novembre 30, 2021

Loki Saison 1

D’Après une Idée de : Michael Waldrom

Avec Tom Hiddleston, Owen Wilson, Gugu Mbatha-Raw, Sophia Di Martino

Pays : Etats-Unis

Nombre d’Episodes : 6

Genre : Super-Héros

Résumé :

La nouvelle série Disney+ Original des studios Marvel « Loki » se déroule après les événements relatés dans AVENGERS: ENDGAME. Elle met en scène le dieu de la malice juste après qu’il s’est affranchi de son frère Thor.

Avis :

Parmi tous les personnages de l’univers Marvel, s’il y en a un qui fascine beaucoup de monde, c’est Loki. Frère de Thor, dieu de la malice, à la fois gentil et méchant, il s’agit-là d’un personnage ambigu qui cultive, au fil de ses apparitions, un goût pour la discorde et l’humour noir. Cela est aussi dû, en partie, par le génie de son interprète, Tom Hiddleston, qui semble s’éclater dans ce rôle. Avec la fin de la phase III du MCU, nous avions laissé Loki pour mort, Thanos lui ayant tordu le cou. Une surprise pour beaucoup, et il fallait que les producteurs de chez Marvel trouvent une pirouette pour le faire réapparaître, tant le personnage à une fan base importante. C’est chose faite avec la série du même nom, disponible sur Disney+. Après des avis plutôt dithyrambiques, que vaut réellement cette série qui installe le multivers ?

Le scénario de la série est assez compliqué à comprendre, puisqu’il va parler d’allers-retours dans le temps et d’anomalies temporelles. La série commence avec Loki qui se fait enlever par des agents temporels et qui se retrouve dans un endroit où des soldats maîtrisent la ligne du temps pour éviter tout chaos. Loki pense à une mauvaise blague et il va tout faire pour trouver les maîtres du temps, trois personnages qui semblent détenir la vérité sur tout ce qui se passe sur Terre. Sauf que Loki va rencontrer d’autres Loki, d’univers parallèles et il va découvrir que le temps est dirigé par un seul homme, omnipotent, et qui essaye de maintenir la paix entre tous ces univers. Un beau bordel donc, et malgré six épisodes touffus, le scénario n’est pas évident à comprendre.

D’autant plus que l’on a la sensation que la série piétine durant un bon moment avant d’aborder des thématiques plus fortes. En effet, si le premier épisode est intrigant et pose une base solide sur un univers novateur, on va vite déchanter lors des épisodes suivants, qui ne font que repousser un final attendu. Loki va donc trouver des sosies de lui-même dans d’autres univers, se cachant dans des apocalypses pour éviter tout débordement de la ligne temporelle. Il va aider Mobius, un agent temporel, qui cherche à tout prix à arrêter tous les Loki qui risquent de créer de fortes divergences. On ne comprend pas bien ce qui se passe, et la relation entre Mobius et Loki ne marche pas forcément. On est dans un rapport de force un peu mollasson qui tente de donner de l’épaisseur aux personnages, mais rien n’y fait.

D’ailleurs, en parlant des personnages, on va vite se rendre compte qu’à part les deux Loki principaux (Tom Hiddleston et Sophia Di Martino), on reste dans quelque chose de très calibré et qui manque d’originalité. Owen Wilson fait ce qu’il peut et la seule chose que l’on retient de lui, c’est son envie de jet-ski. Quant à Gugu Mbatha-Raw, elle est une sorte de méchante bureaucratique qui n’a rien de très percutant. Reste alors l’apparition des différents Loki, qui peut générer quelques sourires, comme ce fameux Loki Alligator, qui ne sert à rien, mais va sûrement servir à vendre des figurines à son effigie. C’est assez pauvre et tout cela manque d’impact et de cachet. Même le personnage final n’est qu’une caricature et est là pour faire rire et sur-expliquer la présence du multivers pour que l’on puisse comprendre quelque chose à tout ce bazar.

On peut aussi se rendre compte que Loki pêche sur sa direction artistique. Là où tout le monde semble s’accorder pour dire que c’est original et bien pensé, on peut aussi y voir une volonté de ne pas aller au fond des choses. Lorsque Loki intègre le bureau des agents temporels, il y a un petit côté rétro années 50 qui n’est pas dégueulasse, mais qui ne va jamais au bout de son délire. On pourrait presque y sentir des élans à la Bioshock, mais la série n’utilise jamais ce côté Steampunk pour donner plus de cachet à ses épisodes. Pire, lorsque Loki va dans d’autres mondes, les fonds verts sont carrément imbuvables. C’est moche et tout semble terriblement factice. Seul le château du dernier épisode fait son petit effet, comme pour le Magicien d’Oz.

Alors bien évidemment, tout n’est pas à jeter dans la série. Tom Hiddleston est toujours aussi bon dans ce rôle qui lui va comme un gant. Sa relation avec le Loki féminin, Sylvie, est intéressante, oscillant entre narcissisme et vrai amour pour une personne, chose qu’il n’avait jamais ressenti jusque-là. Certains passages sont plutôt drôles et les références au multivers et aux différents Loki, en lien avec les comics, sont plutôt bien vues. Sauf que c’est tout de même peu de chose, et le seul intérêt de cette série est finalement de tisser des liens avec les futurs films, et notamment Doctor Strange 2 dont on promet la présence de Loki. Ça reste assez maigre comme raison pour faire une série, et on sent bien que tous les espoirs des producteurs ont été mis sur le personnage de Loki et pas forcément sur cette histoire rocambolesque.

Au final, cette première saison de Loki est assez décevante. Si tout le monde s’accorde à dire que c’est la meilleure série du MCU pour l’instant (et ce n’était pas bien dur), on reste tout de même sur un pur produit marketing sans âme et qui oublie sa narration en cours de route pour faire quelque chose de cohérent. Être obligé de fournir un dernier épisode explicatif est une preuve de faiblesse d’écriture flagrante. Mais au-delà de ça, la réalisation de Kate Herron n’est pas forcément inspirée et l’ensemble est suffisamment indigeste pour ne pas forcément attendre une seconde saison, qui viendra tout de même poindre le bout de son nez. On ne sacrifie pas une poule aux œufs d’or comme ça…

Note : 10/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.