septembre 27, 2022

Week-End Family Saison 1

D’Après une Idée de : Baptiste Filleul

Avec Eric Judor, Daphnée Coté-Hallé, Liona Bordonaro, Midie Dreyfus, Roxane Barazzuol

Pays : France

Nombre d’Episodes : 8

Genre : Comédie

Résumé :

Fred est le père d’une tribu « super recomposée » drôle et irrésistible. Eternel blagueur, il gère comme il peut Clara 15 ans, Victoire 12 ans et Romy 9 ans dont il a la garde le week-end uniquement. Même si elles l’adorent les mères de ses filles, Laurence, Marie-Ange et Helena ont toutes eu une bonne raison de le quitter. Elles ne sont jamais bien loin comme son meilleur pote Yass … Lorsque Fred tombe follement amoureux d’Emmanuelle, une québécoise de passage à Paris qui termine son doctorat en psychologie de l’enfant, une nouvelle étape de sa vie commence. Emmanuelle, pas toujours aidée par les conseils de son amie Cora, devra s’éloigner des livres et de la théorie pour gérer tous les week-ends sa nouvelle famille… ex de Fred incluses !

Avis :

Les séries françaises sont souvent cantonnées, dans l’opinion publique, à des drames et des policiers que l’on voit les soirs de semaine sur les chaînes de télévision. Pourtant, si on creuse un petit peu, on trouve de superbes séries françaises qui essayent de tirer leur épingle du jeu en fonçant tête baissée dans le fantastique, ou dans un côté comique assez rafraîchissant. On peut évoquer le succès incroyable de Dix Pour Cent, ou encore des essais pas toujours concluants mais à souligner pour La Révolution ou encore Moloch. Bref, on a aussi une richesse dans les séries, qui essayent de s’éloigner d’un carcan télévisuel. Week-End Family va lorgner du côté du feel good movie en plusieurs épisodes, au sein d’un famille recomposée un peu bordélique. Sans jamais atteindre des sommets de comédie, ni nous surprendre dans la mise en scène, cette production Disney+ nous fait pourtant passer un bon moment.

Tous les week-ends du monde

Le principe même de la série est assez simple. On va suivre une famille recomposée tous les week-ends, mettant en avant des sujets intéressants autour des fratries, des amours de jeunesse, mai aussi des rapports entre ex-femmes et nouvelle compagne. Ainsi, on va suivre Fred, un ostéopathe heureux papa de trois filles de trois mères différentes. Il va rencontrer Emmanuelle, une jeune québécoise dont il va tomber éperdument amoureux. En acceptant de venir vivre chez lui, elle accepte aussi les trois filles et va devoir s’imposer dans un cadre familial exceptionnel. C’est à partir de là que Week-End Family va prendre et tenter de nous faire sourire tout en abordant des sujets assez diversifiés. Bien évidemment, le premier et le plus important de tous est de trouver sa place dans un tel bazar. Et c’est là que rentre en jeu les caractères de chacun.

L’écriture des personnages est le point fort de cette série. On retrouvera un Eric Judor empathique, attachant et drôle, bien loin d’un rôle cynique et corrosif. Son personnage de Fred est un peu l’atout humoristique du show, jouant les super-papas, mais ayant aussi ses faiblesses. Il est maladroit, curieux, inquiet pour ses filles, mais aussi très cool, dans le sens où il reste dans l’air du temps et accepte beaucoup de choses pour ses enfants. A ses côtés, on trouve Daphnée Côté-Hallé, une actrice québécoise dont c’est le premier rôle. Elle apporte de la fraîcheur au récit et devient un tampon entre son compagnon et ses trois filles. Voulant devenir psychothérapeute, elle va étudier la famille et donner des conseils pour que tout aille pour le mieux. Le couple fonctionne parfaitement, évitant avec brio les engueulades, préférant les sourires et les moments doux.

Trois Filles dans le vent

Si les relations entre les adultes sont lumineuses, c’est aussi le cas chez les enfants. Les trois filles ont beau être demi-sœurs, elles s’entendent très bien et ne se gueulent dessus que très rarement. Il y a une belle alchimie entre les filles, malgré leur différence d’âge et leurs centres d’intérêt. Par exemple, l’aînée sera amoureuse de son voisin, et elle est passionnée par l’écologie. Une ado dans l’air du temps qui possède un très bon fond et qui pourrait être la résistance des deux autres sœurs, plus spontanées. Victoire, la cadette, est la gaffeuse de la bande. Elle joue de la guitare, est toujours de bonne humeur, mais elle est très maladroite, aussi bien dans ce qu’elle touche que dans ce qu’elle dit. Enfin, Romy est la petite impulsive au caractère bien trempé. Et c’est peut-être la plus pénible avec ses sautes d’humeur et ses caprices.

Si les personnages sont plutôt bien écrits et que les jeunes actrices sont assez convaincantes, on reste tout de même dans une volonté de rester très sage. Trop sage. Même si on sait très bien que Week-End Family est une série qui veut juste mettre le smile et permettre de passer un bon moment, on reste parfois un peu trop en surface. Par exemple, les querelles de voisinage ne sont que survolées, avec notamment des gens qui se plaignent du bruit, mais on efface cela d’un revers de la main. De même, certains passages sont assez gênants, pour ne pas dire mal fichus, notamment l’épisode qui se déroule dans le forêt avec un parcours d’orientation géant. Le format des trente minutes empêche de vraiment développer une intrigue solide, et on reste dans une gaudriole mignonne, mais qui ne va pas au bout des choses.

Sitcom France 2 ?

L’autre très gros défaut de cette série, c’est qu’en plus d’être innocente et un peu trop idyllique, elle n’a pas de caractère dans sa mise en scène. Ici, deux cinéastes sont aux commandes, Pierre-François Martin Laval et Sophie Reine. Et on a l’impression qu’ils ont été bridés dans leurs idées. Visuellement, c’est très plat, sans envergure, sans saveur. On a vraiment l’impression de regarder une petite série de France Télévision, avec un budget riquiqui. De plus, ce qui rend la série un peu has been, c’est la composition musicale. Il y a souvent de la musique, des nappes pour habiller certaines scènes, et on a l’impression d’entendre un truc ringard des années 90. Tout cela corrobore à rendre Week-End Family anecdotique et anodin.

Au final, Week-End Family est une petite série sympathique, mais qui ne va jamais plus loin que son postulat de base. Se voulant feel good sans jamais jouer sur des éclats de rire, on pourra tout de même reprocher au show de rendre une copie un peu idyllique de la famille recomposée et de ne jamais au bout des problèmes évoqués. Trop guimauve, trop gentillet et parfois trop utopiste, la série se sauve grandement grâce à Eric Judor, en pleine forme, et à Daphnée Côté-Hallé, une belle découverte pleine de fraîcheur et de jolis sourires. Bref, une série lambda, sympathique, qui a le mérite de ne pas durer trop longtemps, mais qui reste figée dans son carcan de comédie fleur bleue.

Note : 12/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.