mai 26, 2024

Arrête avec tes Mensonges – Cognac Shaking

De : Olivier Peyon

Avec Guillaume de Tonquédec, Victor Belmondo, Guilaine Londez, Jérémy Gillet

Année : 2023

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Le romancier Stéphane Belcourt a accepté de parrainer le bicentenaire d’une célèbre marque de cognac. C’est l’occasion de revenir pour la première fois dans la ville où il a grandi. Sur place, il rencontre Lucas, le fils de son premier amour. Les souvenirs affluent : le désir irrépressible, les corps qui s’unissent, une passion qu’il faut taire… Ce premier amour s’appelait Thomas. Ils avaient 17 ans.

Avis :

Au rayon des cinéastes français qui ne font pas de bruit, on trouve Olivier Peyon, réalisateur d’une cinquantaine d’années, dont la carrière, en termes de long-métrage, a commencé en 2007 avec « Les petites vacances« , comédie avec Bernadette Lafont et Claude Brasseur. Entre deux documentaires, Olivier Peyon a commencé à se faire une jolie filmographie, qui fut bien souvent tournée à l’étranger. Ainsi, le réalisateur a filmé l’Uruguay en compagnie d’Isabelle Carré et Ramzy Bedia pour « Une vie ailleurs » ou le Japon avec Karin Viard et Stéphane Bak, avec « Tokyo Shaking« , film qui revenait sur la catastrophe de Fukushima, vue par une expatriée française au sein d’une entreprise.

Pour son quatrième film de fiction, Olivier Peyon revient chez nous et pose sa caméra à Cognac, pour mettre en scène ce qui sera assurément l’un de ses plus beaux films, une adaptation d’un roman autobiographique de Philippe Besson, « Arrête avec tes mensonges« .

« Le nouveau film d’Olivier Peyon est un film dense, qui déborde de tendresse, de remords, de regrets, d’amour et de finesse. »

Magnifique et bouleversant, le nouveau film d’Olivier Peyon est un film dense, qui déborde de tendresse, de remords, de regrets, d’amour et de finesse. Évoquant les fantômes du passé, au travers d’une histoire universelle, « Arrête avec tes mensonges » est un petit bijou qui nous tient en haleine et en émotions du début à la fin.

Stéphane Belcourt est un écrivain à succès. Natif de Cognac, il a accepté de parrainer le bicentenaire de la célèbre marque. Cela fait trente-cinq ans que Stéphane est parti de la ville sans jamais y revenir. Sur place, il fait la rencontre hasardeuse de Lucas, un jeune homme d’une vingtaine d’années, qui lui rappelle fortement son premier amour, Thomas. Au fur et à mesure des conversations, Stéphane découvre que Lucas est le fils de Thomas. Ce retour aux sources, et cette rencontre, fait alors remonter des souvenirs à l’écrivain. Des souvenirs empreints de passions, de remords, et surtout des souvenirs pleins de questions. Ce week-end à Cognac peut alors changer bien des choses…

Ce que je préfère dans le cinéma, ce sont les surprises qu’il est capable d’offrir. Je n’avais jamais entendu parler du roman de Philippe Besson, et derrière ça, je suis allé voir « Arrête avec tes mensonges » uniquement grâce au nom du réalisateur, dont le dernier film en date, « Tokyo Shaking« , m’avait beau plus (et petite parenthèse le sort qui lui est réservé est injuste, puisque le film n’aura aucune sortir en DVD et Bluray). Je pensais passer un bon moment de cinéma, et j’étais loin de me douter des émotions que « Arrête avec tes mensonges » allait m’offrir, avec cette histoire d’amour contrarié. Une histoire d’amour qu’il a fallu taire. Une histoire d’amour qui marque une vie et un cœur, et surtout, qui, malgré plus de trente années d’absence, fait encore son chemin. Beau et intense, tendre et sensuel à la fois, comme emprisonné et pudique, et en même temps libre, loin du regard des autres, le scénario que tient-là Olivier Peyon est tout simplement magnifique, et derrière ça, le réalisateur sait redoutablement le raconter au travers de ses personnages.

« Le film parle de la différence, du regard des autres, de la peur viscérale du regard des autres. »

« Arrête avec tes mensonges » est un film qui tient une multitude de sujets au sein de sa trame. Avec ce retour sur les terres de sa jeunesse, le film parle de beaucoup de choses. Ici, on parle de regrets et de remords avec une histoire d’amour empêchée. On y parle de honte, de ce qu’on appelle le placard, évidemment le film aborde la question de l’homosexualité loin des grandes villes. Il parle de la différence, du regard des autres, de la peur viscérale du regard des autres. Puis plus loin profond encore, le premier amour, les regards, les sourires, les premiers émois, les corps qui se rencontrent, les sensations qui se découvrent. Le tout est livré un peu comme une enquête, car petit à petit, le film nous révèle ses surprises et ces dernières vont apporter plus de corps et d’âme à cette histoire. Ici, un homme d’une cinquantaine d’années va être piqué à vif dans ses souvenirs, et face à lui, un jeune homme va partir à la rencontre de son père. Olivier Peyon raconte tout ceci avec une infinie tendresse, et ce film ne peut laisser indifférent, surtout que le film offre aussi de très jolies fulgurances, comme par exemple un discours d’une très grande beauté, qui déborde d’amour et de vérité.

S’ajoute à cette magnifique rencontre, une réalisation très soignée de la part d’Olivier Peyon. « Arrête avec tes mensonges » est en un sens un film assez classique, car comme on s’en doute, pour raconter ces souvenirs, le film fait des allers-retours entre présent et passé, mais le réalisateur y injecte énormément de souffle et de romantisme, ce qui fait qu’on se laisse totalement happer par cette histoire. « Arrête avec tes mensonges« , c’est aussi un film qui multiplie les envolées, avec d’un côté les envolées émotionnelles que Peyon peint parfaitement, et esthétiquement, le film est plein d’envolées aussi (au propre comme au figuré), filmant Cognac et la Charente de très belle manière, apportant un paysage idyllique pour cette histoire, même si, dans ce que le film raconte, cette magnifique région va être en partie le point de rupture de cette histoire d’amour. Puis, pour encore plus d’empreinte et de souffle, on pourra aussi compter sur une BO des plus sublimes.

« Guillaume De Tonquédec trouve là l’un de ses plus beaux rôles. »

Puis enfin, Olivier Peyon a réuni un très beau casting, avec des comédiens au top, pour faire vivre toutes ces émotions dans deux époques distinctes. Ainsi, pour le présent, on trouvera un Guillaume De Tonquédec qui trouve là l’un de ses plus beaux rôles. Ça faisait bien longtemps que le comédien ne m’avait pas autant touché. Face à lui, on trouvera un Victor Belmondo on ne peut plus touchant dans la peau d’un fils qui cherche à comprendre. Un fils perdu qui part à la découverte d’un père qui ne parlait que trop peu.

Toujours dans le présent, pour donner un peu d’air et de sourire, on pourra compter sur le naturel de Guilaine Londez. Puis pour ce qui est des souvenirs, le réalisateur nous présente deux jeunes pleins de talents qui crèvent l’écran, Julien De Saint-Jean et Jérémy Gillet. Les deux forment un superbe couple de cinéma, et leur histoire d’amour, si fugace soit-elle, de par toutes les émotions qu’elle soulève et les sujets par lesquels elle passe, marque durablement.

Ce quatrième film d’Olivier Peyon, qui revient un peu plus d’un an après « Tokyo Shaking« , est une très belle surprise. Film magnifique, riche en sujets, et très intense en émotions, « Arrête avec tes mensonges » se pose d’ores et déjà comme l’un des plus beaux films de son réalisateur, et de cette année de cinéma 2023. D’une infinie tendresse, universel de par son histoire et les sentiments qui peuplent le film, tenu par des comédiens ô combien sublimes… Bref, une belle et grande surprise, que j’ai personnellement encore envie de revivre encore et encore et qu’importe les larmes qui sont au rendez-vous.

Note : 18/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.