janvier 27, 2023

Tungsten – We Will Rise

Avis :

Allez savoir pourquoi, mais certains noms plus ou moins communs deviennent rapidement viraux au sein de la communauté métal. Et étrangement, le tungstène, ce métal dur qui se trouve dans nos ampoules, semble plaire à plusieurs groupes, puisque des Etats-Unis jusqu’en France, on trouve des groupes portant ce nom. Cela va du Thrash en passant par le Heavy, voire même le Grindcore, mettant en avant ce métal dont le nom, d’origine suédoise, veut dire pierre lourde. Il est donc évident que la Suède était le pays adéquat pour avoir un groupe qui porte ce nom. Tungsten se forme en 2016 sous le patronyme de Strokkur, avant de changer de nom en 2019. Dès lors, le groupe va sortir trois albums en trois ans, dont We Will Rise sera le premier effort. Et on va entrapercevoir un style étrange, hybride, oscillant entre trois genres bien distincts.

Pourtant, ce n’est pas avec le premier titre que l’on va s’en apercevoir. We Will Rise est un titre assez sympathique, mais qui plonge tête la première dans un Heavy/Power assez classique. On aura droit à quelques sifflements, mais surtout une construction simple, qui ne vise que l’efficacité du morceau. Misled sera fait du même bois, avec un côté bien plus prononcé pour le côté Power, avec notamment une prédominance mélodique très « Fantasy ». On ressent bien les influences du groupe, et cette volonté de rester dans un univers marqué, mais que l’on connait assez bien. On peut alors craindre un énième groupe sans trop de saveur, qui singe un peu ses aînés sans trouver sa patte, son identité. Mais ça, c’est avant The Fairies Dance, qui va mélanger tous les genres cités auparavant, mais avec un élément Métal Alternatif insoupçonné.

En effet, c’est à partir de ce titre que le groupe démontre ses ambitions et son envie de faire bouger les têtes, en mélangeant un genre très nerveux avec un autre plus « posé », ou tout du moins avec une ambiance plus marquée. Mais si l’on excepte un refrain un poil cheap avec ses quelques ajouts au clavier, on reste dans un morceau plaisant et qui annonce du très bon par la suite. Coming Home fleure bon les années 2000, en piochant dans du refrain qui ressemble un peu à du Disturbed, tout en gardant cette image de Fantasy plutôt bizarre. L’effet est surprenant, pas forcément réjouissant, mais l’essai mérite l’écoute. Quant à It Ain’t Over, on va dans ce que le groupe offre de meilleur, avec une rythmique infernale, qui va vite donner envie de se casser la nuque.

As I’m Falling sera encore plus impressionnant avec des riffs qui semblent provenir des débuts de Finve Finger Death Punch, avec en prime, un chant qui ressemble un peu à celui d’Ivan Moody. Bref, on reste très surpris par ce virage, et cette envie de surprendre à chaque piste. De plus, le groupe arrive à garder son identité avec un refrain un poil cheap, mais qui reste bien vite en tête. Même Sweet Vendetta va venir nous cueillir dès son introduction et sa grosse ligne de basse. Lorsque les grattes prennent le relai, on navigue en plein Métal Alternatif. Il est juste dommage que le rythme se casse lors des couplets, car tout le reste est très bon, avec même de gros arrangements électro qui confère au titre un aspect Indus. Avec Animals, le groupe propose une virée sauvage vers un Heavy véloce et fracassant qui laisse K.O.

Remember renoue avec les élans du début et un côté Power théâtral très appuyé. C’est sympathique, mais c’est peut-être là que le groupe marque le moins, car on a l’impression d’avoir entendu cela des milliers de fois. Heureusement, To the Bottom viendra remettre les pendules à l’heure pour bien nous énerver et mettre un regain d’énergie dans la galette. Seul Impolite sera un peu en deçà, avec un côté rigolo qui ne fonctionne pas, et un mid-tempo un peu Punk qui manque de nerf. Enfin, le groupe viendra conclure son effort sur Wish Upon a Star, et là aussi, ce n’est pas forcément la panacée. Si c’est loin d’être mauvais, on retrouve un côté un cheap, avec des arrangements qui ne sont pas fifous et c’est dommage. Il y avait bien d’autres manières pour conclure cet album…

Au final, We Will Rise, le premier album de Tungsten, est un effort qui est très étonnant dans sa forme. Hybridation bizarre de plusieurs genres qui ne semblent pas forcément aller ensemble, on se retrouve pourtant avec une galette qui marche. Si certains éléments font très cheap, voire un peu ringards, on ne peut que reconnaître l’audace des suédois qui tentent des choses et ne se posent aucun frein. Bref, une bonne surprise qui donne envie de plonger dans les deux albums suivants.

  • We Will Rise
  • Misled
  • The Fairies Dance
  • Coming Home
  • It Ain’t Over
  • As I’m Falling
  • Sweet Vendetta
  • Animals
  • Remember
  • To the Bottom
  • Impolite
  • Wish Upon a Star

Note : 15/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.