février 7, 2023

Divertimento – L’Orchestre du 93

De : Marie-Castille Mention-Schaar

Avec Oulaya Amamra, Lina El Arabi, Niels Arestrup, Zinedine Soualem

Année : 2023

Pays : France

Genre : Drame, Biopic

Résumé :

À 17 ans, Zahia Ziouani rêve de devenir cheffe d’orchestre. Sa sœur jumelle, Fettouma, violoncelliste professionnelle. Bercées depuis leur plus tendre enfance par la musique symphonique classique, elles souhaitent à leur tour la rendre accessible à tous et dans tous les territoires. Alors comment peut-on accomplir ces rêves si ambitieux en 1995 quand on est une femme, d’origine algérienne et qu’on vient de Seine-Saint-Denis ? Avec détermination, passion, courage et surtout le projet incroyable de créer leur propre orchestre : Divertimento.

Avis :

Parmi les nouveaux visages du cinéma français, en un peu plus de dix ans maintenant, Marie-Castille Mention-Schaar a su se faire une place. Débutant en 2011 avec « Ma première fois« , une petite comédie romantique quelconque, la réalisatrice, dès 2015, s’impose d’abord avec « Les héritiers« , excellent film qui suit une classe du lycée de Créteil, puis deux ans plus tard, elle pose son meilleur film, « Le ciel attendra« , un long-métrage qui suit plusieurs personnages dont certains iront trop loin. Réalisatrice avec de l’audace, après l’échec cuisant de « La fête des mères« , Marie-Castille Mention-Schaar revient en 2021 avec « A Good Man« , un film dont le sujet est brûlant, car elle y parle de transidentité et de parentalité.

Devenue inarrêtable (si l’on peut dire), Marie-Castille Mention-Schaar revient avec son septième film, « Divertimento« . S’inspirant comme toujours ou presque d’une histoire vraie, cette fois-ci, c’est dans le monde de la musique classique que la réalisatrice française nous emmène pour y suivre le parcours de deux sœurs venues de la banlieue nord de Paris, et qui se rêvent violoncelliste pour l’une et pour l’autre chef d’orchestre.

« si « Divertimento » ne se pose comme le meilleur film de sa réalisatrice, il demeure toutefois un bon moment de cinéma. »

Beau, même si le film est très classique, voire même très académique, émouvant, intéressant dans ce qu’il raconte que ce soit lorsqu’il aborde la musique ou la banlieue, ou encore le travail, tenu par deux actrices qui ont bossé dur pour entrer dans la peau de leur personnage, si « Divertimento » ne se pose comme le meilleur film de sa réalisatrice, il demeure toutefois un bon moment de cinéma.

Elles ont toutes les deux dix-sept ans. Elles sont sœurs jumelles, et aujourd’hui, Zahia et Fettouma entrent au prestigieux lycée Racine de Paris. Fettouma veut être violoncelliste, quant à Zahia, elle veut être chef d’orchestre. Le lycée Racine n’accepte qu’une poignée d’élèves par an et autant le dire immédiatement, Zahia et Fettouma ne sont pas le genre « d’élèves » que le lycée a l’habitude d’avoir. Les deux sœurs ont du talent, elles sont déterminées, et pour arriver là où elles souhaitent, et faire de la musique leur métier, elles vont devoir travailler bien plus que les autres.

« Divertimento » est le premier film où l’on est venu chercher Marie-Castille Mention-Schaar. La réalisatrice, qui a toujours choisi les sujets de ses films jusqu’à maintenant, s’est vue proposer ce film, et à la découverte de cette histoire (que je ne connaissais pas), il est clair que « Divertimento » est une intrigue qui respire le cinéma de Marie-Castille Mention-Schaar. Ici, il y a tout ce qui fait son cinéma et la réalisatrice s’est très bien emparée de cette dernière pour livrer un beau film positif, même s’il démontre et dénonce certaines choses.

«  »Divertimento » est un film qui aborde différentes classes de population. »

Avec ce film, Marie-Castille Mention-Schaar aborde beaucoup de sujets. « Divertimento » est un film qui parle aussi bien des banlieues dans les années 90, que de la musique, et surtout la rigueur dont il faut faire preuve pour arriver à vivre de sa passion. « Divertimento » est un film qui aborde différentes classes de population, c’est un film qui parle aussi de l’élitisme de la musique classique, et là, on ne parle pas de l’élitisme auquel on pense instinctivement. Non, ici, la musique classique fait le tri et elle garde les meilleurs et ça, qu’importe d’où ils viennent. Derrière ça, lorsque le film s’aventure du côté des parents, la réalisatrice parle de l’assimilation, et évidemment des immigrés de la banlieue nord de Paris.

Puis avec toutes les envies de ces deux personnages, « Divertimento » aborde la vie culturelle d’une ville, et comment de petites associations peuvent apporter énormément aux familles. Puis enfin, dernier sujet à être abordé, c’est bien entendu le fait de vouloir devenir chef d’orchestre, ce métier d’homme où très peu de femmes arrivent à s’imposer, car bien souvent, l’enseignement a tendance à tuer les ambitions dans l’œuf, et ici, c’est très bien retranscrit, notamment avec le personnage incarné par Niels Arestrup, qui incarne Maestro Sergui Celibidache, un homme caractériel, plein de préjugés et qui en même temps, laisse place au talent qu’il repère. Ayant travaillé auprès des véritables Zahia et Fettouma Ziouani, Marie-Castille Mention-Schaar, au sein de cette histoire, nous entraîne avec intérêt, divertissement, parfois même avec comédie, et au bout du compte, c’est l’émotion qui primera.

« Des petits gestes maladroits, ou peu assurés, petit à petit la réalisatrice impose ses personnages et les entraîne vers de très beaux moments de cinéma. »

Du côté de sa réalisation, « Divertimento« , même s’il tient une forme classique, se pose aussi comme un film intéressant, qui tient de très beaux moments. La réalisatrice se pose comme la chef d’orchestre, et dirige bien tout ce petit monde. Il y a beaucoup d’élégance dans ce film, et même si parfois, on pourrait dire que c’est facile, ou prévisible, le fait est que ça fonctionne et qu’on se laisse entraîner. Au sein de sa mise en scène, on sent que Marie-Castille Mention-Schaar a voulu laisser une grande place à l’évolution de ses personnages. Des petits gestes maladroits, ou peu assurés, petit à petit la réalisatrice impose ses personnages et les entraîne vers de très beaux moments de cinéma.

« Divertimento » est aussi un film qui laisse une grande place à la musique, avec une BO interprétée par les personnages, qui oscille entre des classiques qu’on connaît tous et d’autres morceaux qui sont des plaisirs de découverte. Une musique que la réalisatrice a tenu à imposer aussi d’une autre manière, notamment lorsque le personnage de Zahia, déambulant dans les rues de la capitale ou de la banlieue, se laisse envahir pour des sons de tous les jours, pour en tirer des notes intérieurement.

Pour un souci de véracité à l’écran, la réalisatrice a demandé Oulaya Amamra et Lina El Arabi, ses deux actrices, de s’entraîner et d’être coachées pendant des mois avant le tournage, car pour elle, il était hors de question qu’elles soient doublées et le résultat est là, car on fait bien plus qu’y croire ici, on est totalement transporté et les deux jeunes femmes sont merveilleuses.

«  »Divertimento » se pose comme une belle réussite. »

Enfin, dernier bel élément de cette mise en scène, c’est la superbe photographie pleine de nuances et de chaleur signée Naomi Amarger. La jeune actrice de vingt-quatre ans, qui avait été révélée par la réalisatrice avec « Les héritiers« , et surtout « Le ciel attendra« , après s’être fait la main sur quelques courts, tient son premier long en tant que chef op et c’est très beau.

« Divertimento » se pose comme une belle réussite pour Marie-Castille Mention-Schaar qui décidément démontre bien qu’elle est une cinéaste sur laquelle on peut compter. Si le film est assez classique dans sa forme, son fond et ce qu’il raconte est aussi intéressant que touchant. Peignant les portraits de deux jeunes femmes pleines de talent et d’ambition, peignant un portrait de la musique, et tout ce qu’elle peut demander comme effort et persévérance, au bout du compte, ce septième film pour la metteuse en scène française mérite vraiment qu’on aille le découvrir en salle, car le spectacle et les émotions, en plus de la culture, sont au rendez-vous.

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.