octobre 25, 2021

A Confession

D’Après une Idée de : Jeff Pope

Avec Martin Freeman, Imelda Staunton, Siobhan Finneran, Joe Absolom

Pays : Angleterre

Nombre d’Episodes : 6

Genre : Policier

Résumé :

Déterminé à retrouver une jeune femme disparue, le policier Steve Fulcher enfreint la procédure pour coincer le coupable. Une décision qui va lui coûter sa carrière et sa réputation.

Avis :

Réalisateur britannique, Paul Andrew Williams, après avoir fait de jolis débuts dans les salles obscures, s’est tourné vers le petit écran et on peut dire que le britannique ne se repose pas sur ses lauriers, enchaînant pratiquement une série par an. Après avoir bossé sur la troisième saison de « Broadchurch« , Paul Andrew Williams avait posé ses valises à Hong Kong en compagnie de John Simm pour « Strangers« , une petite série à base de complots.

Moins d’un an après « Strangers« , le metteur en scène est de retour en Angleterre pour y raconter l’histoire glaçante de Steve Fulcher, un policier qui en 2011 s’est vu confier une affaire sur une disparition. Retrouvant Martin Freeman quatre ans après « Eichmann Show« , Paul Andrew Williams rehausse la barre en livrant une mini-série détaillée au possible. Retraçant des faits réels, « A Confession » est une série qui est assez étonnante dans son genre, puisqu’elle va être très différente de ce à quoi l’on s’imaginait. Les anglais étant des professionnels de la série policière, avec « A Confession« , on pouvait s’attendre à une enquête, un suspens et un mystère, mais la série de Paul Andrew Williams est à l’opposé de ça, racontant autre chose et c’est bien plus intéressant ainsi, même si dans une certaine mesure, on verra bien que l’axe donné prend un certain parti, étant clairement à charge.

19 Mars 2011, Sian O’Callaghan, une jeune femme de vingt-deux ans, n’est pas rentrée chez elle. Plus personne n’aura de ses nouvelles. Très vite, le petit ami de cette dernière prévient la police, et une enquête pour disparition est ouverte. C’est Steve Fulcher qui est en charge de l’enquête et très vite, il va comprendre qu’il s’agit non pas d’une disparation, mais d’un enlèvement et peut-être pire encore. Steve Fulcher va alors tout mettre en œuvre pour retrouver la jeune, et chacune des décisions qu’il va prendre aura alors des répercussions sur l’avenir de l’affaire.

Les britanniques ont une certaine tendance à briller avec leurs séries et surtout quand ces dernières s’attaquent à des enquêtes policières. Elles mériteraient même une plateforme qui leur soit entièrement consacrées, tant il y en a à découvrir. Parmi toutes ces séries, on s’arrête sur la dernière en date de Paul Andrew Williams qui retrace des faits réels, sur une affaire glaçante qui s’est produite au début des années 2010.

« A Confession » est une série qui s’avère être particulièrement intéressante sur plus d’un point. Ayant récupéré beaucoup de témoignages, s’appuyant sur le livre de l’inspecteur en charge de l’affaire, Jeff Pope et Paul Andrew Williams ont voulu que « A Confession » sonne comme le plus réaliste possible, et de ce côté-là, la série est une réussite totale. Détaillée, riche, dense, glaçante dans ses faits, une fois commencée, il est bien difficile de ne pas enchaîner les épisodes tant la série tient une construction impeccable. Que ce soit l’enquête, les faits, les indices et tout ce qui arrivera par la suite, tout est magistralement raconté par le metteur en scène.

« A Confession » est une série qui intéressera sur plus d’un plan et la série va se faire surprenante, car là où l’on s’attendait à une bonne enquête, elle va surtout explorer les conséquences de l’enquête, qui en un sens, va être « assez vite » résolue. Dès lors, une fois que la série aura déplacé son postulat de départ, « A Confession » va surtout se poser comme une réflexion sur la justice, son fonctionnement, sa bureaucratie, son regard face aux victimes et aux accusés. Souvent très injuste, souvent révoltante, sombre, difficile, la série explora beaucoup d’autres thèmes (deuil, processus de deuil face à une injustice, carrière détruite, bon sens… bref, c’est très riche). « A Confession » est en un sens une énorme critique du système judiciaire et policier de l’Angleterre.

Si l’ensemble est franchement intéressant et plus encore, il est vrai aussi que parfois, la série prend un axe orienté, grossissant certains caractères, de manière à appuyer encore plus le sentiment d’injustice. Ce choix est quelque peu dommage, car plus de nuances dans certaines discussions aurait été bien vues. Après, sur l’ensemble, on pourrait presque dire que c’est un détail, tant la série fonctionne très entre ses épisodes de recherche, cette confession et tout ce qui va en découler. Bref, ces anglais sont très doués et Paul Andrew Williams se rattrape bien après le final un chouilla décevant de sa précédente série.

« A Confession« , c’est aussi un Martin Freeman en or, qui incarne à la perfection cet inspecteur qui va se voir balancé dans la boue. D’un calme olympien, tout en faisant passer toutes les émotions et les déceptions de son personnage en regards et silences qui en disent très long, Martin Freeman est décidément un grand acteur. « A Confession » réserve de très bons rôles pour Siobhan Finneran et Imelda Saunton qui incarnent toutes des mères de victimes. Puis la série livre un Joe Absolom glaçant qui s’impose comme une belle révélation.

Voyant un show qui s’approche au plus près de la réalité, Paul Andrew Williams livre-là une série prenante dans son intrigue et son suspens. Les deux premiers épisodes sont d’ailleurs de purs bijoux. « A Confession » surprendra par les suites, avec la tournure qu’elle va prendre et surtout toutes les questions et les remises en cause qu’elle va explorer. Ce basant sur six épisodes d’une quarantaine de minutes, malgré un parti pris un peu poussé, « A Confession » se déguste, et l’on reste scotché de son ouverture à son final. Décidément, ils sont vraiment très doués ces anglais.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.