novembre 30, 2021

The Perfect Score

De : Brian Robbins

Avec Chris Evans, Scarlett Johansson, Erika Christensen, Bryan Greenberg

Année : 2004

Pays : Etats-Unis

Genre : Comédie

Résumé :

7 lycéens, très différents les uns des autres et ne se côtoyant pas vraiment, décide de voler ensemble les résultats des examens qui leur permettront d’obtenir leur diplôme. Ayant chacun des raisons différentes de vouloir tricher, ils sont tous du même avis quant au fait qu’ils ne peuvent pas laisser passer leur chance.

Avis :

Réalisateur américain, Brian Robbins a connu son premier succès avec « American Boys« , un petit film indépendant sur le baseball emmené par James Van Der Beek qui à l’époque était en pleine gloire avec « Dawson« . Par la suite, Brian Robbins s’est spécialisé dans la comédie, notamment avec Eddy Murphy, puisque c’est lui qui a réalisé « Norbit« , « Appelez-moi Dave« , ou encore « Mille mots« . Si l’on ajoute à cela que c’est Brian Robbins qu’on trouve aussi derrière « Raymond » ou encore « Hardball« , on ne peut pas dire que le réalisateur ait une carrière des plus glorieuses.

Petit film sorti au début de l’année 2004, « The Perfect Score » est une comédie qui réunit un casting d’acteurs qui par la suite deviendront des stars du grand (Scarlett Johansson, Chris Evans) ou du petit écran (Bryan Greenberg) et c’est d’ailleurs ce casting, en plus d’une accroche assez étrange sur la jaquette de mon DVD qui m’a attiré. Or, l’idée n’est clairement pas là, et ce teen movie confus, à force de se rechercher, finit par très vite être ennuyant.

Sept lycéens qui n’ont pas vraiment de choses en commun décident, pour assurer leur avenir, de s’unir et de cambrioler l’institut qui crée les examens. Bien entendu, pour pouvoir voler les examens, il leur faut un plan solide et l’exercice est dangereux, si ce dernier réussit, alors ils n’auront plus de questions à se poser. Évidemment, la théorie sera plus simple que la pratique.

Petite comédie qui part avec une idée sympathique, une bande d’ados, pour s’assurer leur avenir, décide de voler les examens, « The Perfect Score » est un film qui va pourtant se révéler être une déception, et même une ennuyante déception, car finalement, il est loin d’être clair.

Alors c’est vrai que sur certains de ses côtés, on peut trouver de quoi s’amuser. L’idée de voir des acteurs comme Scarlett Johansson, Chris Evans, Bryan Greenberg ou Erika Christensen en lycéens, aujourd’hui, fait d’emblée sourire, d’autant plus que Brian Robbins a eu l’idée de réunir en cette bande de cambrioleurs en herbe tout un tas de personnalités tous plus différentes les uns que les autres (le look de Scarlett est immanquable). Toujours dans ses bons côtés, le film de Brian Robbins peut faire sourire sur quelques répliques, quelques scènes bien trouvées, ou encore avec quelques personnages décalés et là, on pense d’emblée à celui tenu par Leonardo Nam.

Mais voilà, pour ses bons côtés, « The Perfect Score » s’arrêtera là, car pour le reste, ce n’est clairement pas fameux. Le premier souci qui nous saute au visage, c’est son écriture et son scénario. Brian Robbins avait de l’idée, mais il n’arrive pas à donner une ligne directrice à son ensemble. Mélangeant des genres entre eux, le réalisateur n’ose aller vraiment nulle part, ce qui fait que l’on ne sait pas si son film est une comédie, un drame, ou un film de cambriolage à tendance comique. « The Perfect Score » mélange tout ça, et ne va jamais au bout, il n’ose jamais tenir les genres qu’il approche et surtout s’y engouffrer, ce qui fait qu’on reste devant le film à attendre qu’il se décide enfin, et qu’il ose être ce qu’il souhaite. Vous l’aurez compris, ça n’arrivera jamais et si l’on peut sourire parfois, ça ne reste que des sourires à peine esquissés.

Le film ne tiendra pas vraiment la route avec ses personnages. Des personnages d’ailleurs qu’on ne comprend pas vraiment. Enfin, on peut les comprendre, jusqu’au dernier acte du film, qui viendra casser ce qui a été mis en place avant et l’on se demandera bien pourquoi s’être autant compliqué la fin pour finir sur cette touche-là.

Puis si les personnages sont tenus par de très bons acteurs qui ne faisaient que monter à l’époque, on ne peut pas non plus dire qu’ici, ils soient incroyables, livrant le minimum du minimum. Après, pour les défendre, on peut dire qu’ils font ce qu’ils peuvent avec un scénario qui ne leur offre pas grand-chose.

Enfin, il y a cette mise en scène plate, standard, classique et qui ne dégage rien de percutant, ou même d’un tantinet caractériel. Brian Robbins n’a aucun regard sur ce film, et livre un film comme il y en a des milliers. Après, malgré son côté lambda, « The Perfect Score » aurait pu avoir quelque chose qui accroche et nous donne envie de le suivre, mais ça, ça n’arrive pas et le film en plus d’être totalement banal dans sa façon de raconter (ou chercher ce qu’il veut raconter), enchaîne les incohérences et les longueurs.

Bref, je pensais m’amuser un peu devant un petit film oublié, et finalement, à la découverte de « The Perfect Score« , j’ai compris pourquoi le film de Brian Robbins était passé sous tous les radars. Incohérent, se cherchant, confus, long, et finalement peu amusant et convaincant, « The Perfect Score » s’est posé comme un film ennuyant, et dont le dernier acte m’a fait tout simplement me dire que j’ai perdu mon temps. Restera alors dans ma mémoire Scarlett Johansson arborant un look, qui pour le coup, est le seul élément fendard du film.

Note : 07/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.