mai 25, 2024

Dans les Angles Morts

Titre Original : Things Heard and Seen

De : Shari Springer Berman et Robert Pulcini

Avec Amanda Seyfried, James Norton, Ana Sophia Heger, Alex Neustaedter

Année : 2021

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur, Thriller

Résumé :

Un couple de Manhattan s’installe dans un hameau historique de la vallée de l’Hudson. Ils vont bientôt découvrir l’histoire sombre qui a eu lieu dans leur nouvelle maison et qui fait étrangement écho à celle qu’ils sont en train de vivre…

Avis :

D’un avis commun, les films Netflix, hormis de rares exceptions, sont vite oubliables. Il faut dire qu’ils remplissent un cahier des charges bien trop présent obligeant à un certain formatage. Alors, bien évidemment, quand on voit un film estampillé Netflix, on a toujours un peu peur, et ce sentiment que l’on va passer un moment banal reste encré en nous. Ce fut le cas pour ce thriller horrifique qui réponde au doux nom de Dans les Angles Morts. Tiré du roman d’Elizabeth Brundage, on va avoir droit ici à un couple qui va aménager dans une maison hantée et qui va reproduire, sans trop le vouloir, la même tragédie qu’avec les précédents habitants. Sans surprise, long pour ce qu’il raconte, le principal défaut de ce film est de ne rien faire de son côté fantastique, qui ne sera qu’un petit truc en plus.

Dés le départ, le film nous place dans le contexte temporel, à savoir l’hiver 1980. On y voit un père de famille qui rentre chez lui, qui découvre du sang sur la plancher et qui décide de se sauver avec sa fille. Jouant la carte du flashforward, on se demande bien ce qui a pu se passer dans cette baraque. On revient alors quelques mois plus tôt, on l’on nous présente une famille dysfonctionnelle, entre une mère anorexique qui se fait vomir et un père égoïste qui ne parle que de sa réussite, pour se faire mousser auprès de ses amis et de ses parents. D’emblée, les deux réalisateurs posent les bases de leur récit, à savoir un couple qui ne s’entend pas forcément bien, et dont le déménagement (et le sacrifice de la femme qui est citadine) va causer la perte.

« Dans un film d’horreur, il faut créer de l’empathie avec les personnages, et là, ce ne sera pas le cas. »

Le problème, c’est que globalement, on va se foutre royalement de cette nana, mais aussi de son mari. On le répète assez souvent, mais pour faire peur dans un film d’horreur, il faut créer de l’empathie avec les personnages, et là, ce ne sera pas le cas. Outre le côté névrosé de la femme qui va voir des fantômes, on va surtout comprendre qu’elle n’est pas bien dans sa peau, dans son couple, et qu’au lieu de se battre, elle va subir. Une soumission qui aurait pu être un symbole de révolte, mais qui va plonger dans les affres de la femme pénible, qui décide de coucher avec le premier venu, à savoir un jeunot dont les parents habitaient la baraque avant.

Du côté du mari, ce sera encore pire, puisque nous avons droit à un connard de premier ordre, qui baise avec ses étudiantes, trompe son monde, et va même devenir un meurtrier pour couvrir ses mensonges. Comment ressentir une quelconque émotion pour un tel type ? Du coup, on s fiche un peu de ce qui arrive à ces deux personnes, qui vont se déchirer, et reproduire les faits et gestes des fantômes qui habitent l’endroit. Mais là aussi, ce sera un beau bordel. Il faut dire que le film veut jouer sur la corde de l’épouvante avec des ectoplasmes, mais cela ne reste qu’un état de fait qui n’apporte rien à l’histoire. On pourrait aisément supprimer tous les passages fantastiques que cela ne changerait rien à l’intrigue. Il y a un vrai problème de gestion là-dessus, et même les effets de peur ne comptent pas vraiment sur les fantômes.

« C’est assez triste de voir que tout ce petit monde s’agite pour ne rien raconter. »

Dans les Angles Morts joue surtout sur la déliquescence du couple et la folie progressive qui touche les deux personnages. Ils ne sont pas aidés par leur entourage, qui vont être des pions que l’on déplace à volonté. Le doyen de l’université reste un protagoniste sympathique, mais il va entretenir la femme du couple dans la croyance d’un fantôme. Le couple d’amis est anecdotique, si ce n’est qu’ils seront la cible de brimade de la part du mari. Et au niveau des étudiants, on ne verra que deux fois une Natalia Dyer (Stranger Things) qui surjoue toutes les émotions, comme à son habitude. C’est assez triste de voir que tout ce petit monde s’agite pour ne rien raconter, ou tout du moins ne servir à rien, si ce n’est de chair à canon sur la fin du métrage.

Du coup, il ne reste pas grand-chose pour sauver le film du couple Shari Springer Berman et Robert Pulcini. On pourrait peut-être se réjouir de la performance de Amanda Seyfried, qui arrive à être en équilibre précaire, alors que son personnage est très pénible. On pourra aussi se réjouir de la mise en scène, qui arrive à être propre et sobre. Mais quand on veut faire de l’horreur, il faut aller plus loin, et le manque d’ambiance se fait ressentir, tout comme les effets spéciaux au rabais. Reste alors la volonté de faire une fin onirique, bourrée de métaphores autour des œuvres du mari, qui peint à ses heures perdues. Mais cela est tellement tiré par les cheveux et arrive comme un cheveu sur la soupe, que l’on ne comprendra pas grand-chose, si ce n’est la lente dérive d’un type qui perd pied.

Au final, Dans les Angles Morts est un film d’horreur relativement pénible et mou. Plus de deux heures pour ce qu’il raconte, ça ne sert vraiment à rien. Portrait d’un couple qui se déchire avec des fantômes au milieu, le couple de réalisateurs n’arrive pas à gérer les deux aspects, et préfère plonger dans un drame fantastique lénifiant, plutôt que dans la légende folklorique et chrétienne. On reste alors dans l’attente que le film démarre, ce qui n’adviendra jamais, nous plongeant dans un état léthargique, proche de la sieste réparatrice…

Note : 06/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.