octobre 5, 2022

Bull – La Vengeance a un Nom

De : Paul Andrew Williams

Avec Neil Maskell, Tamzin Outhwaite, David Hayman, Kellie Shirley

Année : 2021

Pays : Angleterre

Genre : Thriller

Résumé

Bull revient mystérieusement chez lui après dix ans d’absence pour se venger de ceux qui l’ont trahi il y a des années.  

Avis :

Paul Andrew Williams est un metteur en scène et producteur britannique dont le nom, tout comme les films ou séries, ne sont pas si connus que cela et c’est bien dommage, car il mériterait plus de lumière. Commençant sa carrière de cinéaste au début des années 2000, il se fait gentiment remarquer en 2008 avec « Bienvenue au cottage« , une petite comédie horrifique avec notamment Andy Serkis. Depuis, on ne saurait que conseiller des films et des séries comme « Strangers« , « Song for Marion » ou « A Confession« .

Après s’être arrêté coup sur coup sur les projets de télé « Strangers » et « A Confession« , Paul Andrew Williams est de retour sur le grand écran et il revient avec un revenge movie qui se perd quelque part entre le classique et le surprenant. Présenté au PIFFF en avant-première française, « Bull » est un bon petit film qui, s’il peut avoir des allures de déjà vu, arrive à se faire prenant, grâce à une ambiance soignée, tenue et originale, avec quelques rebondissements qu’on ne voit absolument pas venir et qui ne font qu’augmenter l’intérêt et le plaisir.

Bull est de retour après dix ans d’absence et il est là pour se venger. Et oui, voilà, des années de ça, ceux qu’il considérait comme sa famille l’ont trahi et laissé pour mort. Après avoir mûri sa vengeance, Bull est bien décidé à les traquer et les éliminer un par un !

Paul Andrew Williams est un réalisateur que j’ai découvert avec « Bienvenue au cottage » et je dois bien avouer que depuis, dès que je vois son nom quelque part, j’ai de suite envie de m’arrêter sur le projet.

« Bull » est son cinquième long-métrage et le film a tout l’air de ressembler à un long-métrage qu’on a déjà bien trop vu. Il faut dire que tous les codes du revenge movie sont réunis, mais Paul Andrew Williams va arriver à nous tenir grâce à une tension qui ne va cesser de grandir au fur et à mesure de son histoire.

Écrit par Paul Andrew Williams, « Bull » est un film qui nous invite à suivre un personnage qui est de retour sur un lieu de son passé afin de faire la peau à ceux qui l’ont trahi. Très classique, Paul Andrew Williams remplit toutes les cases du cahier des charges qu’on s’attend à trouver dans ce film. Évidemment, « Bull » racontera en flashback le pourquoi de cette vengeance et les événements qui ont fait que le personnage aura disparu une bonne dizaine d’années. Comme je le disais, la tension ne fait que croître, mais « Bull » nous tient aussi par sa violence, Paul Andrew Williams livrant un film assez radical, qui n’a pas peur de l’hémoglobine et des scènes et autres moments gentiment gores.

Mais finalement, si « Bull » n’avait été qu’un bon revenge movie, il n’aurait pas forcément marqué les esprits plus que ça. Il fallait donc à Paul Andrew Williams un petit élément en plus et force est de constater que le réalisateur l’a trouvé, et ce petit élément qui se fait attendre va changer complètement la vision qu’on pouvait avoir du film et faire passer « Bull » un cran au-dessus.

Le scénario a donc de quoi surprendre au final, mais « Bull » est aussi un film qui nous tient par son ambiance glaçante. Paul Andrew Williams livre un film froid, austère, et qui va à l’essentiel. Se concentrant bien souvent sur des face à face et des rapports de force, Paul Andrew Williams accentue parfaitement son film, au point qu’on en frémirait presque. Tout comme d’ailleurs, alors même qu’on se doute bien de ce qu’il va se passer, la tension est telle que lorsque ce qui devait arriver arrive, « Bull » arrive à nous surprendre pour notre plus grand plaisir.

De plus, Paul Andrew Williams livre un film noir parfaitement dosé. Un film qui oscille entre le film de gangster, le revenge gore et violent, film au bord de la folie qui nous réserve son lot de scènes marquantes et enfin, un film qui a même un soupçon d’un genre totalement inattendu, dont je vous laisserais le bonheur (ou l’horreur) de découvrir. Puis le tout est servi par une BO géniale, qui tient parfaitement son rôle.

Enfin, « Bull« , ce sont de très bons acteurs. Comme toujours dans le cinéma anglais, le réalisateur a choisi une tripotée de comédiens talentueux qui vont être passionnants. Après, parmi eux, deux comédiens s’échappent du lot. Deux comédiens qui tiennent des personnages monstrueux qui nous offrent des face à face tout en tension. Ces deux comédiens, c’est d’un côté David Hayman, qui tient le rôle du patriarche de la famille et c’est bien simple, ce personnage et cet acteur sont le diable incarné. Puis de l’autre, il y a Neil Maskell, qui incarne Bull, ce personnage qui revient pour se venger et en découdre, qu’importe la manière ou qui il y aura sur son chemin. Maskell est possédé par son personnage, et au-delà du fait qu’il soit très bon dans le rôle, ça fait du bien de voir cet acteur en tête d’affiche, car il mériterait d’être bien plus mis en avant.

Pour fêter son retour sur le grand écran, Paul Andrew Williams livre là un film aussi classique qu’il sait se faire très surprenant et se redéfinir en fin de compte. Vengeur, violent, un poil dégueulasse, tendu, et ne cessant de tirer sur la corde, « Bull » est un bon petit film qui se laisse très gentiment déguster. Très content d’avoir pu découvrir ce film sur grand-écran, on espère qu’il trouvera un distributeur chez nous, car « Bull » de Paul Andrew Williams mérite son petit détour.

Note : 14,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.