octobre 27, 2020

Halloween – 20 Ans Après

Titre Original : Halloween H20 : Twenty Years Later

De: Steve Miner

Avec Jamie Lee Curtis, Josh Hartnett, Janet Leigh, Adam Arkin

Année : 1998

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé :

Vingt ans ont passé depuis le drame de Halloween, La Nuit des masques. Laurie Strode tente péniblement d’oublier le passé. Devenue directrice du collège privé d’une petite ville, elle mène une vie tranquille auprès de son fils de dix-sept ans et de son compagnon. Pourtant Mike Myers continue à hanter ses nuits. A la veille d’Halloween, elle se dispute violemment avec son fils qui veut participer à la fête. Finalement elle le convainc de rester au collège et de fêter Halloween en petit comité. Tout ce petit monde ignore que Mike Myers a recommencé à assassiner.

Avis :

À l’époque de la sortie de ce film, la franchise « Halloween » fête ses vingt ans d’existence. Et en vingt ans, il s’en est passé des choses. Après le tabac de John Carpenter, pas moins de cinq suites vont voir le jour et la franchise va en voir des vertes et des pas mûres. Entre un troisième qui expérimente d’autres travers de l’horreur sans Myers, puis les délires de télépathie et autres sectes, on a perdu peu à peu le public, allant de mauvais film en mauvais film.

Alors pour fêter les vingt années de la saga, les producteurs ont décidé de faire table rase de ce qui s’est fait précédemment, et comme Jamie Lee Curtis a enfin accepté de reprendre son rôle culte, ce nouvel « Halloween » sera donc une suite directe du deux. Ainsi, le quatre, cinq et six n’ont jamais existé et on peut enfin se reconcentrer sur une simple histoire de vengeance et de ce côté-là, « Halloween 20 ans après » est très efficace. Revenant avec un rythme qui correspond plus au film de Carpenter, tout en l’adaptant aussi aux années 90, Steve Miner (excellent réalisateur soit dit en passant), nous offre un bon cru, qui personnellement, figure parmi ceux que je préfère.

Vingt ans se sont écoulés depuis que Michael Myers a essayé de tuer sa sœur. Depuis cette nuit d’Octobre 1978, Laurie essaie tant bien que mal d’avoir une vie normale. Aujourd’hui, elle a un fils de dix ans, et elle est la directrice d’une école privée plutôt huppée quelque part perdu dans les collines de Californie.

Alors que l’école est vide, en cette nuit d’Halloween 1998, et que son fils a eu dix ans quelques mois plus tôt, les plus grandes terreurs de Laurie deviennent réelles, puisque Michael Myers vient de retrouver sa trace, et il compte bien terminer ce qu’il a commencé, il y a vingt ans de cela.

Ce qui est particulièrement bien vu avec ce film, c’est le fait d’effacer ce qui a été fait avant pour revenir à l’essentiel, Michael et sa sœur. Le scénario, même s’il demeure simpliste, reste particulièrement efficace et intéressant. Alors qu’il aurait été facile de faire un film qui rendre dedans immédiatement, Steve Miner a choisi, un peu comme John Carpenter l’avait fait, d’offrir un film en deux parties. La première, c’est une présentation des personnages et des lieux. L’ombre de Myers y est omniprésente, que ce soit dans les souvenirs terribles de cette nuit-là et de ses conséquences, ou bien par sa présence à l’écran. Une présence furtive, presque fantomatique, qui s’impose peu à peu à l’écran et c’est un excellent choix de mise en scène, puisque l’on se met dans la peau de Laurie, qui souhaite croire à des hallucinations, et essaie de garder la tête froide.

Puis peu à peu, le scénario, tout comme la mise en scène, se font hostiles. La peur de l’horreur devient réelle et le cauchemar recommence. Peut-être parce que plus récent, mais ce cru 1998 se fait alors plus violent, allant chercher des mises à mort percutantes et injustes (Charlie dans la cuisine… RIP). Après, c’est vrai qu’on peut lui reprocher de rappeler le travail fait notamment sur « Scream« , mais cette mise en scène modernise et dépoussière ce nouvel « Halloween« .

De plus, le film se fait très généreux dans son dernier acte, qui opposera directement Jamie Lee Curtis à son terrible frère. Un combat fantasmé et jouissif jusqu’à sa dernière scène et dont le seul reproche qu’on a envie de lui faire, serait de ne pas être plus long et intense. D’ailleurs, si le film est efficace, il demeure trop court. Pour une fois qu’on a un bon « Halloween« , on a forcément envie d’en profiter plus et la durée est un peu maigre. Mais bon, ce n’est que chipotage.

Bref, après une longue traversée du désert où Michael Myers s’est vu le pantin d’une secte ou un chef télépathe, ça fait vraiment du bien de revoir un bon « Halloween« . Certes, l’histoire est on ne peut plus simple, mais parfois, il ne faut pas aller chercher plus loin pour que ça fonctionne. Bref Steve Miner a fait un excellent cru, qui s’installe parfaitement dans la franchise.

Et petit bonus, pour les plus curieux, le réalisateur nous propose un bel hommage à « Psychose » en faisant sortir Janet Leigh de sa retraite et en introduisant discrètement le thème du film d’Hitchcock. Et dans un autre genre aussi, ce « Halloween » est aussi l’occasion de voir Josh Hartnett qui fait là ses débuts à l’écran.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.