juin 13, 2024

The Pod Generation – Du Neuf Oeuf

De : Sophie Barthes

Avec Chiwetel Ejiofor, Emilia Clarke, Rosalie Craig, Vinette Robinson

Année : 2023

Pays : Etats-Unis

Genre : Science-Fiction, Comédie, Romance

Résumé :

Dans un futur proche où l’intelligence artificielle prend le pas sur la nature, Rachel et Alvy, couple new-yorkais, décident d’avoir un enfant. Un géant de la technologie, vantant les mérites d’une maternité plus simple et plus paritaire, propose aux futurs parents de porter l’enfant dans un POD. Alvy a des doutes, mais Rachel, business-woman en pleine ascension, l’incite à accepter cette expérience…

Avis :

Réalisatrice française au parcours atypique, Sophie Barthes a tout d’abord grandi dans de nombreux pays, au gré des déplacements de son père. En 1999, elle emménage à New York afin d’y suivre des études de cinéma. Elle s’intéresse alors à la réalisation de documentaire. Après ses études, elle se lance dans le court-métrage et c’est là qu’elle fait la rencontre de celui qui deviendra son compagnon et son partenaire de travail. Ensemble, ils réalisent plusieurs courts, dont certains vont se faire remarquer, notamment au prestigieux festival de Sundance, si bien qu’à la fin des années 2000, le magazine Filmmarker cite Sophie Barthes parmi les vingt-cinq jeunes cinéastes à suivre de très près.

Durant les années 2010, Sophie Barthes va passer au long-métrage et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle tourne très peu, prenant le temps de concrétiser ses projets, et même si ces derniers sont plutôt bien accueillis par la presse, ils demeurent assez confidentiels. Huit ans après son dernier film, « Madame Bovary« , Sophie Barthes est de retour dans les salles obscures et cette fois-ci, elle change radicalement de genre et de style, puisque la cinéaste nous entraîne dans un futur proche, pour y parler parentalité, maternité, technologie, conception et natalité. Très intéressant dans ce que le film raconte, « The Pod Generation » pose la question des dérives de notre monde face à une technologie toujours plus en pointe, et de ça, il en résulte un film qui se pose comme une bonne surprise.

« Plusieurs éléments dans ce film sonnent très réalistes. »

Dans un futur proche, l’intelligence artificielle a pris le pas sur presque tout, notamment dans les villes, où les habitants ne savent plus ce qu’est la nature. Rachel, la trentaine, est une femme d’affaires dont la carrière est en pleine ascension. Rachel aimerait beaucoup avoir un enfant, mais cette grossesse risque de freiner son ascension. Sa responsable lui propose alors de passer par Pegasus, une société qui propose aux futurs parents une grossesse moins contraignante et plus paritaire. À la place de porter un enfant pendant neuf mois, Pegasus propose de concevoir l’enfant dans un Pod, sorte d’utérus artificiel. Rachel choisit cette solution et elle va arriver à convaincre son mari Alvy, un réfractaire à toute technologie.

Ce que j’affectionne particulièrement avec le cinéma, c’est le fait qu’il arrive à offrir des surprises au moment où l’on s’y attend le moins. Alors que je savais de quoi il parlait, je ne sais pas vraiment pourquoi, mais « The Pod Generation » sonnait comme une petite comédie romantique qui aurait un soupçon de film d’anticipation, et à la découverte du nouveau film de Sophie Barthes, c’est tout sauf cela que j’ai trouvé là. Non, « The Pod Generation« , même s’il peut tenir des moments qui sont drôles, se pose avant tout comme un drame intelligent qui questionne l’avenir, la technologie, les intelligences artificielles et surtout les places que prennent ces deux dernières dans nos vies.

Tenu par un scénario qui ne cesse de se faire intéressant, même si on pourra lui reprocher de tourner quelque peu en rond, « The Pod Generation » est un film qui sait nous tenir de bout en bout de métrage, en posant des réflexions intelligentes et des questions pertinentes, qui nous feront réfléchir sur l’avenir de notre société, d’autant plus que plusieurs éléments dans ce film sonnent très réalistes, ce qui peut en coller quelques frissons.

«  »The Pod Generation » peut aussi avoir tout d’une fable moderne. »

Ce qui est excellent aussi avec ce film, c’est l’ambiance plutôt apaisante que l’histoire et ce monde véhiculent, alors que les enjeux et ce qui s’y passe sont presque terrifiants. Cette société, qui se veut parfaite et égalitaire, apparaît comme froide, et finalement assez dénuée de vie et d’émotions. Puis dans un autre sens, notamment avec sa dernière partie, « The Pod Generation » peut aussi avoir tout d’une fable moderne, ce qui dénote (en bien et en nuances) face à la froideur ambiante.

Pour ce film, Sophie Barthes a fait appel à deux comédiens qui se complètent parfaitement, avec d’un côté Emilia Clarke en jeune femme carriériste et désireuse d’avoir un enfant, puis de l’autre on trouve Chiwetel Ejiofor, en botaniste, regrettant le monde d’avant, amoureux de la nature, et réfractaire à cette technologie qui ne cesse d’envahir petit à petit son quotidien.

Enfin, avec ça, « The Pod Generation » est aussi une jolie mise en abîme de la part de Sophie Barthes qui livre là un film d’anticipation qui a sa petite tronche, et surtout qui regorge d’idées pour décrire le monde de demain. Franchement, entre les séances chez le psy face à un œil géant, et toutes les IA à droite et à gauche, « The Pod Generation » est franchement intéressant.

Bonne surprise de cette fin octobre 2023, ce troisième film de Sophie Barthes confirme le talent de sa metteuse en scène, qui nous entraîne là, sans mal, dans un film intéressant, aussi bien dans ce qu’il raconte que comment il le raconte. Assez mal distribué, et même si ce n’est pas le film de l’année non plus, il serait franchement dommage de passer à côté.

Note : 14,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.