juillet 15, 2024

Border Line – Coup de Pression au Terminal

Titre Original : Upon Entry (La Ilegada)

De : Juan Sebastian Vasquez et Alejandro Rojas

Avec Alberto Ammann, Bruna Cusi, Ben Temple, Laura Gomez

Année : 2024

Pays : Espagne

Genre : Drame, Thriller

Résumé :

Projetant de démarrer une nouvelle vie aux États-Unis, Diego et Elena quittent Barcelone pour New-York. Mais à leur arrivée à l’aéroport, la Police des Frontières les interpelle pour les soumettre à un interrogatoire. D’abord anodines, les questions des agents se font de plus en plus intimidantes. Diego et Elena sont alors gagnés par le sentiment qu’un piège se referme sur eux…

Avis :

Réalisateurs vénézuéliens, Juan Sebastián Vásquez et Alejandro Rojas ont tous deux commencé leur carrière en solo, avec chacun un court-métrage à leur actif. Puis, ils se rencontrent et au fil des discussions, une idée naît, celle de raconter comment il peut être compliqué de venir aux États-Unis lorsque l’on vient d’un pays d’Amérique latine. Que ce soit eux-mêmes ou leur famille, passer la douane aux Etats-Unis est souvent une épreuve.

Porté par un bon bouche-à-oreille, « Border Line » est un film très intéressant, car il casse les barrières et s’aventure là où finalement peu de personnes vont. Tenant une tension qui ne va faire qu’augmenter, tenant une excellente idée qui sera très bien exploitée, se faisant aussi déstabilisant qu’agaçant, ce premier film pour le duo vénézuélien est excellent de bout en bout. Très court, efficace, ne perdant pas de temps, politique évidemment, pointant du doigt une politique d’immigration qui se permet tout, « Border Line » ne laisse pas indifférent, et ça, jusqu’à ce final aussi terrible qu’ubuesque. Bref, avec ce premier film, Juan Sebastián Vásquez et Alejandro Rojas étonnent, surprennent et intéressent jusqu’au dernier instant.

«  »Border Line » est assurément l’une des pépites de ce mois de Mai 2024. »

Diego et Elena viennent de tout quitter pour s’installer aux Etats-Unis à Miami. Le couple part de Barcelone et ont une correspondance à New York. Une fois arrivé sur place à la douane, le couple est interpellé par la police des frontières, ils vont être menés dans une pièce afin de répondre à des questions quant à leur venue aux Etats-Unis. Si les questions sont, au départ, anodines, petit à petit, le ton des agents se fait de plus en plus dur et les questions de plus en plus personnelles, au point que le couple se sent piégé.

« Border Line » est assurément l’une des pépites de ce mois de Mai 2024. Film engagé et politique qui raconte un vécu, même si ses personnages sont fictifs, « Border Line » est un film qui se fait particulièrement intéressant dans ce qu’il raconte de ces conditions d’entrées aux Etats-Unis, dans la politique d’immigration, ou encore avec ce couple et leur origine. En effet, Juan Sebastián Vásquez et Alejandro Rojas ont choisi pour raconter cette histoire un couple qui a chacun des origines différentes, avec un homme qui vient du Venezuela et une femme qui vient d’Espagne, donc européenne, et si tout le film est intéressant, ce détail apporte quelque chose en plus, avec d’un côté un personnage qui va être très stressé et pratiquement se sentir comme en prison, alors qu’un autre, au départ, se défend et parle de ses droits.

« Le film se transforme en un thriller psychologique éprouvant. »

Petit à petit, le jeu de la police des frontières s’accentue, devenant de plus en plus terrible, afin de faire craquer ceux qui voulaient vivre l’American Dream. Ce qui est très bien aussi, c’est la tournure que va prendre le film. Alors que l’on pensait se retrouver dans un film politique et social (ce qu’il est), « Border Line« , à force de tension, à force d’interrogatoire et de questions qui s’immiscent de plus en plus dans le privé, le film se transforme en un thriller psychologique éprouvant. Un thriller qui nous place au même niveau que ces deux personnages, au point que l’on ressent les mêmes agacements, le même sentiment d’être piégé, et qu’il faut faire attention au moindre mot qui sort de notre bouche pour convaincre, face à l’on ne sait trop quelle peur de l’étranger.

Un sentiment bien étrange surtout face à un pays qui s’est construit avec l’immigration. Bref, c’est bien foutu, c’est intelligent, les deux réalisateurs, au fil de leur scénario, dénoncent et pointent du doigt, sans jamais tomber non plus dans le réquisitoire, et au fur et mesure, ils construisent un film passionnant.

« Laura Gómez est impressionnante au point que l’on adore la détester. »

Tenu comme un huis clos, n’allant que d’une pièce à une autre, derrière les portes closes, « Border Line » est très bien mise en scène. Juan Sebastián Vásquez et Alejandro Rojas ont dépouillé leur film de toute esbroufe pour mieux enfermer, piéger et déstabiliser leurs personnages, et plus largement nous, spectateurs, qui sommes invités à suivre cet interrogatoire éprouvant. De plus, les deux cinéastes savent parfaitement maintenir leur tension, avec « que va-t-il se passer pour eux ? » Réussiront-ils à entrer ou non ? Et puis que restera-t-il de leur couple après cette épreuve de force ? Bref, autant de questions dont la réponse est savoureusement tenue jusqu’à cette dernière scène. Une scène incroyable qui scelle le film dans nos esprits d’ailleurs.

« Border Line« , c’est aussi un film qui est tenu par quatre comédiens, et tous sont exceptionnels, tenant parfois des rôles qui sont compliqués. Si, évidemment, on doit citer le couple Bruna Cusí et Ben Temple, qui sont remarquables à chacune des angoisses de leurs personnages, j’aimerais mettre l’accent sur Laura Gómez, qui incarne un agent de la police des frontières. L’actrice est impressionnante au point que l’on adore la détester.

En une heure et dix-sept minutes, Juan Sebastián Vásquez et Alejandro Rojas ont réussi à nous livrer un thriller psychologique ultra tendu et particulièrement agaçant. Film évidemment politique, « Border Line » est intelligent et intéressant dans ce qu’il raconte, et dans sa façon de raconter son histoire, mais aussi ses personnages. Angoissant, révoltant même, comme je le disais plus haut, le film des deux vénézuéliens est bien l’une des pépites de ce mois de Mai 2024. À découvrir.

Note : 16/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.