juin 19, 2024

Expend4bles

De : Scott Waugh

Avec Sylvester Stallone, Jason Statham, Andy Garcia, 50 Cent

Année : 2023

Pays : Etats-Unis

Genre : Action

Résumé :

Barney Ross et sa bande doivent affronter un marchand d’armes qui commande la puissance d’une armée privée massive.

Avis :

Après Sylvester Stallone, Simon West et Patrick Hughues, « Expendables » change de capitaine de bord et engage cette fois Scott Waugh, réalisateur qui a été longtemps cascadeur. Waugh débute à la fin des années 80 et passe toutes les années 90 à faire des cascades. On le retrouve chez Roger Spottiswoode, Steven Spielberg, John McTiernan, John Carpenter, Kevin Reynolds ou encore Sam Raimi. Dans les années 2000, il s’associe avec un ami et monte sa maison de production avant de se lancer dans la réalisation en 2006. Il commence tout d’abord avec un court-métrage documentaire, qu’il coréalise avec Mike McCoy, expérience qu’il prolonge avec un long, « Act of Valor« . Par la suite, c’est en solo que Scott Waugh revient en 2014 avec « Need For Speed« . Le film se plante au box-office et Scott Waugh reste un temps loin des grands studios, réalisant un direct to DVD.

De retour en grande pompe, c’est donc un nouveau départ pour le metteur en scène qui se voit offrir les commandes du quatrième film pour « Expendables« , film qui arrive presque dix ans après le troisième opus.

« Il arrive un moment où chaque franchise franchit le cap de trop. »

L’idée de retrouver Barney et sa team de gros bras prêt à en découdre faisait envie, d’autant plus que chaque nouvel opus de la franchise se voit enrichi de nouveaux méchants et de nouveaux personnages qui viennent compléter la team de Barney. Mais il arrive un moment où chaque franchise franchit le cap de trop, et malheureusement pour « Expendables« , c’est bien ce quatrième film qui, malgré des choix intéressants, comme le fait de se centrer sur le personnage de Lee Christmas, aborde une mission poussive, très peu originale, extrêmement prévisible, et assez flemmarde dans ce qu’elle essaie de faire. Dommage.

L’équipe des Expendables est envoyée en Libye afin d’arrêter Rahmat, un trafiquant de drogue qui a été embauché pour voler des têtes nucléaires. S’il y arrive, cela pourrait déclencher un conflit qui emmènerait vers la troisième guerre mondiale. Barney, Lee, Gunnar, Toll et d’autres pensaient trouver une mission simple, mais rien ne va se passer comme prévu, et bientôt l’unité va se retrouver face à un événement qu’ils ne pouvaient pas avoir deviner.

C’est donc après trois missions plus ou moins réussies que les « Expendables » reviennent pour ce qui s’annonce sur le papier comme leur mission la plus périlleuse, d’autant plus que cette dernière va être avortée dans un premier temps, laissant nos gros bras avec un grand malheur.

« Le film n’est visuellement pas très beau. »

Pour ce quatrième film, scénaristes et producteurs ont décidé de changer d’angles et très vite, le film met Barney de côté afin de se concentrer sur celui qui sera la révèle, Lee Christmas, c’est-à-dire l’action man des temps modernes, Jason Statham. Bon, l’idée comme ça n’est pas déplaisante, d’autant que Statham sait tenir un film d’action sur ses épaules, mais là, pour le coup, c’est bien le seul à s’amuser en dégommant du méchant à la chaîne.

Le film n’est visuellement pas très beau, faisant la part belle au fond vert qui sont vraiment, mais vraiment, très voyants, on peut se demander où sont passés les cent millions de dollars de budget. Mais ce ne sera pas le souci principal de cet « Expend4bles« . Non, ici, le vrai problème du film, c’est ce qu’il nous raconte. Franchement, ils s’y sont mis à trois pour écrire cette mission ?

Manquant d’intrigue, de suspens, d’enjeux et surtout y allant avec de très gros sabots, il ne va pas falloir sortir de Saint-Cyr pour tout, absolument tout, deviner de ce qu’il va se passer. Dès le premier quart d’heure, dès les premiers éléments et événements, tout est clair et limpide. Et le plus triste dans cette histoire, c’est le fait que tout ce que l’on a vu venir d’avance se réalise petit à petit, dans un film qui a vraiment cru qu’il offrirait des surprises à son spectateur. En fait, c’est tellement évident que ça tue dans l’œuf la moindre émotion, et au-delà de ça, le moindre intérêt qu’il peut y avoir dans cette histoire.

« Le cool des deux premiers opus se transforme ici en un film ringard et dépassé. »

Avec ça, le film ne développe aucun de ses personnages, hormis celui de Jason Statham, qui comme je le disais, se pose comme la relève de Barney. Dès lors, ce quatrième film se transforme en un Statham show invincible, qui va dézinguer du méchant par paquet de douze.

Dans des instincts basiques, on aurait alors pu prendre plaisir à suivre Jason déglinguer tout le monde, mais entre des scènes d’action lambdas et déjà vues, et l’humour qui veut que le personnage balance des punchlines en éliminant les méchants, fait que petit à petit, le cool des deux premiers opus se transforme ici en un film ringard et dépassé.

Ainsi, ce quatrième film est une déception. C’est vrai que l’on ne va pas voir un « Expendables » pour son histoire follement ingénieuse, mais de là à livrer une intrigue aussi fainéante que celle-ci, il y a un monde. On oubliera le cool des premières missions, et l’on reste ennuyé devant un film qui essaie d’être divertissant, mais il est clair que la recette ne marche plus, et que malheureusement, on est content lorsque le final (prévu d’avance) arrive. Dommage, vraiment dommage.

Note : 07/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.