mars 3, 2024

Napoléon – Ridley Scott Prend (Water)Loo

Titre Original : Napoleon

De : Ridley Scott

Avec Joaquin Phoenix, Vanessa Kirby, Tahar Rahim, Rupert Everett

Année : 2023

Pays : Angleterre, Etats-Unis

Genre : Historique

Résumé :

Fresque spectaculaire, Napoléon s’attache à l’ascension et à la chute de l’Empereur Napoléon Bonaparte. Le film retrace la conquête acharnée du pouvoir par Bonaparte à travers le prisme de ses rapports passionnels et tourmentés avec Joséphine, le grand amour de sa vie.

Avis :

Immense cinéaste britannique qu’on ne présente plus, cela fait quarante-cinq ans que Ridley Scott nous offre un gros cinéma de divertissement. Si sa filmographie a des sommets, elle n’est pas forcément faite que de bons films. Alors qu’il entre de plus en plus dans l’âge, fêtant cette année ses quatre-vingt-cinq ans, Ridley Scott ne perd rien de son envie de faire des films. C’est même tout l’inverse qui est en train de se produire, puisque Ridley Scott enchaîne les films les uns à la suite des autres. C’est bien simple, en l’espace de trois ans, il a réalisé pas moins de quatre films, avec « Le dernier duel« , « House of Gucci« , « Napoléon« , et « Gladiator 2 » qu’il est en train de finir.

Forcément, avec des films qui s’enchaînent comme ça, Ridley Scott a bien du mal à livrer de grands films, ne prenant finalement pas vraiment le temps de les peaufiner.

«  »Napoléon » se pose comme une belle déception. »

Pour ma part, Ridley Scott est un cinéaste dont j’aime beaucoup le cinéma, mais c’est aussi un cinéaste dont j’ai cessé d’attendre ses films, préférant me laisser surprendre, comme ce fut le cas avec son « … dernier duel« . Sorti en 2021, j’attendais avec une immense impatience son « House of Gucci » qui m’avait déçu, alors que son « … dernier duel » m’avait passionné de bout en bout de film. Par conséquence, son « Napoléon » n’était pas le film que j’attendais, même si l’idée d’un grand spectacle made in Ridley Scott était alléchant. Mais voilà, après les deux heures quarante que dure le nouveau film du metteur en scène, « Napoléon » se pose comme une belle déception.

Si le spectacle est bien là, si les images sont intenses, si l’idée de raconter le personnage du côté intime est intéressant, « Napoléon » est un film qui semble désabusé quant à ce qu’il nous raconte, car ici tout va bien trop vite, ce qui fait qu’on a une impression de bâclé, face à une histoire faite de trous, puis derrière ça, le personnage même de Napoléon est difficilement compréhensible, tant on sent bien qu’il manque beaucoup de choses.

L’ascension et la chute de l’Empereur Napoléon Bonaparte. Du jeune officier de l’armée française, le jeune Napoléon Bonaparte, à force de batailles gagnées, de ruse et autres tactiques, va s’élever jusqu’à la « plus haute fonction » du pays.

«  »Napoléon » n’est clairement pas à la hauteur du personnage et de l’histoire. »

Et d’un vingt-huitième film pour Ridley Scott qui revient chez nous pour s’arrêter sur l’un des personnages de l’histoire de France les plus fascinants, Napoléon Bonaparte. Comme je le disais, l’idée de voir le réalisateur anglais s’emparer du personnage, il y avait de quoi attendre le film avec une certaine curiosité, d’autant plus que le cinéaste a choisi l’immense Joaquin Phoenix pour l’incarner. Mais voilà, malgré tout ça, le film se pose comme une belle déception. Alors, il est vrai que Ridley Scott peut se défendre en disant que son film est archi coupé et qu’il nous prépare une version de quatre heures et demie, et que cette dernière sera plus dense, il n’empêche que là, dans sa version cinéma, « Napoléon » n’est clairement pas à la hauteur du personnage et de l’histoire.

Du côté de sa mise en scène, le film tient ses promesses, offrant, il est vrai, un sacré divertissement qui propose de grandes scènes de batailles comme Ridley Scott sait bien les mettre en scène. Celles de Toulon et d’Austerlitz se posent comme deux grands moments du film. Si ça reste assez classique, notamment pour du Ridley Scott, cela n’empêchera pas « Napoléon » de se laisser regarder à ces moments-là avec beaucoup d’intérêt.

Puis derrière ça, le film jouit d’une belle reconstitution, offrant de sacrés décors, dans lesquels tout est impeccable. Que ce soit les costumes, les figurants, ou les petits détails, ou encore la photographie, tout y est beau.

« La désagréable sensation d’un Joaquin Phoenix absent. »

Mais voilà, malheureusement, malgré tout cela, « Napoléon » va franchement avoir du mal à convaincre, et ça à cause d’un scénario qui, dans cette version courte, est écrit avec les pieds. On a bien du mal à comprendre où est-ce que le réalisateur va avec ce personnage, tant il ne prend le temps de rien. Un comble face à un film qui fait déjà deux heures quarante. Ici, tout va bien trop vite, que ce soit la montée de Napoléon vers les sommets, ou encore sa chute, puis son retour, pour à nouveau chuter, tout est ultra condensé, ça fait des raccourcis partout, le film, ainsi que l’histoire, fait des ellipses folles, si bien qu’on s’y perd.

Puis a bien du mal à comprendre le personnage. Ou du moins, on a du mal à comprendre ce qui arrive au personnage, et comment ce dernier monte aussi vite. Certes, on voit le stratège, mais le film oublie de nous raconter les batailles, les conquêtes, on évoque l’Empire Napoléonien, ou encore ce qu’il a pu apporter à la France, avec toutes les modernités, notamment à Paris. En fait, le film passe du coq à l’âne, et entre deux batailles, il s’arrête sur la vie intime de l’Empereur. Alors, c’est vrai que son histoire d’amour avec Joséphine est belle, mais malheureusement, ça, c’est sur le papier, car à l’écran, il n’y a aucune émotion qui s’en dégage et finalement, on se ficherait presque de ce qui peut leur arriver.

Après, il faut dire que le film offre un Joaquin Phoenix qui a franchement du mal à être convaincant dans la peau de l’Empereur, et ça dès la première bataille à Toulon, où l’on ne comprend pas ce qui arrive au personnage. Puis au-delà de ça, j’ai eu la désagréable sensation d’un Joaquin Phoenix absent, qui ne comprenait pas son personnage et ne savait pas vraiment quoi en faire. C’est vraiment dommage.

Faire de grandes batailles impressionnantes et très bien mises en scène pour raconter la vie de Napoléon, ça ne fait pas un bon film. Oui, le film a tout un tas de qualités, étant beau à regarder, et avec ça, le temps passe assez vite pour ce qui est du spectacle, mais voilà, malheureusement pour tout le reste, dans ce que raconte le film, ce n’est vraiment pas ça, on passe notre temps à relier les raccourcis pour comprendre la montée de Napoléon jusqu’aux plus hautes sphères du pays.

Peut-être que dans sa version de quatre heures et demie, Ridley Scott rattrapera le tir, mais là, dans sa version cinéma, « Napoléon » est une belle déception !

Note : 9,5/20

Par Cinéted

Une réflexion sur « Napoléon – Ridley Scott Prend (Water)Loo »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.