juin 24, 2024

La Planète des Singes – Le Nouveau Royaume – Point de Singerie

Titre Original : Kingdom of the Planet of the Apes

De : Wes Ball

Avec Owen Teague, Freya Allan, Peter Macon, Lydia Peckham

Année : 2024

Pays : Etats-Unis

Genre : Science-Fiction, Action, Aventure

Résumé :

Plusieurs générations après le règne de César, les singes ont définitivement pris le pouvoir. Les humains, quant à eux, ont régressé à l’état sauvage et vivent en retrait. Alors qu’un nouveau chef tyrannique construit peu à peu son empire, un jeune singe entreprend un périlleux voyage qui l’amènera à questionner tout ce qu’il sait du passé et à faire des choix qui définiront l’avenir des singes et des humains…

Avis :

Wes Ball est un metteur en scène qui s’est tout d’abord fait connaître dans le milieu des effets spéciaux. Après une licence en production cinématographique, il se spécialise dans les effets visuels et dans le documentaire. S’il monte son studio d’effets spéciaux, il garde aussi l’envie de réaliser, et c’est en parallèle de cela qu’il met en scène des courts-métrages d’animation, et c’est en 2012 qu’il se fait réellement remarquer avec « Ruin« , qui est un petit film post-apocalyptique. « Ruin » sera alors acheté par la FOX, et cette dernière lui propose de réaliser son premier long-métrage qui sera « Le labyrinthe« . Comme ce dernier va très bien marcher, Wes Ball se verra reconduit et dirigera alors la trilogie du « … labyrinthe« .

Parmi les blockbusters sortis lors de la décennie précédente, la trilogie de « La planète des singes« , dirigée par Rupert Wyatt et Matt Reeves, a créé la surprise, s’imposant parmi le meilleur de ce que l’on a pu trouver au cinéma. Avec « La planète des singes : Suprématie« , on pouvait se dire que ce serait fini, que tout ou presque avait été raconté. Mais voilà, on ne va pas lâcher une poule qui pond de l’or, alors nous voici sept ans après le dernier film de Matt Reeves, et cette fois-ci, c’est Wes Ball qui se lance dans l’aventure, avec une histoire qui se passe bien des générations après le dernier film. Intéressant, bien foutu et plus riche qu’il n’en a l’air, ce « … nouveau royaume » se pose comme un blockbuster d’aventure aussi classe qu’intelligent dans ce qu’il raconte, et les deux heures vingt-cinq qui l’habillent sont passées comme une petite heure.

« Ce « … nouveau royaume » entre très bien dans les ornières laissées par les films précédents. »

Cela fait des générations que César n’est plus, et aujourd’hui, la Terre appartient principalement aux singes, les humains ayant régressé. Noah est un jeune singe qui habite dans la communauté des aigles, et il vit paisiblement avec les siens. Cette nuit-là, Noah doit absolument trouver un œuf pour un rite de passage qui aura lieu à l’aurore. Mais la recherche de cet œuf va précipiter la chute de son village, qui va bientôt se retrouver captif d’un singe avide de pouvoir.

Parmi toutes les franchises d’Hollywood, celle de « La planète des singes » est de celle qui s’en sort le mieux. Franchement, qui aurait cru que le film de Rupert Wyatt sorti en 2011 donnerait naissance à quelque chose d’une aussi belle qualité que tous les films que « La planète des singes » ait pu offrir. Pourtant, je dois dire qu’avec ce dernier-né, ce n’était pas gagné, car il avait une tendance à résonner comme un film qui n’avait pas envie de lâcher sa poule aux œufs d’or. Mais finalement, ce « … nouveau royaume » entre très bien dans les ornières laissées par les films précédents. Enfin, il entre dedans, tout en y apportant une belle touche de nouveauté.

Ici, ce « … nouveau royaume » propose de nouveaux personnages, plaçant son intrigue une bonne centaine d’années après le décès de César. « La planète des singes : Le nouveau royaume » est un film qui va se poser comme le récit d’un parcours initiatique, avec le personnage de Noah, jeune singe qui va devoir s’affranchir de ses peurs et s’élever pour partir secourir les siens. Évidemment, en chemin, il va faire la rencontre de personnages qui vont le faire évoluer. Puis derrière cela, le film se pose comme très intéressant dans ce qu’il raconte sur le pouvoir, la cohabitation de deux espèces, ou encore sur les paroles et les interprétations de celle-ci.

« Ce « … nouveau royaume » est un film qui offre un sacré spectacle. »

Il y a même quelque chose de prophétique qui est exploré dans ce film. Ici, beaucoup de personnages parlent évidemment de l’héritage de César, et l’idée de placer cette histoire bien des années après la mort de ce dernier fait qu’il y a quelque chose de l’ordre de la religion, et les paroles de César ne vont pas être interprétées de la même manière par les singes. C’est d’ailleurs ce que j’ai personnellement trouvé le plus intéressant. Avec ça, il y a évidemment de la bonne aventure, pas mal de mystères, et le scénario pose des pierres qui vont servir pour les prochains films. Après, si les derniers rebondissements vont être quelque peu prévisibles, ils n’affecteront pas l’ensemble du film qui demeure très intéressant, prenant et même touchant.

Puis ce « … nouveau royaume » est un film qui offre un sacré spectacle. Un spectacle qui prend son temps pour construire ses personnages et raconter son histoire. Les sept années qui séparent « … Suprématie » de ce « … nouveau royaume » ont servi, tout le monde ayant pris le temps de travailler pour faire ce prolongement d’histoire. Et lorsque l’on parle de nouveau royaume, les équipes des effets visuels ont sacrément travaillé pour offrir une planète où la nature a repris ses droits. Un royaume où ce qui reste du monde des humains s’efface petit à petit, ce qui rend le film très beau à regarder.

Seule petite déception, ne pas réentendre Michael Giacchino à la composition de la BO. Si les notes de John Paesano font ce qu’il y a à faire, avec Giacchino à la musique, c’était plus grand et plus imprégnant. Mais bon, ce n’est qu’un menu détail face à la qualité de ce blockbuster qui, hormis « Dune : Partie 2« , surpasse, et de très loin, tous les autres blockbusters sortis en ce début d’année.

Wes Ball réussit parfaitement son incursion dans l’univers de « La planète des singes« , offrant un blockbuster de science-fiction post-apocalyptique classe, généreux, et surtout très intéressant dans ce qu’il raconte de ses personnages, de l’évolution de son personnage principal, de la coexistence entre deux espèces « dominantes », et derrière ça, comme je le disais, surtout dans ce qu’il raconte de l’interprétation de l’héritage laissé par ce qui est un prophète. Bref, je n’ai pas vu les deux heures presque et demie que dure le film de Wes Ball et je suis d’ores et déjà très curieux de voir la suite, notamment avec cette fin, qui a tout l’air de vouloir rejoindre désormais le film de Franklin Schaffner.

Note : 16,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.