Jeux de Société – Les Extensions – A Quoi ça Sert?

De plus en plus florissent des extensions pour jeux de société dans le commerce. Ce ne sont pas jeux à proprement parler, et sans eux elles ne peuvent servir, pour ainsi dire. Du coup, qu’est-ce qu’on appelle une extension ? Sont-elles toujours utiles ou justifiées ? Illustration par l’exemple.

I) Une extension ?

Par définition, une extension est un ajout à un jeu déjà existant, même si ce terme n’est pas réservé au monde ludique. Mais ledit jeu est alors désigné comme « Stand Alone » (littéralement, qui se tient tout seul, donc qui n’a pas besoin d’autre chose pour fonctionner), alors que l’extension, de par sa nature, ne peut être jouée sans son stand alone. Même si ce n’est pas vrai pour 100% des extensions, dans l’immense majorité des cas, une extension a besoin de son support.

A quoi sert une extension ? Plusieurs choses.

Elle apporte généralement une valeur ajoutée à un jeu, lui permettant de se renouveler. Offrir de nouvelles mécaniques, de nouvelles façons de jouer, de jouer avec plus de personnes (généralement de 4 à 5), voire tout cela à la fois. Elle peut également radicalement modifier l’expérience de jeu, le transformant en quelque chose de différent, parfois pour le mieux, parfois pas.

Parfois une extension est incluse dans le jeu de base, pouvant être utilisée ou non à la guise des joueurs sans avoir besoin d’acheter quelque chose de plus. Parfois l’extension est prévue avant même la sortie officielle du jeu, souvent pour des raisons pécuniaires ou de délais d’édition, et est distribuée dans le commerce ultérieurement, par exemple en fonction de la popularité et du succès du stand alone. Parfois elle consiste simplement en une carte additionnelle, un simple plateau supplémentaire (auquel cas l’on parlera plutôt de « goodie »). Bref, les cas sont nombreux et très variés.

II) Quelques exemples

Au travers de quelques jeux célèbres, étudions un peu divers cas d’utilisations d’extensions. Il est préférable de connaître le jeu de base pour comprendre les implications des diverses extensions. Pour ce faire, je vous invite à vous rediriger vers l’article du jeu. Ces avis sont les miens et peuvent ne pas représenter ces extension à leur juste valeur.

  • 7 Wonders (nombre d’extensions actuellement : 7 et quelques goodies)

            Leaders apporte les cartes Leaders, qui permettent d’ajouter des cartes jouables avec des       sous.

            Cities apporte des cartes noires, représentant les bas-fonds de la ville.

            Babel propose deux modules indépendants : Babel et Grands Projets. Babel propose de            modifier pour tous certaines règles en affectant le jeu, Grands Projets offre la possibilité de    participer à ces projets, ceux le faisant étant récompensés et les autres punis.

            Armada propose une piste d’effets onéreux mais pouvant renverser la partie.

            Wonder Pack consiste en un assortiment de 4 nouvelles merveilles.

           Les packs anniversaires Leaders et Cities sont des cartes additionnelles pour les extensions du même nom.

Avis : Leaders et Cities ajoutent des cartes qui s’intègrent parfaitement au jeu d’origine, sans en changer la teneur. Mais ces cartes apportent un réel intérêt au jeu. Grands Projets est assez intéressant à jouer même s’il complexifie un peu le jeu, tandis que Babel modifie la façon de jouer en alourdissant certaines actions. Armada propose une piste supplémentaire pour chacun des joueurs, qui s’avance lorsqu’il joue certaines cartes en ajoutant un coût. Elle est intéressante à jouer, dans la lignée de Grands Projets.

  • Abyss (nombre d’extensions actuellement : 2 et un goodie)

Kraken propose une nouvelle faction ainsi qu’une nouvelle monnaie, la Nébulis.

Léviathan donne la possibilité d’affronter de féroces créatures, dangereuses mais offrant de grosses récompenses.

Avis : Tandis que Kraken est une excellente extension, restant dans la continuité du jeu de base, Léviathan modifie la façon de jouer en alourdissant le gameplay qui se voulait simple et fluide, en voulant rendre plus utile les monstres marins…

  • Dixit (nombre d’extensions actuellement : 9 et quelques goodies)

Dixit Odyssey permet de jouer à 12 et améliore le système de vote, tout en ajoutant 84 cartes. Elle est également un stand alone.

Les autres extensions ne font qu’ajouter à chaque fois 84 cartes.

Avis : Les extensions de Dixit n’ont pas d’utilité réelle et pratique, à part Dixit Odyssey. Mais l’ajout de cartes permet le renouvellement du jeu avec des dessins toujours plus surprenants et inspirants.

  • Cthulhu wars (nombre d’extensions actuellement : beaucoup)

Avis : Sans entrer dans les détails, Cthulhu Wars possède de très nombreuses extensions, étalées sur 3 saisons. Entre les factions supplémentaires, les cartes du monde alternatives (dont une qui permet de jouer jusqu’à 8), les mini-extensions et grands anciens neutres, les modules ajoutant simplement des décours plus jolis… Mais tout n’est pas disponible dans le commerce en raison d’une distribution surtout par financement participatif. Si la plupart n’ont pas d’utilité réelle (comme les portails en 3D), il faut avouer que pour un jeu de figurines, ajouter du relief a de quoi rendre les parties plus épiques et attrayantes. Les factions supplémentaires sont indispensables si l’on veut dépasser le nombre de joueur maxiumum du jeu de base. A noter que si dans cette dernière il n’y a que 4 factions, la carte de base est déjà prévue pour 5.

  • Dominion (nombre d’extensions actuellement : 10 et quelques goodies)

Avis : Dominion possède un grand nombre d’extensions, dont Intrigue, qui peut servir de Stand Alone. Elles apportent de nombreuses cartes et de nouvelles mécaniques, comme des effets à retardement, une nouvelle monnaie plus difficile à utiliser mais permettant d’acheter des cartes plus fortes, des cartes à points de victoire d’une valeur supérieure… Alors que l’on fait vite le tour du jeu de base, ces ajouts s’avèrent rapidement indispensables et renouvellent énormément l’expérience de jeu, en proposant des parties qui ne se ressemblent plus.

  • Ice Cool (nombre d’extensions actuellement : 1)

Avis : Ice Cool ne possède qu’une seule extension, Ice Cool 2. Mais celle-ci est également un Stand Alone qui se joue à 4. En utilisant les deux boîtes, il devient possible de jouer jusqu’à 8 joueurs et de combiner tous les plateaux pour créer une énorme école. Les possibilités sont très nombreuses. L’extension n’est pas indispensable mais apporte un vent de fraîcheur, et permet surtout de s’amuser à plus de joueurs.

  • Galaxy trucker (nombre d’extensions actuellement : 4 et quelques goodies)

La Grosse Extension permet de jouer à 5 et rajoute un grand nombre de tuiles et de vaisseaux.

Encore une Grosse Extension apporte encore de nouvelles tuiles, et de nouveaux dangers encore plus difficiles à traverser, mais également des spécialistes pour aider les joueurs et une quatrième manche.

Nos Tout Derniers Modèles est seulement constituée de vaisseaux alternatifs dont une Etoile de la Mort.

Missions apporte en physique des missions présentes dans la version jeu vidéo du titre, que les joueurs pourront essayer de remplir.

Avis : Les extensions apportent de nouvelles tuiles pour créer des vaisseaux encore plus loufoques. Ceux-ci sont plus nombreux et permettent de complexifier encore la construction, avec des contraintes spécifiques, de nouveaux dangers à traverser… Mais c’est ce qui rend ce jeu passionnant. L’ajout de toutes ces tuiles peut s’avérer très difficile à appréhender pour les nouveaux joueurs, aussi est-il conseillé de ne leur présenter que le jeu de base. L’écart de niveau entre un débutant et un joueur confirmé est généralement trop grand et les parties trop frustrantes pour qu’ils puissent apprécier tous les ajouts des extensions. En revanche, si l’on veut pouvoir jouer à 5, La Grosse Extension devient indispensable. Quoi qu’il en soit, toutes amènent plus de variété, de plaisir et de n’importe quoi qui rendent ce jeu si amusant à jouer.

Avis : Troc et Breloques permet de jouer à 5 et amène une nouvelle ressource, ainsi qu’une nouvelle mécanique permettant de l’exploiter. De nouvelles tuiles et cartes sont également présentes. Sans dire qu’elle est indispensable (sauf bien sûr pour jouer à 5), elle est très agréable à jouer, s’intègre parfaitement avc le jeu de base, surtout avec son petit plateau qui se pose par dessus le principal. Elle rend un peu plus complexe un jeu réputé facile d’accès dans le genre du placement d’ouvriers.

Nouvelle Lune amène 5 nouveaux personnages et des variantes qui peuvent changer la partie à chaque tour.

Le Village donne aux joueurs un métier en plus de leur rôle et des personnages qui les utilisent.

Personnages, comme son nom l’indique, est composée de nouveaux personnages plus variés les uns que les autres.

Avis : Les extensions Nouvelle Lune et Personnages sont indispensables pour renouveler l’expérience de jeu, en proposant des personnages très populaires, comme l’Infect Père des Loups, le Salvateur ou le Renard. Le Village est assez oubliable et peut trop complexifier les parties, surtout auprès de nouveaux joueurs à qui il faut expliquer chaque rôle.

  • Mysterium (nombre d’extensions actuellement : 2 et quelques goodies)

Hidden Signs apporte simplement de nouvelles cartes Suspect, Lieu et Arme.

Secrets and Lies apporte la même chose mais ajoute des cartes événements.

Avis : Tout comme Dixit, les extensions de Mysterium n’ont pas réellement d’utilité et ne font que renouveler le stock de cartes déjà conséquent. Mais c’est quand même appréciable et permet de continuer de faire fonctionner son imagination avec de nouvelles associations. Secrets and Lies est assez décevante car elle promettait des cartes événements modifiant l’expérience de jeu. Il s’avère que les cartes événement remplacent simplement les cartes armes. De plus, elles sont plus difficiles à faire deviner. De ce fait, l’extension peut se justifier si l’on veut augmenter la difficulté.

Avis : Les extensions de Race For The Galaxy se divisent en 3 arcs, indépendants les uns des autres : le triplé Tempête en Formation + Rebelles contre Imperium + Au Bord de l’Abîme, puis l’arc Artifact Alien, et l’arc Invasion Xeno (composés chacun d’une seule extension). Tandis que le premier arc reste dans la continuité du reste du jeu, apportant surtout de nouvelles planètes et les règles des conquêtes, les autres modifient la façon de jouer en ajoutant par exemple un nouveau plateau, alors que le jeu de base et le premier arc ne sont constitués que de cartes pour l’essentiel. Le point le plus dommageable est le fait que les arcs ne soient pas compatibles… En effet, les arcs 1, 2 et 3 ne peuvent se mélanger. Le premier arc entier est assez varié et intéressant à jouer, sans compter que la variante des conquêtes n’est pas obligatoire.

  • Scythe, module cartes rencontres (nombre d’extensions actuellement : 4 et quelques goodies)

Conquérant du Lointain permet de jouer à 7 contre 5 joueurs avec le jeu de base.

Stratèges des Cieux apporte une nouvelle mécanique avec les vaisseaux volants et modifie les conditions de fin de partie.

Le Réveil de Fenris propose plusieurs modules indépendants et compatibles entre eux, ainsi qu’un mode campagne.

Rencontres est un assortiment de nouvelles cartes Rencontres, comme son nom l’indique.

Avis : Comme pour les précédents jeux, la première extension est indispensable si l’on veut jouer à plus de 5 joueurs (à noter que le plateau de base présente déjà l’emplacement des deux autres factions), surtout que leur gameplay diffère beaucoup des autres. La deuxième renouvelle l’intérêt et modifie le gameplay puisque le but ne sera pas forcément d’obtenir 6 étoiles. Sans compter que les aéronefs ont plusieurs façons de jouer différentes, tirées aléatoirement, qui changent drastiquement la gestion de l’espace et la manière de prendre possession du plateau. Quant à la troisième, elle offre un défi inédit qui s’étale sur plusieurs parties. La dernière est plus anecdotique mais renouvelle le paquet de cartes Rencontres qui a tendance à tourner en rond trop vite.

Avis : Tandis qu’une des extensions ne fait que remplacer les pions blancs du jeu de base par d’autres transparents, les 8 autres représentent l’essence du jeu. Comme chaque scénario ne peut plus être refait une fois achevé, il est nécessaire de renouveler l’intérêt du titre en apportant de nouveaux scénarios. De plus, ils se passent tous à des époques différentes et possèdent des façons uniques de jouer, dans des univers très variés (contemporain avec des zombies, monde alternatif avec de la magie, les années folles, etc). Ces extensions sont donc indispensables pour profiter pleinement du jeu et le perpétuer. Celle qui remplace le matériel n’est là que pour le plaisir des yeux.

Venus Next apporte de nouvelles cartes Projet, des cartes Corporation, mais également un nouveau plateau avec une piste de NT supplémentaire.

Hellas/Elysium est un plateau recto-verso possédant d’autres objectifs et récompenses, ainsi qu’une autre répartition des océans.

Prélude offre de nouvelles cartes Projet, des cartes Corporation, mais surtout les cartes Prélude qui accélèrent les débuts de partie.

Colonies propose de nouvelles cartes Projet, des cartes Corporation, ainsi qu’une mécanique supplémentaire avec les tuiles Colonies.

Avis : Toutes les extensions apportent leur lot de cartes Corporation qui jouent souvent sur la nouvelle mécanique. Elles sont toutes différentes et apportent des façons de jouer très variées. La carte Hellas/Elysium modifie l’expérience de jeu : puisque les objectifs et récompenses sont différents, la manière de penser les différents choix de cartes l’est aussi. Venus offre une nouvelle mécanique, les Flotteurs, reprise dans Colonies, qui elle apporte une mécanique qui rend le jeu un peu plus complexe (Colonies est plutôt déconseillée aux nouveaux joueurs, alors que le reste s’intègre parfaitement même pour un débutant). Toutes sont intéressantes et augmente l’espérance de vie d’un jeu à la rejouabilité déjà conséquente.

III) Pour conclure

Les extensions sont devenues indissociables du paysage ludique. Elles prennent des formes très diverses mais sont toujours là pour une chose : rendre le jeu encore meilleur qu’il ne l’est. Avec plus ou moins de succès cependant. Une grande majorité des jeux possède une ou plusieurs extensions, et la plupart du temps il est dommage de se priver d’une expérience nouvelle pour un jeu que l’on apprécie.

Par Flippy Who

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net