février 28, 2024

Scream VI

De : Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett

Avec Melissa Barrera, Jasmin Savoy Brown, Jack Champion, Henry Czerny

Année : 2023

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé :

Après avoir frappé à trois reprises à Woodsboro, après avoir terrorisé le campus de Windsor et les studios d’Hollywood, Ghostface a décidé de sévir dans Big Apple, mais dans une ville aussi grande que New-York personne ne vous entendra crier…  

Avis :

« Scream » est une saga de films d’horreur qui se fait bien lucrative. Alors qu’on la pensait finie avec le décès de Wes Craven qui avait toujours été à sa barre pour le studio Paramount, c’était plus compliqué de laisser s’en aller une poule aux œufs d’or. Du coup, le studio a laissé passer un peu de temps pour relancer la machine, et plus de dix ans après « Scream 4 » qui voyait la cousine de Sidney vouloir lui faire la peau, Ghostface est de retour avec de nouveaux réalisateurs aux commandes. Ayant été l’un des succès surprises de 2019, c’est donc le duo de réalisateurs Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett qui se trouve être derrière « Scream 5« , et ce cinquième opus fut une bonne surprise, notamment avec cette idée de faire un « fuck » aux fans qui trouvent que quand ça ne leur plaît pas, il faut tout refaire.

Ce retour de Ghostface à ses affaires sanglantes avait rapporté un sacré petit paquet de dollars à Paramount, qui n’a pas perdu de temps et lancé un sixième film dans la foulée. Un sixième film qui arrive avec pas mal de crainte, car pour renouveler la franchise, « Scream » s’éloigne de Woodsboro pour poser sa nouvelle tuerie dans la ville de New York, et la dernière fois que la franchise a déplacé son lieu, c’était pour « Scream 3 » et l’on préfère ne pas s’en souvenir. Puis derrière ça, ce « Scream » part avec un handicap, puisque c’est le premier où on ne retrouvera pas le personnage de Sidney Prescott, car Neve Campbell a estimé « – … que l’offre présentée n’était pas à la hauteur de la valeur qu’elle a apportée à la franchise. ».

« Ce sixième « Scream » se pose comme le plus faible des derniers films. »

Du coup, ça partait assez un mal, d’autant plus qu’on imaginait bien la surenchère qu’on allait bien pouvoir y trouver, et entre bon et mauvais, ce sixième « Scream » se pose comme le plus faible des derniers films. Le long-métrage se laisse suivre avec intérêt, mais sa révélation finale ne tient absolument pas la route, et laisse pantois…

Cela fait plus d’un an que Ritchie et Amber s’en sont pris à Samantha, sa sœur et leur ami. Le quatuor, qui essaie de se remettre des événements, s’est installé à New York pour y faire leurs études. Le groupe a sélectionné avec soin ses proches. Et alors que tout semblait normal, des étudiants sont retrouvés assassinés, lacérés de coups de couteaux. Ces meurtres ressemblent à ceux d’un Ghostface et bientôt, les sœurs Carpenter vont en avoir la confirmation, car Ghostface va encore une fois s’en prendre à elle… Au milieu de cette lutte pour leur survie se pose alors la question du qui ? Et du pourquoi ?

L’année dernière, j’étais aussi curieux que j’avais des doutes quant aux retours de la franchise « Scream » et comme je l’ai dit, ce cinquième film, même s’il se faisait un peu répétitif, avait un propos qui m’avait beaucoup emballé. Je me suis donc laissé entraîner dans ce sixième opus, avec certes des craintes, mais bien moins que sur le film précédent, et même si ce sixième film s’est laissé regarder, je dois bien dire qu’il fut bien moins emballant, la faute à une intrigue qui sonne le déjà-vu, et derrière ça, il y a son final qui a bien du mal à tenir la route, et frôle la crise d’hystérie générale.

« Ce « Scream VI » réserve assez peu de surprises. »

Pour ce carnage, « Scream » s’éloigne du casting original, (on trouvera bien Courtney Cox, mais elle sera là pour peu de scènes et tient un petit rôle), pour se centrer sur le groupe des quatre survivants de la tuerie précédente. Il y a ici une envie d’assurer la passe d’armes, et de vraiment se focaliser sur la nouvelle génération, et proposer de nouvelles héroïnes qui pourraient petit à petit remplacer Neve Campbell et Courtney Cox.

Puis derrière ça, histoire de changer un peu la donne et renouveler un peu la franchise, on change le lieu et l’on change la violence des meurtres. Si le film tient des séquences efficaces, comme une attaque dans une supérette, la séquence du métro, ou encore l’appartement de Gale, sur l’ensemble du film, ce « Scream VI » réserve assez peu de surprises. Certes, les codes de la franchise sont là, la liste de suspects est là, et le pourquoi ce retour amène des questions, mais force est de constater que l’enquête que mène principalement les deux sœurs est moyennement intéressante, et comme je le disais, cette dernière va amener vers un final qui laisse terriblement perplexe. Perplexe face à la crise d’hystérie de Ghostface, mais aussi face à l’invraisemblance du plan machiavélique mis en place, qui ne tient pas du tout la route. Franchement, il ne faut pas se poser des questions à la découverte de tout cela, car très vite, une fois qu’on gratte, tout s’effrite.

« Côté gore, le film offre ce qu’on est venu chercher. »

Après, derrière ça, le scénario conjugue pas mal d’éléments parmi lesquels on retrouve aussi bien du bon que du mauvais. Le retour de Kirby, survivant du quatrième opus, est le bienvenu, même si elle ne sert pas vraiment à grand-chose, et d’autres retours sont bien plus poussifs. On ajoutera à cela la force de ces personnages, ce club des quatre qui s’en prennent plein la tronche, et arrivent à s’en remettre de manière assez fascinante (mention spéciale pour Jenna Ortega ou Jasmin Savoy Brown). D’ailleurs, de ce côté, le film a pas mal d’incohérences, et là encore, il ne faut surtout pas gratter.

Du côté de la mise en scène du duo, ce sixième film, hormis son final et son côté déjà-vu, offre de bonnes séquences, développe quelques idées qui sont intéressantes, pose une vraie surprise (qui ne tiendra pas malheureusement) en début de film. Le film, malgré tout, arrive à tenir une bonne tension, et côté gore, le film offre ce qu’on est venu chercher. Si parfois, il rate quelque peu l’iconisation de son Ghostface, d’autres fois (la scène de la supérette), il réussit très bien. Enfin, parfois, le film en donne trop, et s’aventure vers des exécutions qui ne sont pas utiles, et qu’on ne comprend pas vraiment.

Ainsi, lorsqu’on fait la somme de tout cela, ce sixième film se laisse regarder, mais est en dessous du précédent que le duo avait mis en scène. Mélange de bonnes idées et de mauvaises, se séparant petit à petit de ses personnages originels pour aller vers d’autres « horizons », « Scream VI » se pose comme un petit chapitre pour Ghostface. Un chapitre qui a pour révélation et conclusion une hystérie qui peine à convaincre. Dommage.

Note : 11/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.