janvier 27, 2023

Iron Fist Saison 1

D’Après une Idée de : Scott Buck

Avec Finn Jones, Jessica Henwick, Tom Pelphrey, Jessica Stroup

Pays: Etats-Unis

Nombre d’Episodes: 13

Genre: Fantastique, Action

Résumé:

Après avoir disparu quelques années, Danny Rand revient à New York pour combattre les criminels qui en ont fait une ville corrompue, grâce à ses connaissances en kung-fu et la puissance destructrice de son poing.

Avis:

Si on reproche beaucoup à Marvel de servir toujours la même sauce au cinéma dans son MCU (excepté les Gardiens de la Galaxie), la donne n’est pas la même sur le petit écran. Depuis la première saison de Daredevil, très réussie, Netflix a su trouver le ton juste pour parler des super-héros et plus précisément des Defenders. Après une deuxième saison sympathique pour le diable de Hell’s Kitchen, nous avons eu droit à Jessica Jones et son rythme très lent. Cependant, l’héroïne est vraiment badass et l’histoire demeure rondement menée. Puis est arrivé Luke Cage et les premiers retours furent beaucoup moins enthousiastes. Pourtant, la série introduit bien le personnage et surtout, l’ambiance Harlem est parfaitement retranscrite. Dernier arrivé de l’écurie, Iron Fist est censé conclure l’introduction des personnages afin de lancer Defenders par la suite, où les quatre super-héros s’unissent pour friter une menace commune. Malheureusement, tout n’est pas aussi réussi que précédemment.

Le principal défaut de cette série, outre le fait d’arriver après toutes les autres, c’est qu’elle n’arrive jamais à captiver son spectateur. Iron Fist se veut bavard, trop bavard, et ce qui promettait d’être une série sur le kung-fu, se révèle alors être une série sur la finance, l’entreprise et le népotisme. Alors certes, ces trois pôles sont assez intéressants et peu vus dans le domaine du super-héros, mais on peut y voir comme un mensonge sur la marchandise. D’autant plus que tous ces thèmes sont assez mal amenés et cassent complètement un rythme déjà lénifiant. Les débuts ne sont que des débats judiciaires pour savoir si c’est bien Danny Rand qui est revenu d’entre les morts et comment deux anciens amis se battent pour qu’il n’hérite pas de la moitié de l’entreprise. Puis par la suite, on se rend compte que cette société versait dans la malversation avec du trafic de drogues. C’est un peu mou du genou et il n’y aura pas de surprise durant cette première saison qui va aussi se focaliser sur la psychologie de son héros.

Un héros naïf, porteur de belles valeurs, et qui va vite se rendre compte de la cruauté de notre monde. Et si au départ, ce point de vue aurait pu être intéressant, il va surtout enfoncer des portes ouvertes et manquer de consistance. On retrouve des messages humanistes un peu niais, notamment lors d’une réunion sur la vente de vaccin pour soigner des maladies dans le tiers-monde, et même si cela peut faire du bien d’avoir un rappel sur ce business dégueulasse, la façon dont c’est amener est un peu trop manichéenne. Et que dire de la présence de la Main, sorte d’organisme néfaste, qui brouille les pistes et qui ne fait pas un méchant intéressant. Ce qui fait la force d’un super-héros, c’est son adversaire, sa Némésis. Or, dans Iron Fist, le méchant n’est pas clairement identifié. On pourrait parier sur l’ancien associé du père de l’Iron Fist, qui est tellement cliché que cela en devient évident, mais il est tellement peu charismatique et pénible que rien ne passionne vraiment. Et c’est exactement pareil avec les autres « méchants » comme la vieille Gao, déjà vue dans Daredevil, qui est juste insupportable ou encore Bakouto, un ninja qui a des faux airs de portugais et qui se révèle aussi charismatique que Geneviève de Fontenay lors d’un salon de la saucisse.

Et sans méchant bien intéressant, bien identifiable, le combat de l’Iron Fist semble bien futile. D’ailleurs, Finn Jones n’a pas vraiment les épaules pour ce personnage qui se révèle fade et auquel on a du mal à s’attacher. Ce qui n’est pas le cas de Jessica Henwick jouant le sidekick de charme, qui s’avère une belle révélation, ainsi que Rosario Dawson, encore une fois à tomber dans le rôle de l’infirmière qui fait le liant entre les quatre personnages.

Cependant, on ne peut pas imputer à Iron Fist une certaine volonté de bien faire et d’apporter une réflexion sur notre société. Si cela se révèle assez basique et parfois un peu neuneu, la série essaye de rendre l’ensemble assez intelligent et de donner plus de profondeur à son personnage principal. Après le ghetto de Luke Cage ou les problèmes personnels de Jessica Jones, le créateur de la série essaye de montrer le côté clinquant de New-York, avec ces grands buildings et ces magnats de la finance, confrontant ce monde à part à celui de Iron Fist, qui a vécu en ermite durant près d’une vingtaine d’années. Ça reste relativement léger, mais suffisant pour qu’Iron Fist ne sombre pas dans le néant et l’inintérêt.

Au final, la première saison de Iron Fist est une petite déception. Une déception par rapport aux autres séries de Marvel/Netflix, mais aussi par rapport à son scénario et au développement de son personnage. Un être colérique, à la psychologie puérile et dont les enjeux ne sont pas très clairs et desservent donc l’ensemble. Maintenant, il faut juste espérer que le personnage se rattrape avec les Defenders, mais cela est une autre histoire.

Note: 07/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=oV2NEziEIgQ[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.