août 10, 2022

Thor – Love and Thunder – On Nous Fait du Thor

De : Taika Waititi

Avec Chris Hemsworth, Natalie Portman, Christian Bale, Tessa Thompson

Année : 2022

Pays : Etats-Unis

Genre : Super-Héros

Résumé :

Alors que Thor est en pleine introspection et en quête de sérénité, sa retraite est interrompue par un tueur galactique connu sous le nom de Gorr, qui s’est donné pour mission d’exterminer tous les dieux. Pour affronter cette menace, Thor demande l’aide de Valkyrie, de Korg et de son ex-petite amie Jane Foster, qui, à sa grande surprise, manie inexplicablement son puissant marteau, le Mjolnir. Ensemble, ils se lancent dans une dangereuse aventure cosmique pour comprendre les motivations qui poussent Gorr à la vengeance et l’arrêter avant qu’il ne soit trop tard.

Avis :

Après Thor : Ragnarok sorti en 2017, le réalisateur Taika Waititi est de retour à la mise en scène d’un opus du Marvel Cinematic Universe (MCU) avec Thor : Love and Thunder. Un épisode particulièrement attendu puisqu’il ramène Jane Foster, toujours incarnée par Natalie Portman, sur le devant de la scène. Ce quatrième film est également l’occasion de présenter un nouveau super-vilain de taille : Gorr. Campé par Christian Bale, c’est un antagoniste emblématique de l’univers de Thor. Thor : Love and Thunder est une adaptation partielle des comics de Jason Aaron dans lesquels Thor perd ses pouvoirs pour devenir Odinson tandis que Jane Foster devient la nouvelle détentrice de Mjolnir et donc la nouvelle déesse du tonnerre. Seul problème, elle est atteinte d’un cancer en phase terminale et chacune de ses transformations en Thor l’affaiblit un peu plus.

Thor : Love and Thunder – mauvais choix de réalisateur

Taika Waititi avait réussi à séduire les spectateurs grâce à Thor : Ragnarok. La cinéaste a modernisé le mythe du dieu asgardien, lui a effacé son sérieux rébarbatif pour proposer une comédie rafraichissante, où le dieu du tonnerre prenait une toute nouvelle identité, plus pop, plus drôle et plus décalée. Et il faut souligner que Thor : Ragnarok est une pure réussite. Forcément, Thor : Love and Thunder était attendu au tournant, et il y avait une certaine forme d’excitation concernant le retour de Waititi derrière la caméra. Malheureusement pour les fans des comics de Jason Aaron, Taika Waititi ne rend pas hommage au matériel de base.

Si son aspect comique et décalé fonctionnait à la perfection dans Thor : Ragnarok, les comics de Jason Aaron méritaient une approche plus sombre, plus sérieuse et surtout plus dramatique. C’est un arc dans lequel les enjeux sont impactants, profonds. C’est un arc qui traite de la perte des pouvoirs de Thor, du cancer de Jane Foster et qui présente un super-vilain d’une froideur glaçante. Bref, c’est un arc qui méritait une dramaturgie que Taika Waititi n’insuffle jamais. Et c’est la première grosse déception du film.

Un film écrit par un enfant de quatre ans

Ainsi, plutôt que de proposer une approche épique et dramatique de son œuvre, Waititi rejoue à fond la corde de Thor : Ragnarok. Love and Thunder est une comédie lourdingue, où les vannes (plus ou moins réussies) fusent dans tous les sens. Thor : Love and Thunder est tellement stupide (et c’est assumé) qu’il pourrait être écrit par un gamin de 4 ans. Littéralement. Tout est caricatural, tout est survolé, rien n’a d’impact, rien n’a d’importance. Avec une approche décomplexée comme celle-ci, voire totalement « je m’en foutiste », c’est difficile de s’attacher aux protagonistes, et surtout, c’est difficile d’imposer un quelconque suspense.

Taika Waititi en fait des caisses, propose de l’humour bas de gamme, où Thor n’est qu’un adolescent borné. En fait, globalement, c’est une approche ultra simpliste. Taika Waititi ne retrouve pas la dynamique qui animait Ragnarok. Les personnages secondaires étaient plus intéressants, et la dynamique entre Hulk, Loki et Thor avait quelque chose de savoureux. Ici, seul le retour de Jane Foster offre une véritable intrigue au personnage : comment gérer ses émotions, comment accepter ce remplacement, etc… Mais c’est rapidement limité.

Visuellement très pauvre

Tout va trop vite dans ce Thor : Love and Thunder. Taika Waititi ne prend le temps de rien. A l’image de cette séquence d’introduction où Thor combat aux côtés des Gardiens de la Galaxie. Ces derniers ne font office que de caméo, et sont là simplement pour donner une suite logique à Avengers : Endgame. Mais jamais cette équipe n’est utilisée à bon escient, voire utilisée tout court. Ils ne sont que des figures floues et lointaines, que des outils mal caractérisés, qui n’apportent absolument rien au récit. Et même le fan service est faiblard. Thor : Love and Thunder passe à 100 à l’heure mais ne raconte rien. Et paradoxalement, le spectateur finit par s’ennuyer…

Visuellement, c’est également très pauvre. Les séquences d’action sont illisibles. A l’image de cette attaque de New Asgard qui avait quelque chose d’intrigant à travers ces ombres menaçantes presque « Carpenteriennes ». Mais l’effet tombe à plat. En ressort un affrontement laid, sombre où rien ne se dégage. Il en va de même avec le combat sur la planète de Gorr. Si Taika Waititi propose un effet visuel en noir et blanc intéressant, l’effet est purement gratuit, et n’est jamais réellement mis en valeur.

Un film mécanique

En fait, le gros souci de Thor : Love and Thunder, c’est que c’est un opus terriblement mécanique. L’œuvre manque d’âme, et se présente comme une succession de séquences sans réelles transitions entre elles. Le scénario est cousu de fil blanc et le spectateur est baladé d’un point A à un point B en passant par un point C, sans réelle vision globale du récit. En fait, ça donne une désagréable sensation de superficialité. Thor doit aller à tel endroit pour récupérer une arme, Thor doit aller rencontrer telle personne pour avoir une information, Thor va sur telle planète pour combattre Gorr. Tout est ultra mécanique. Thor : Love and Thunder est un jeu vidéo mal déguisé, une succession de missions, de quêtes annexes, sans transitions. Même la séquence post-générique est téléphonée, attendue et mécanique.

Et finalement, à part la scène où Thor affronte Zeus, qui a le mérite d’être divertissante (mais qui aurait pu gagner en impact en présentant plus de dieux), Thor : Love and Thunder est un opus du MCU qui se place dans le bas du panier (le très bas). C’est une énorme déception pour les fans de Taika Waititi, qui pousse à l’excès son style « je m’en foutiste » pour le pire. Une fois de plus, l’univers Marvel ne prend pas au sérieux son matériau de base, et par conséquent ses fans, qui commencent à en avoir un peu marre qu’on les prenne pour des cons.

Note : 09/20

Par Aubin

Une réflexion sur « Thor – Love and Thunder – On Nous Fait du Thor »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.