novembre 30, 2021

Boîte Noire – Thriller de Haut Vol

De : Yann Gozlan

Avec Pierre Niney, André Dussollier, Lou de Laâge, Sébastien Pouderoux

Année : 2021

Pays : France

Genre : Thriller

Résumé :

Que s’est-il passé à bord du vol Dubaï-Paris avant son crash dans le massif alpin ? Technicien au BEA, autorité responsable des enquêtes de sécurité dans l’aviation civile, Mathieu Vasseur est propulsé enquêteur en chef sur une catastrophe aérienne sans précédent. Erreur de pilotage ? Défaillance technique ? Acte terroriste ? L’analyse minutieuse des boîtes noires va pousser Mathieu à mener en secret sa propre investigation. Il ignore encore jusqu’où va le mener sa quête de vérité.

Avis :

Réalisateur français, Yann Gozlan est l’un des nouveaux visages du cinéma hexagonal. Après avoir passé les années 2000 dans le court-métrage, Gozlan est arrivé dans les salles obscures en 2010 avec un thriller horrifique avec comme toile de fond un trafic d’organes. Ce premier film ne réunira que vingt-six mille spectateurs, mais il sera suffisamment convaincant pour lancer la carrière de Yann Gozlan. Dès lors, le réalisateur ne fera que grandir, tout d’abord avec « Un homme idéal« , puis surtout avec « Burn Out« , thriller burné qui jouit d’une sacrée belle réputation.

Après donc avoir parfaitement passé le cap du troisième film, Yann Gozlan retrouve Pierre Niney pour un nouveau thriller, qui cette fois-ci se passera du côté de la BEA, le bureau d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile. Original, bien foutu, tenant une bonne ambiance, « Boite noire » est de ces films qui sont de belle facture, ces films qui, sans vraiment révolutionner le genre, nous font passer un bon moment en salle, entre complot, parano, enquête et atmosphère, Yann Gozlan nous offre tout ce que l’on était venu chercher.

Un vol qui reliait Dubaï à Paris vient de se crasher dans les Alpes. Le sort des passagers s’est joué en quelques minutes, mais que s’est-il passé pour que l’avion décroche si brutalement. C’est le bureau de la BAE du Bourget qui est dépêché sur l’affaire. Très vite, les boites noires sont récupérées et elles vont exploitables. C’est Mathieu Vasseur qui hérite de l’enquête et très vite le jeune enquêteur a des doutes sur ce que les boites noires révèlent.

Quatrième film pour Yann Gozlan, « Boite noire » est un film qui s’avère tout à fait efficace. Tenu par une intrigue originale, même si l’on ne peut s’empêcher de penser au « … chant du loup » d’Antonin Baudry, car le film de Gozlan utilise les mêmes sens, « Boite noire » arrivera grâce à ce concept, son idée et sa parano, à nous proposer autre chose.

Basant son intrigue dans un département qu’on connaît mal, voire même pas du tout, « Boite noire » est un film qui se fait d’emblée intéressant. Le scénario, en partie écrit par Yann Gozlan, s’avère être excellent, même si on y trouvera des longueurs ou des maladresses, notamment dans beaucoup de ce qui sera fait autour du couple Niney/de Laâge. Précis, technologique et détaillé, « Boite noire« , en plus de son côté thriller, est un film qui m’a beaucoup intéressé dans un premier temps grâce à cette exploitation des boites noires et de tous les éléments qu’elles peuvent offrir. Le script fera la part belle à l’étude de ces éléments et surtout à l’écoute de ces boites, dont il faut décrypter et interpréter les faits, afin de connaître la vérité. Une vérité qui ici sera possiblement biaisée. Une vérité que « Boite noire » va s’amuser à tordre, laissant sur tout le long du film planer un doute sur la véracité de l’enchaînement des événements, sur la véracité des écoutes et plus largement sur l’intégrité des membres. Yann Gozlan ayant bien pensé et écrit son personnage, arrive à nous tenir sur l’ensemble de son film et au fil des événements et des enchaînements, un peu comme son personnage principal, on finit par douter de tout le monde, et ça, c’est assez jouissif.

Après, comme je le disais, tout n’est pas incroyable non plus et « Boite noire« , dans son scénario, a des faiblesses. Ainsi, on pointera du doigt la relation de couple qui a ses lourdeurs ou encore le final qui arrive bien vite, ce qui est « dommage », car après que le film ait pris le temps de construire sa trame, sa tension et sa parano, le tout est vite conclu, et conclu de manière assez attendue. Bon, sur l’ensemble, même s’il y a cette petite déception qui pointe le bout de son nez, ça ne nous aura pas empêché de parfaitement se laisser entraîner dans cette intrigue qui n’aura rien lâché et se sera subtilement révélée.

Puis cette intrigue est tenue par un bon comédien qui tient tout le film sur ses épaules. Encore une fois Pierre Niney est excellent, tenant un rôle plus complexe et torturé qu’il n’en a l’air. Si le personnage de Niney est excellent, on notera toutefois une déception dans les autres personnages qui ne sont pas plus développés que cela. Si les comédiens restent bons, Lou de Laâge, André Dussollier, André Marcon, Sébastien Pouderoux, Aurelien Recoing, Olivier Rabourdin, il est vrai que leurs personnages auraient mérité d’être plus développés.

Si dans sa mise en scène, « Boite noire » tient quelques petites longueurs en milieu de film, encore une fois, Yann Gozlan démontre avec assurance qu’il est un excellent cinéaste, et surtout qu’il connaît le genre dans lequel il ne cesse d’évoluer. « Boite noire« , c’est une tension bien tenue, des idées de mise en scène très intéressantes. C’est aussi un film qui joue très bien avec le son et l’écoute. Puis c’est un film qui a parfaitement compris son concept et derrière ça, c’est une parano qui ne cesse de monter petit à petit et ça, pour notre plus grand plaisir, et au-delà de ça, « Boite noire » est un film qui peaufine son cachet, son atmosphère et sa qualité, ce qui impose Yann Gozlan comme l’un des « jeunes » cinéastes qu’on a le plus envie de suivre, l’un de ceux dont on attend le prochain film avec curiosité.

Original sans rien révolutionner non plus, intéressant, intriguant et tenu, ce quatrième film pour Yann Gozlan s’impose malgré ses maladresses et ses défauts comme un excellent thriller. Un thriller qui a de la tronche, et au-delà de ça, qui nous aura tenu de bout en bout de métrage. Comme je le disais donc, Yann Gozlan est l’un des nouveaux visages du cinéma français qu’on a le plus envie de suivre.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.