juin 21, 2024

Bonne Conduite

De : Jonathan Barré

Avec Laure Calamy, Tchéky Karyo, David Marsais, Grégoire Ludig

Année : 2023

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Pauline a une méthode bien à elle pour faire de la prévention routière : formatrice dans un centre de récupération de points le jour, elle se transforme en serial killeuse de chauffards la nuit.

Avis :

Parmi les nouveaux réalisateurs français, il y a un pour qui j’ai une affection particulière, Jonathan Barré. Le metteur en scène débute sur YouTube avec l’un des duos d’humoristes les plus tordants qui soit, le Palmashow. Fidèle à ses potes, lorsqu’il passe au long-métrage, c’est évidemment avec eux qu’il le fait, et ça donne le tordant « La folle histoire de Max et Léon« , comédie pastiche autour de la Seconde Guerre mondiale. Après ce premier film réussi, il aura fallu attendre six ans avant de revoir un film de Jonathan Barré. Toujours en compagnie de ses deux potes, le réalisateur réalise « Les vedettes« , comédie autour des jeux télévisés, et même si le film ne sera pas aussi fort que « … Max et Léon« , ces « … vedettes » est pas mal du tout, offrant de bons moments de rigolade.

On dit souvent que le plus dur en début de carrière, c’est le troisième film, et c’est avec plaisir qu »il passe aisément ce cap, rattrapant même au passage le petit coup de mou qu’il avait eu avec « Les vedettes« .

«  »Bonne conduite » est un film pour le moins étonnant, car c’est un film plus complexe qu’il en a l’air. »

Pour son nouveau film, Jonathan Barré revient donc avec « Bonne conduite« , un film pour le moins étonnant, car c’est un film plus complexe qu’il en a l’air. Mélangeant les genres, posant un film qui est aussi bien un thriller qu’une comédie ou encore un film d’enquête et un drame sur le deuil, « Bonne conduite » étonne, amuse et surtout, même si au niveau de son enquête, il peut avoir un petit coup de mou, il arrive à nous tenir de bout en bout de film, avec sourire et intrigue.

Pauline est formatrice pour des stages de récupération de points. Pauline a perdu son compagnon dans un accident de voiture voilà quelques années, et elle a décidé pour se soigner d’aider les autres… Enfin aider, ce qu’elle peut aider, car tout le monde, selon elle, ne peut être aidé. Pendant ces stages, ceux qui montrent qu’ils n’en ont pas grand-chose à faire, et qu’ils sont là uniquement pour récupérer des points, Pauline a une façon bien à elle de faire de la prévention routière, puisque la nuit tombée, au volant de sa Subaru Impreza, elle bute chauffard après chauffard…

Quel petit kiffe que ce film. « Bonne conduite » est un film que j’attendais avec une certaine impatience, car l’idée en elle-même me plaisait et derrière ça, je suis toujours partant pour voir le Palmashow à l’œuvre, et je dois dire que cette troisième réalisation de Jonathan Barré m’a bien étonnée, se posant comme une bonne série B, qui mélange les genres et surtout, qui réussit parfaitement son côté sombre. Lorsqu’on connaît un peu l’univers de Jonathan Barré, « Bonne conduite » est un film qui surprend dès ses premières minutes de par la noirceur qu’il dégage.

« Jonathan Barré réussit bien plus le côté thriller de son film. »

« Bonne conduite » est le premier film que Jonathan Barré écrit sans la compagnie de David Marsais et Grégoire Ludig et ça se voit, car en plus d’être très intéressant, « Bonne conduite » se pose comme une vraie prise de risque pour le metteur en scène, qui se lance en partie dans un film de genre. Oui, je dis en partie, car « Bonne conduite » tient aussi de la comédie qui ressemble typiquement à la comédie du Palmashow. Le mélange de ces deux genres est bon, même s’il faut dire que pour le coup, Jonathan Barré réussit bien plus le côté thriller de son film. Les pans comiques demeurent drôles et amusants, mais c’est vrai qu’ils ne vont pas avoir autant de cachet que tout le côté thriller et le côté tueur en série, car le scénario suit une tueuse en série qui a décidé de supprimer tous les chauffards qui croisent sa route.

De ce côté-là, le film a ses petites faiblesses, comme le fait que son enquête (et le côté Palmashow) piétine un peu à un moment donné, mais derrière ça, le film se rattrape très bien en explorant les motivations de sa tueuse, avec ce deuil insurmontable qui l’a fait basculer dans la folie. De plus, le film a une idée assez géniale, lors de sa deuxième exécution ratée, qui amènera autant de suspens que d’intérêt et de délire (une scène de livraison est à se bidonner).

Pour incarner cette tueuse en série et toutes les facettes qui vont avec, Jonathan Barré a choisi Laure Calamy et quelle merveilleuse idée, puisque l’actrice assure de bout en bout de film, tenant un rôle plus complexe qu’il n’en a l’air. Face à elle, le duo du Palamshow est égal à lui-même et nous réserve de bonnes punchlines. Puis il faut aussi mentionner Tchéky Karyo qui cabotine à fond, ou encore quelques guests, dont un Alex Ramires dont je ne suis pas prêt de me remettre tant il m’a fait rire.

«  »Bonne conduite » a de la tronche, et assure aussi bien dans ses scènes d’action que dans son côté thriller. »

« Bonne conduite » est aussi un film ambitieux, et ça se ressent dès sa scène d’ouverture, qui est aussi étonnante dans son ton qu’impressionnante dans sa maîtrise, son montage et l’univers qu’elle renvoie. Film complexe qui navigue entre les genres, Jonathan Barré n’a pas fait dans la facilité, et ce genre de cinéma fait franchement du bien. Alors, c’est vrai que tout n’est pas parfait, l’humour, parfois, résonne comme en trop, et l’enquête en milieu de film peut avoir un petit ventre mou, mais sur l’ensemble, « Bonne conduite » a de la tronche, et assure aussi bien dans ses scènes d’action que dans son côté thriller, ou encore dans ses émotions, car le film, au point de départ, derrière tous les genres, est un drame autour d’un deuil impossible. Un drame qui est nourri d’une vengeance, qui emmènera vers une scène étonnamment touchante. Puis du côté de sa mise en scène, il faut aussi mentionner le travail incroyable de Charles Ludig, qui livre là l’une des meilleures BO de l’année. Une BO indissociable de son film.

Bref, ce troisième film pour Jonathan Barré est une belle réussite. Naviguant avec aisance entre les genres, tenant aussi bien du thriller que de la comédie, du drame, du film d’action, du film policier, et même du pastiche, « Bonne conduite » pose Jonathan Barré comme un excellent réalisateur sur lequel on peut compter pour nous amuser et nous surprendre. Et désormais, j’ai envie de dire, à titre personnel, vivement le prochain Jonathan Barré.

Note : 14,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.