna, une septuagénaire qu’il avait déjà rencontré l’espace de quelques instants, quinze ans plus tôt. Cette rencontre bouleverse sa vie, et Pierre devient presque victime de son coup de foudre. Pierre ne voit pas une vieille dame, non, il y voit une femme désirable, élégante et plein de vie, et ça ne lui fait absolument pas peur, vraiment pas peur.

Il y a des films qui, dès les premiers instants passés en leur compagnie, il se passe quelque chose d’unique. Le charme, la délicatesse, l’axe, les acteurs, une rencontre… Bref, quelque chose de fort et surtout de beau se passe et l’on sait dès lors qu’on va passer un très beau moment et ces « … jeunes amants » est de ceux-là. Je peux même dire que cette sensation a commencé dès la découverte de sa bande-annonce. Une bande-annonce pleine de lumière. Cette sensation ne fut pas trompeuse, car le nouveau film de Carine Tardieu m’a alors offert tout ce que j’étais venu chercher et plus encore. Magnifique, magnétique, passionné, douloureux, et dans un sens fou, « Les jeunes amants » nous offre une histoire d’amour superbe, dont il émane d’elle une délicatesse et une pudeur qui amène le film sur les sentiers de l’émotion.

Pourtant, lorsqu’on survole l’intrigue, le nouveau film de Carine Tardieu n’a pas l’air si incroyable que cela, dans le sens où cette histoire d’amour basée sur la différence d’âge, on la connaît et on l’a déjà vu. Oui, mais non en fait, cette histoire d’amour entre un homme d’une quarantaine d’années et une femme de soixante et onze ans résonne vraiment comme neuve et c’est là qu’entre en compte l’écriture de Tardieu et de De Sacy. Les deux femmes ont écrit un scénario qui déjoue tous les pièges et les clichés auxquels cette histoire aurait pu tomber. Et même quand l’intrigue s’approche d’une certaine facilité, elle arrive à proposer quelque chose de beau, d’étonnant et surtout de passionné, ce qui fait qu’on oublie vite la ficelle facile qui a été tirée. Ainsi, on ressent totalement ce coup de foudre, qui est incontrôlable. Ici, on se laisse totalement prendre par les sentiments, la passion, mais aussi les craintes, les peurs et les restrictions que les personnages peuvent ressentir, ce qui peut leur faire poser des barrières.

« Les jeunes amants« , c’est une écriture qui est très riche et ça donne un film qui ne cesse de gagner en puissance, Carine Tardieu faisant là bien plus que raconter un dernier amour, au crépuscule d’une vie. À travers par exemple, tous les personnages secondaires, « Les jeunes amants » parlera énormément des relations. Les relations de couples certes, mais aussi les relations parents/enfants, les relations mère/fille, les relations entre les amis, ce qui peut être pardonnable ou non. Puis il y a cette relation ô combien sublime entre le personnage de Pierre et sa femme (femme qui est tenue par une Cécile de France qui peut très aisément prétendre au César du meilleur second rôle féminin, tant elle est incroyable et bouleversante dans la peau de Jeanne). Cette relation est faite d’amour, de douleur, de lumière, de pardon et surtout d’abnégation, dans les deux sens, pour ces personnages.

Bref, cette histoire est superbe de bout en bout, et l’on se laisse totalement happé par ce qui nous est raconté. Puis si l’on se laisse si facilement prendre, c’est aussi parce que le fond se conjugue parfaitement avec la forme. Carine Tardieu livre là un film qui n’a pas peur d’être romantique. « Les jeunes amants » est un film et une histoire qui plongent les deux pieds en avant dans le romanesque et la flamboyance. Ainsi, au programme, on aura le droit à une « re-rencontre » hors du temps, à des premiers rendez-vous pleins de désir et de barrières qu’il faut faire tomber. On aura le droit à des séparations sous la pluie, à des virées irlandaises pleines de vent, de nuits américaines et de regards qui en disent bien plus que tout dialogue, et puis au-dessus de ça, « Les jeunes amants« , c’est un effet boule de neige, qui emporte tout sur son passage, quitte à tout perdre. La mise en scène de Tardieu est pleine de délicatesse et de pudeur, oscillant entre le drame, le mélo, parfois la comédie, et le tout est toujours tenu par l’émotion et une intimité. Car oui, bien souvent, la réalisatrice nous invite à partager l’intime de ses personnages, mettant très bien en scène leurs craintes, leurs amours, mais aussi leurs moments à eux seuls. Bref, il n’y a qu’un mot, c’est beau.

Et si ce film est aussi beau, c’est aussi grâce à tous ces acteurs merveilleux qui tiennent magnifiquement leurs personnages. Bien sûr, il y a ce couple superbe qu’on n’aurait pas imaginé, Fanny Ardant et Melvil Poupaud. Il y a tellement de passion, de désir, d’envie et de vérité qui s’échappent d’eux. Mais il ne faudrait pas oublier les autres, car Carine Tardieu nous offre tout un tas de personnages passionnants en arrière-fond. Florence Loiret-Caille (fidèle du cinéma de Sólveig Anspach), Cécile de France déjà citée plus haut, Sharif Andoura, Sarah Henochsberg… Tous apportent quelque chose de beau et d’intéressant à l’histoire et au film.

Ce quatrième film pour Carine Tardieu est donc une magnifique romance, qui ose aller jusqu’au bout d’elle-même. Sublime et sublimé par ses acteurs et ses personnages, « Les jeunes amants » est tout simplement vibrant. Vibrant d’émotions, vibrant d’amour et de luminosité qui fait, ou plutôt qui m’a fait, beaucoup de bien. Bref, je crois bien que c’est un grand coup d’amour.

Note : 18/20

Par Cinéted

Une réflexion sur « Les Jeunes Amants – L’Amour n’a pas d’Age »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.