décembre 9, 2023

God Dethroned – The World Ablaze

Avis :

Parmi les groupes au passé tumultueux et au changement de line-up omniprésent, God Dethroned tient la dragée à de nombreux groupes. Originaire des Pays-Bas, le groupe se forme au début des années 90 autour d’Henri Sattler et propose un premier album en 1992 qui sera bien apprécié par la critique. Mais la formation se sépare un an plus tard, avant de se reformer en 1996 pour finalement cesser toute activité en 2012. Il faudra alors attendre cinq ans avant de revoir God Dethroned sur le devant de la scène Death Metal. En effet, armé d’un nouveau guitariste et d’un nouveau batteur, les bataves décident de sortir un nouvel album, The World Ablaze, en 2017, permettant alors de croire en un avenir plus solide pour les néerlandais. Hélas, si l’album est bon, et que le groupe tient toujours bon, guitariste et batteur ne restent jamais bien longtemps auprès de Sattler.

Avec ce dixième album, le groupe explore la Seconde Guerre mondiale, et va s’inspirer de diverses histoires et batailles pour les paroles. Une période sombre propice à du Death teinté de Black, et de nombreux groupes aiment prendre ce thème pour s’illustrer. Après une introduction qui fait monter la sauce (A Called to Arms), le groupe balance Annihilation Crusade, et le moins que l’on puisse dire, c’est que le groupe n’est pas là pour rigoler. Dès le départ, la double-pédale est de sorti et le chant tout en growl viendra renforcer une rythmique qui ne va faire que monter crescendo. C’est puissant, mais c’est surtout maîtrisé avec une construction simple, mais qui ne faiblit jamais. On entend bien que le groupe est en forme, et ça fait plaisir. D’ailleurs, The World Ablaze viendra confirmer tout cela dans un long titre de plus de cinq minutes.

Ce titre sera plus mélodieux, il prendra plus de temps pour instaurer son atmosphère guerrière et un peu anxiogène. La formation semble sur un bon terrain d’entente et chaque partie connait bien son rôle. Les paroles sont très simples, mais cela permet de rendre le refrain très catchy, comme ce sera le cas sur de nombreux titres. Par exemple, On the Wrong Side of the Wire ne cessera de répéter le titre en guise de refrain, pouvant alors être facilement chanté. Globalement, le morceau fait le taf, avec une belle vitesse d’exécution et une mélodie redondante à la gratte qui donne le côté Death mélodique à l’ensemble. Close to Victory viendra mettre un peu de sel sur une plaie béante, avec quelque chose de plus lourd, de plus Black dans l’esprit (coucou les blasts), mais tout en gardant à l’esprit un certain sens de la mélodie.

Histoire de nous reposer un peu, God Dethroned balance un petit interlude des familles avec Konigsberg, mais on aura un sentiment oppressant avec ce petit passage, qui reste bien sombre. Il permet alors de balancer Escape Across the Ice (The White Army), l’un des meilleurs titres de l’album. Assez court, le morceau propose une belle montée et un riff addictif qui donnera un certain goût de reviens-y. Le chant, toujours en growl, est plus calme, permettant alors d’appuyer un refrain puissant et ultra catchy. Breathing Through Blood sera peut-être le titre le moins intéressant de l’album. Il reste de bonne facture, mais il ne surprendra jamais vraiment. Il lui manque une construction plus lisible et un refrain marqué. Alors certes, c’est toujours techniquement irréprochable, et très intéressant, mais force est de constater que le titre reste moins en tête que les autres.

Reste alors Messina Ridge qui va bien nous frapper dans la tronche. Les riffs sont agressifs et relativement lourds, donnant alors un sentiment de danger imminent, et c’est vraiment bon. Et s’il est vrai que le morceau manque de variation ou d’originalité, il reste bien fichu et addictif. Enfin, The 11th Hour sera le gros morceau de cet album, avec sa longue durée (plus de six minutes) et sa violence percutante. God Dethroned propose une conclusion épique, qui s’inspire de la fameuse légende du 11h11 du 11 Novembre, où le diable pointerait le bout de son nez. Si on reste dans des paroles peu inspirées, cela n’empêche pas la formation d’en tirer quelque chose d’épique et de terriblement puissant. Et d’imposer un tout massif et cohérent, qui ne déclenche aucun ennui sur plusieurs écoutes. Bref, ce retour aux affaires des néerlandais est vraiment bon et intéressant.

Au final, The World Ablaze, le dixième album de God Dethroned, est un très bon album de Death, avec quelques fulgurances Black. Le conflit mondial de 39/45 semble inspiré les musiciens qui vont nous offrir une galette assez courte (41 minutes) mais relativement efficace, où l’on sent que les morceaux les plus courts sont les plus percutants et mémorisables. Bref, un excellent album qui permet de croire à un peu de stabilité, mais ce n’est pas vraiment le cas, puisque guitariste et batteur sont déjà allés voir si l’herbe était plus verte ailleurs…

  • A Called to Arms
  • Annihilation Crusade
  • The World Ablaze
  • On the Wrong Side of the Wire
  • Close to Victory
  • Konigsberg
  • Escape Across the Ice (The White Army)
  • Breathing Through Blood
  • Messina Ridge
  • The 11th Hour

Note : 17/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.