juin 13, 2024

Rendez-Vous à Tokyo – L’Amour, le Même Jour

Titre Original : Just Remembering

De : Daigo Matsui

Avec Sosuke Ikematsu, Sairi Itoh, Ryô Narita, Miwako Ichikawa

Année : 2023

Pays : Japon

Genre : Romance, Drame

Résumé :

Les 26 juillet se suivent et ne se ressemblent pas… C’est le jour où ils se sont rencontrés, celui où ils se sont aimés, où ils se sont séparés. Sept rendez-vous entre un danseur professionnel et une conductrice de taxi dans le Tokyo d’aujourd’hui.

Avis :

Et si l’on allait faire un tour au Japon aujourd’hui. Pays à la culture incroyable, chaque année voit arriver dans nos salles de cinéma pas mal de films japonais, et c’est l’occasion de découvrir beaucoup de nouveaux regards et de nouveaux talents.

Ici, on s’arrête Daigo Matsui, un cinéaste qui a débuté sa carrière à la toute fin des années 2000. D’abord dans l’écriture, très vite, Daigo Matsui passe derrière la caméra sur la série télé « 0 Goshitsu No Kyaku« , série d’une saison encore inédite chez nous. Très vite, le metteur en scène enchaîne les projets et nous voici en 2023 et il présente son douzième film. À noter que ce « Rendez-vous à Tokyo » a tout l’air d’être le premier film de Daigo Matsui qui arrive jusque chez nous.

Sélectionné pour Les saisons Hanabi, festival de cinéma japonais qui se tient régulièrement partout dans les salles de cinéma, « Rendez-vous à Tokyo » est un petit film qui est aussi joli et nous fait passer un bon moment de cinéma, qu’il se pose aussi comme une petite déception, car il souffre d’un côté déjà-vu et derrière ça, son intrigue, si jolie soit-elle, se fait longuette, et elle a du mal à pleinement s’installer. Par contre, une fois installée justement, ce « Rendez-vous à Tokyo » développe un charme certain.

« L’histoire a du mal à se lancer, et notamment au début. »

Le 26 Juillet pour Teruo et Yo, c’est un jour à part, puisqu’en plus d’être l’anniversaire de Teruo, c’est aussi le jour où le couple s’est rencontré. Puis, c’est le jour où ils se sont aimés, ils se sont ennuyés, ou encore, ils se sont déchirés et séparés. Au fil des années à rebours, le 26 Juillet devient alors un rendez-vous dans le Tokyo d’aujourd’hui…

« Rendez-vous à Tokyo » est un film avec lequel j’ai eu un peu de mal, car il est un mixage entre deux de mes films préférés, « Un jour » de Lone Scherfig et « 5×2 » de François Ozon. Ainsi, pour le repérage de temps, le film se base comme pour « Un jour » avec à chaque fois, la « description » de ce qui se passe à cette date-là, et pour « 5×2« , c’est le fait que le film et cette histoire d’amour soit monté à l’envers sur sept années. Avec ce mixage, il y a un côté déjà-vu et presque sans surprise qui se dégage du film. Il faut dire aussi que l’histoire a du mal à se lancer, et notamment au début, le temps qu’on comprenne que cette histoire d’amour est montée à l’envers, il y a un flou qui déstabilise. Puis derrière ça, le film met du temps avant de pleinement se mettre en place. Il y a quelque chose qui fait qu’il traîne en longueur, comme s’il se cherchait lui-même pour raconter son histoire.

Il y aura donc des errances et des moments où l’on restera dans l’attente, mais petit à petit, finalement, l’histoire et les personnages développent leur charme et l’on se laisse envoûter par ce petit tourbillon de sentiments qui va s’accentuer au fur et à mesure, avec cette très belle rencontre et la soirée qui s’en suit.

« …ça n’empêchera pas le film de nous offrir de jolis moments de cinéma et de belles idées dans sa mise en scène. »

Si l’intrigue en elle-même est convenue, ça n’empêchera pas le film de nous offrir de jolis moments de cinéma et de belles idées dans sa mise en scène, qui cherche le romantisme en évitant les clichés. Avec cette histoire, « Rendez-vous à Tokyo » est aussi un film qui développe plusieurs sujets qui sont intéressants, comme le couple, la routine et l’usure, et son idée d’un montage à l’envers, comme le chemin d’un souvenir qu’on redécouvre est bon et joli, même si François Ozon l’a fait beaucoup mieux. On ajoutera à cela une surprise avec de manière très discrète, l’évocation d’un personnage homosexuel dans le cercle d’amis du couple. Alors oui, ça ne fait pas le film, et c’est un détail et c’est très suggéré, mais c’est suffisamment rare dans le cinéma japonais, il faut bien le mentionner.

Du côté de son casting, le film est joliment tenu entre tendresse, émotions et parfois humour par deux comédiens qui forment un joli couple, avec d’un côté Sosuke Ikematsu en danseur professionnel qui doit se reconvertir, et de l’autre Sairi Itoh qui incarne une conductrice de taxi au franc parlé. Les deux acteurs sont de belles découvertes, mais si leurs personnages sont bons et beaux, dans cette histoire, le film manque un peu d’émotion. Après, je ne sais pas si c’est aussi peut-être moi qui « ai bloqué » avec l’idée de voir deux de mes films préférés mixés en un. Peut-être que ça m’a enlevé un petit peu de ce qui aurait pu me toucher avec ce film.

C’est donc une petite chronique pour un joli petit film. Oui, bien que le film ait du mal à se mettre en place, qu’il ait une tendance à traîner et qu’il souffre d’un déjà-vu, l’histoire, cette relation de couple et les personnages n’en demeurent pas moins beaux, et comme je le disais, malgré ses défauts, petit à petit, on se laisse embarquer finalement, et ce « Rendez-vous à Tokyo » développe un charme certain. Puis mieux encore, puisqu’il se conclut presque avec cette magnifique première soirée, pleine d’amour, de découverte, de danse et de musique.

Note : 12,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.