juin 24, 2024

L’Homme aux 1000 Visages – Docu-Enquête

De : Sonia Kronlund

Année : 2024

Pays : France

Genre : Documentaire

Résumé :

Il s’appelle Alexandre, Ricardo ou Daniel. Il se dit chirurgien ou ingénieur, argentin ou brésilien. Il vit avec quatre femmes en même temps, adaptant à chacune son récit et même ses traits de caractère. Enquête à la première personne, avec l’aide d’un détective privé, sur un imposteur aux mille vies imaginaires.

Avis :

Aujourd’hui, c’est sur une figure atypique dans le monde du cinéma que l’on s’arrête, Sonia Kronlund. Journaliste, prof, documentaliste, autrice, scénariste, productrice et réalisatrice française, Sonia Kronlund a un sacré parcours derrière elle. Journaliste, elle travaille pour les cahiers du cinéma à la fin des années 80, puis dans les années 90, on la retrouve professeur à l’université, avant de travailler auprès du Premier ministre de l’époque. Dans les années 2000, on la retrouve chroniqueuse à la radio, notamment sur France culture. Puis elle se met à réaliser pas mal de petits documentaires pour Arte. Et enfin, en 2017, elle réalise son premier documentaire long-métrage, pour lequel elle se rend en Afghanistan, où elle s’intéresse à son cinéma, ses acteurs et ses réalisateurs.

Sept ans après ce premier film, Sonia Kronlund la cinéaste est de retour dans les salles obscures, et cette fois-ci, elle s’intéresse à une histoire d’arnaque amoureuse. Sonia Kronlund n’a jamais eu de chance avec les hommes, et lorsqu’elle découvre l’histoire de certaines femmes qui ont toutes eu une relation avec un homme qui est loin d’être celui qu’il laisse paraître, elle se dit qu’il y a quelque chose à faire. Alors aidée d’une assistante, elle va aller à la rencontre de ces femmes. Elle va découvrir leur histoire, et derrière ça, elle va commencer à s’intéresser à Ricardo, un homme d’origine brésilienne, qui a tout l’air de multiplier les vies, les aventures, et derrière ça, les mensonges et les arnaques amoureuses.

« Sonia Kronlund nous entraîne dans une enquête particulièrement intéressante. »

Il se prénomme de plusieurs noms différents, il vit des histoires d’amour en parallèle, adaptant ses vies et son caractère à la femme qui se trouve en face de lui. De Paris au Brésil, en passant par la Pologne, l’Argentine ou encore l’Espagne, il est un imposteur, dont lui seul a l’air de croire à ses mensonges.

Il multiplie les histoires, il passe d’une femme à l’autre avec un naturel déconcertant, il jongle avec ses mensonges comme si de rien n’était, avec « L’homme aux mille visages« , Sonia Kronlund nous entraîne dans une enquête particulièrement intéressante, et au gré de ses interviews, elle va esquisser un fascinant portrait. Le portrait d’un homme piégé avec lui-même. Un homme qui repousse les limites de l’imposture, au point qu’il mériterait une trilogie à lui tout seul.

Très intéressant et bien en dehors des sentiers qu’on a l’habitude de voir, « L’homme aux mille visages » est un film qui sait se faire intéressant de bout en bout, même si on pourra lui reprocher de jouer avec les frontières entre le documentaire et la fiction. Oui, parmi les femmes que Sonia Kronlund a réussi à retrouver, beaucoup d’entre elles n’ont pas souhaité apparaître dans son film et dans ses interviews, alors pour pallier à cela, la réalisatrice a engagé des actrices pour incarner ces femmes et raconter leurs histoires. Si les comédiennes sont plus vraies que nature, il est vrai que ce trait-là, peut déstabiliser, car à partir de là, on peut se demander ce qui est de l’ordre de la vérité et de la fiction.

« En aucun cas elle ne se pose comme juge des actes de ce dernier. »

Quoi qu’il en soit, derrière ça, « L’homme aux mille visages » demeure un documentaire qui pose tout un tas de questions et ce qui est très bien ici, c’est le fait que sa réalisatrice ne fait que relater des faits, raconter des histoires et des portraits, et même si elle mène une enquête qui partira à la recherche de cet homme, en aucun cas elle ne se pose comme juge des actes de ce dernier, ce qui fait du bien, surtout à notre époque où tout le monde juge avant procès, le net étant devenu un tribunal populaire. Le jugement, ce n’est pas ce qui intéresse notre réalisatrice avec ces histoires et ces portraits. Non, Sonia Kronlund cherche, découvre, et finalement expose le tout et nous laisse, non sans humour, comme des grands, nous faire nos impressions.

Après, si son documentaire est bon, cet « … homme aux mille visages » n’est pas aussi incroyable qu’il aurait pu être. La première chose qui frappe, c’est son ouverture avec la présentation de Sonia Kronlund, qui nous dit être tombée sur cette histoire, sans vraiment en dire plus que ça, ce qui fait qu’à la sortie de la salle de cinéma, on peut se demander où et comment elle a entendu parler de cette histoire, et on se dit qu’il pouvait y avoir matière à faire quelque chose avec. Derrière ça, si le film demeure intéressant, il manque de rythme et de quelque chose de l’ordre du cinéma. Alors on pourra toujours me dire que c’est un documentaire et non un « film », mais on sent que la réalisatrice a des envies de cinéma avec ce film, injectant parfois du suspens, notamment avec son enquête et son final. Puis, il y a cette idée d’engager des actrices, ce qui fait que les scènes ont forcément été rejouées pour rendre le plus vrai possible, ce qui fonctionne très bien soit dit en passant.

Entre qualités et défauts, ce nouveau documentaire de la part de Sonia Kronlund est une bonne plongée dans une enquête qui part à la découverte d’un menteur né, doublé d’un usurpateur d’identité. Intéressant de bout en bout, imprévisible sur sa fin, qui se fait très étrangement drôle, je ne regrette pas de m’être arrêté sur cet « … homme aux mille visages« . Et mieux encore, c’est le premier film sur lequel je m’arrête de Sonia Kronlund, et il me donne envie de découvrir le travail qu’elle a pu faire avec son précédent film.

Note : 13,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.