juillet 15, 2024

Le Syndrome des Amours Passées – Hanté par ses Ex

De : Ann Sirot et Raphaël Balboni

Avec Lucie Debay, Lazare Gousseau, Florence Loiret-Caille, Florence Janas

Année : 2023

Pays : Belgique, France

Genre : Comédie, Fantastique, Drame

Résumé :

Rémy et Sandra n’arrivent pas à avoir d’enfant car ils sont atteints du “Syndrome des Amours Passées”. Pour guérir, il n’y a qu’une seule solution : il doivent recoucher une fois avec tou.te.s leurs ex.

Avis :

Aujourd’hui, c’est chez nos voisins belges qu’on pose nos valises, avec un duo de cinéastes qui est petit à petit en train de très joliment gravir une pente. Ce duo, c’est Ann Sirot et Raphaël Balboni. Le duo s’est rencontré en 2007 à Bruxelles sur le court-métrage décalé, « Dernière partie« . Très vite, l’entente est parfaite et le duo enchaîne les courts, ce qui fait qu’en une dizaine d’années, ils tournent sept courts, et c’est en 2018 que tout change avec le court « Thelma« , qui leur fait décrocher le Magritte du meilleur court.

Dès l’or, le duo se lance dans leur premier long. Ce sera « Une vie démente« , une comédie autour de la maladie d’Alzheimer, et là, c’est un véritable succès, aussi bien critique que public. Le film ira aux Magritte, décrochant pas moins de douze nominations, et il en repartira avec le précieux Prix du meilleur film.

« Ce « … Syndrome des Amours passées » réchauffe les cœurs et fait du bien. »

Trois ans après leur premier film, le duo belge est de retour avec une nouvelle comédie, « Le syndrome des Amours passées« , film au pitch amusant, pour un résultat qui va l’être tout autant.

Suivant un couple qui essaie d’avoir un enfant, Ann Sirot et Raphaël Balboni nous entraînent dans une comédie singulière et surprenante. Une comédie libre et cocasse, et surtout une comédie qui ose beaucoup de choses, sans jamais tomber dans le vulgaire. Porté par un très joli couple de cinéma qui se pose comme de belles découvertes, ce « … Syndrome des Amours passées » réchauffe les cœurs et fait du bien.

Cela fait plusieurs années que Rémi et Sandra essayent d’avoir un enfant, mais rien n’y fait, ils sont comme bloqués. Un matin, ils reçoivent un sms de leur médecin pour un rendez-vous, car ce dernier a sûrement découvert le souci que le couple peut avoir. En fait, Rémi et Sandra souffrent du syndrome des amours passées, et la solution pour débloquer la chose est qu’ils vont devoir retrouver tous ceux avec qui ils ont fait l’amour, et ils vont devoir recoucher avec. La science n’est pas absolue, mais les premiers résultats démontrent que ça marche. Dubitatifs, Rémi et Sandra vont pourtant se lancer dans cette drôle de quête.

Vent frais venu de Belgique, le second film du duo décalé Ann Sirot et Raphaël Balboni est fait et comme je le disais plus haut, ce « … syndrome des Amours passées » est un petit bout de bonheur, de drôlerie, et même d’émotion.

« Le scénario est soigné et l’intrigue est aux petits oignons. »

Pour leur nouveau film, les deux metteurs en scène se sont lancés dans une comédie romantique avec en toile de fond, le couple et le désir d’enfants, et ce que l’on est capable de faire pour réussir à concevoir. Avec ce syndrome imaginaire dont souffre le couple, on pourrait se dire que le film est très casse gueule, car l’idée de recoucher avec tous ses ex, même ceux d’un soir, ça pourrait très vite tourner à la comédie qui tourne en rond, accentuant le caractère des ex, histoire de donner du relief à l’ensemble. Puis derrière ça, on aurait pu craindre que le film tombe dans le vulgaire avec des scènes de coucheries en pagaille…

Oui, mais alors ça, c’était sans compter sur le talent et surtout l’univers du duo, qui offre bien plus que tout ça, et surtout, ils évitent bien des pièges pour nous entraîner dans une comédie amusante, qui va être pleine de drôleries, de moments cocasses, et derrière ça, il va y avoir des dialogues et des situations qui sont bien souvent tordantes.

Le scénario est soigné et l’intrigue est aux petits oignons, avec tout un tas d’idées pour raconter ces deux personnages, dont on découvre le passé avec un sourire aux lèvres. De plus, au travers de cette enquête sur les amours passées, le film nous offre de bonnes discussions et réflexions sur le couple. Il est très drôle de suivre les différentes réactions que peuvent avoir ces deux personnages à la découverte de telle ou telle chose, ou événement, qui change quelque peu la vision qu’on peut avoir de l’être aimé. Avec toutes ces histoires, le duo parle aussi beaucoup du couple et des concessions qu’on peut faire au sein de ce dernier.

Ce qui est très bien fait aussi, c’est l’assurance du ton que le film peut avoir, avec les deux réalisateurs ont réussi à conjuguer le côté léger et amusant de leur histoire, avec un côté plus réaliste et dramatique pour leur personnage.

« ce « … syndrome des Amours passées » est un film qui sort beaucoup des carcans de la comédie. »

Au milieu de ce merveilleux paysage, il est dommage que côté originalité, après nous avoir offert beaucoup, l’intrigue se relâche quelque peu pour s’aventurer dans quelque chose de presque convenue vers sa fin. Avec cette idée de départ, et toutes ces personnes que les personnages revoient pour cause médicale, on imagine bien l’impact que ça peut avoir sur un couple, et c’est là que le film tend vers la comédie romantique au schéma qu’on connaît déjà. Après, la critique est facile, car en fin de compte, même si ça manque d’originalité à ce moment-là, force est de constater que ça fonctionne très bien, et que les deux réalisateurs nous tiennent.

Le film fonctionne très bien aussi grâce à ce couple de comédiens qu’on découvre avec plaisir, et qui se pose comme parfait de bout en bout d’intrigue. Ainsi, d’un côté, il y a Lucie Debay, qui était déjà l’actrice principale du précédent film du duo. La comédienne éblouit et touche énormément dans la peau de cette jeune femme amoureuse, qui est prête à beaucoup pour enfin avoir un enfant avec celui qu’elle aime. Puis en face d’elle, il y a Lazare Gousseau, qui est tout bonnement incroyable dans la peau de ce monsieur tout le monde, qui se redécouvre avec cet événement imprévu. L’intrigue lui réserve une situation des plus tordues et tordantes à la fois.

Enfin, ce « … syndrome des Amours passées » est un film qui sort beaucoup des carcans de la comédie (même s’il finit par y retourner vers sa fin), et la première chose qui marque à la découverte de ce film, c’est l’univers décalé, déjanté et poétique qui s’en dégage. Les deux réalisateurs ont leur patte, et cette dernière se voit d’emblée, et surtout, elle imprime le film de bout en bout. Bourré d’idées, bourré d’ingéniosité, le film est aussi beau à suivre qu’il est inattendu sur une très grande partie de lui-même, et nous, on se laisse totalement embarquer.

Ainsi, ce deuxième film Ann Sirot et Raphaël Balboni se pose comme un moment de cinéma aussi drôle que touchant. Avec cette quête pour avoir un enfant, les deux metteurs en scène livrent un film décalé et amusant, qui se pose comme un vent de fraîcheur. Et si le tout se « relâche » un peu vers la fin, ça ne l’empêchera pas d’être bon et beau jusqu’à sa dernière scène.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.