mai 26, 2024

Le Calendrier – Il Manque des Cases

De : Patrick Ridremont

Avec Eugénie Derouand, Honorine Magnier, Clément Olivieri, Janis Abrikh

Année : 2021

Pays : France, Belgique

Genre : Horreur

Résumé :

Eva est paraplégique depuis trois ans. Pour son anniversaire, elle reçoit en cadeau un étrange calendrier de l’Avent. Mais ce ne sont pas les traditionnelles friandises qu’elle découvre chaque jour, mais des surprises plus inquiétantes, parfois agréables, souvent terrifiantes, et de plus en plus sanglantes. Cette année, Noël va être mortel !

Avis :

Réalisateur, comédien et humoriste belge, Patrick Ridremont est de ces noms qu’on ne connaît pas forcément très bien et pourtant, l’homme a une carrière bien fournie, partagée entre télévision, scène, petit et grand écran. Il a même été jusqu’à être élu champion du monde d’improvisation en 1999. Si Patrick Ridremont tourne pas mal en tant que comédien, du côté de la réalisation, il se fait bien plus « discret », puisque ce « … calendrier » est son deuxième film, huit ans après l’excellentissime « Dead Man Talking« .

Le premier film de Patrick Ridremont était un drame percutant autour de la peine de mort. Ce premier film était brillant, et il était difficile de faire mieux tant « Dead Man Talking » est resté en mémoire. Huit ans après ce coup d’éclat, le belge est de retour derrière la caméra, et cette fois-ci, il s’aventure dans le cinéma d’horreur, avec une histoire de calendrier de l’avent tueur. Original et amusant, « Le calendrier« , malgré plein de bonnes idées et un divertissement certain, n’arrivera malheureusement pas à la hauteur du précédent film de Ridremont et si le moment n’est pas désagréable, le film laisse la sensation que le réalisateur n’ose pas aller au bout de son film justement, comme s’il se bridait tout seul, ce qui nous laisse quelque peu sur notre faim.

Un soir, Eva reçoit un calendrier de l’avent en cadeau, comme ça, juste pour faire plaisir. C’est une amie d’Eva qui lui a ramené d’Allemagne. Ce calendrier en bois, rustiquement orignal, n’offre pas forcément que des friandises pour attendre Noël. Non, au cours des jours, parfois, les surprises qu’Eva va découvrir, vont être amusantes, délicieuses, surprenantes, mais aussi et souvent terrifiantes, angoissantes, voire même sanglantes…

Deuxième film pour Patrick Ridremont qui s’aventure cette fois-ci dans le domaine de l’horreur avec un film qui va être un engrenage qui va aller de plus en plus loin.

La première chose qui vient en tête à la découverte de ce film, c’est l’originalité de son scénario. Écrit par Patrick Ridremont lui-même, « Le calendrier » est un film qui plaît avec cette idée de calendrier de l’avent qui offre chaque jour un nouveau dilemme pour son héroïne. Ainsi, chaque case que le personnage d’Eva se verra ouvrir véhiculera avec lui sa surprise. Une surprise bonne ou mauvaise, mais surtout une surprise qui nous tiendra en alerte et intrigue, avec cette envie de savoir ce qui va bien pouvoir se passer par la suite. De plus, le scénario est bourré de bonnes idées, et il ne cesse de renouveler son intrigue, abordant plusieurs genres dans son genre, et au-delà de ça, il pousse les enjeux pour son personnage et ce qu’elle souhaite toujours plus loin, jusqu’à cette dernière case, qui est sûrement la meilleure idée du film. Ce scénario qui offre un bon petit divertissement, demeure aussi assez inégal, avec quelques désagréments à la clef.

Ainsi, on regrettera en arrière-fond quelques personnages assez clichés et d’autres qui acceptent très vite, sans poser de questions ou de réflexions, ce que l’héroïne leur raconte. Puis il y a ce point plus sombre encore, et c’est peut-être ce qui casse un peu la « sympathie » qu’on peut avoir pour le film de Patrick Ridremont, cette impression que le réalisateur n’ose jamais vraiment aller au bout de son genre. Si le scénario nous réserve bien son lot de dilemmes, de meurtres, de fantastique et d’autres choix impossibles, quand il s’agit de faire « jouer » son calendrier et la créature qui l’habite, les morts sont très vite expédiées et surtout elles n’apparaissent quasiment jamais à l’écran.

Je ne dis pas qu’on a un plaisir sadique à voir mourir les personnages, mais dans la façon de procéder de Ridremont, dans sa façon de mettre en scène, et dans ses idées, il y a une sensation qui se dégage, et qui laisse un sentiment qu’il n’ose pas aller plus loin. On a vraiment l’impression qu’il se bride, ce qui fait qu’on reste sur notre faim. Et cette sensation, on peut l’avoir aussi dans l’ambiance qui émane de l’ensemble, car « Le calendrier« , même s’il se pose comme un sympathique petit divertissement, du côté de son ambiance, aurait gagné à être plus sombre, plus terrifiant (oui, si vous cherchiez un film d’horreur qui vous mette une certaine pression, ce n’est pas ici que vous le trouverez) et plus malaisant. Certes, Patrick Ridremont nous tient et l’on a envie en permanence de savoir jusqu’où cette histoire va bien pouvoir aller, mais derrière ça, malheureusement, il y a ces petits défauts et autres déceptions, qui font que mis bout à bout, on reste quelque peu sur notre faim.

« Le calendrier » demeure toutefois un petit film d’horreur et fantastique pas trop mal. Et surtout, il demeure un film qui nous tient avec une intrigue qui est originale. Patrick Ridremont tient un bon concept, il a de bonnes idées, quelques petits effets « gores », une créature assez prenante, puis il offre aussi de bons enjeux à son personnage, et malgré ce sentiment qu’il n’ose pas aller jusqu’au bout, malgré l’idée qu’on reste sur notre faim, le réalisateur belge arrive à conclure son film de manière prenante et intéressante, avec un dernier élément qui amène à une conclusion assez terrible. En somme, on aurait aimé que le film aille plus loin, mais malgré ça, sur l’instant, ce « … calendrier » demeure sympathique.

Note : 12/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.