novembre 30, 2022

The Unnamed – Geiger – De Nouveaux Super-Héros?

Auteurs : Geoff Johns et Gary Frank

Editeur : Urban Comics

Genre : Post-Apo

Résumé :

Lorsque le feu nucléaire embrasa le monde, certains parvinrent à se mettre à l’abri, mais pas Tariq Geiger. S’il réussit à placer sa famille en lieu sûr, il n’eut jamais le temps de les rejoindre. Vingt ans plus tard, dans un monde ravagé où des hors-la-loi se battent pour survivre, la loi du plus fort règne. Mais tous ont appris à craindre un homme… Ou plutôt une légende. Il se murmure qu’un guerrier phosphorescent serait parvenu à échapper au nouvel ordre mondial… Un guerrier obsédé par la protection d’un certain bunker…

Avis :

Si l’on sort un petit peu des carcans de chez Marvel ou DC, il est difficile de trouver des super-héros qui soient très connus. Certes, Image Comics a réussi à faire vivre quelques personnages sur grand écran, mais globalement, les films furent des flops, faute d’un grand public connaisseur. On peut citer Jonah Hex comme exemple, mais il en existe d’autres. Bref… D’un autre côté, si les américains ont un catalogue très fourni en super-héros plus ou moins connus, en France, c’est une autre paire de manches, les éditeurs préférant jouer la carte de Batman ou Superman, ce que l’on peut comprendre. Fort heureusement, chez Urban Comics, il existe une collection indépendante qui permet de découvrir de nouveaux personnages. C’est par exemple le cas de la saga The Unnamed, qui veut mettre en place de nouveaux personnages aux pouvoirs étranges. Et commençons de suite par Geiger.

Ce premier tome, qui peut se lire tout seul, même si la fin laisse présager une suite, propose de suivre Tariq Geiger, un homme qui a subi les effets de la bombe atomique, mais qui n’en est pas mort. Mieux, il a acquis des pouvoirs radioactifs lui permettant de survivre sans combinaison dans un monde perverti. La vie de Geiger n’est pas forcément des plus agréable, car il contrôle un territoire où l’on apprend qu’il protège femme et fille dans un bunker, qu’il ouvrira le jour où l’air sera respirable. Il tue alors quiconque vient dans son territoire. Et manque de bol, Las Vegas n’est pas loin et la ville est devenu le fief d’un prince qui veut tuer Geiger pour lui prendre son territoire. Lorsque deux enfants entrent sur son territoire, le héros décide alors de tout faire pour les sauver des griffes du Prince et de ses sbires.

C’est à peu près l’histoire globale de ce premier héros, dont le choix narratif est assez intéressant. En effet, au lieu de nous balancer une origin story, on va tout savoir de la bouche d’un narrateur qui se trouve dans le territoire de Geiger, et qui raconte la vie de ce dernier à son associé. On aura donc droit à un rapide résumé de sa vie avant la guerre atomique, puis on va en connaître plus sur sa nouvelle vie, ses désillusions et sa volonté de faire le bien, ou tout du moins de sauver ces deux gamins. Etrangement, ce n’est pas tant Geiger le véritable point fort de ce récit, puisqu’il reste un super-héros au pouvoir très dangereux et à l’empathie forte, mais finalement assez banal. C’est un combattant qui maîtrise l’énergie atomique, qui doit se battre avec deux bâtons de bore pour ne pas exploser.

Le plus intéressant dans cette histoire, c’est le cadre. C’est-à-dire tout le nouvel univers créé par Geoff Johns qui va s’appuyer sur de très nombreuses références pour créer un Vegas perverti et un monde post-apocalyptique jamais vu. Si Geiger cristallise tous les méchants autour de lui, et cette histoire permet de voir son aspect humain et protecteur, on aura vraiment envie de découvrir plus du nouveau Vegas et de sa pléthore de méchants, tous plus frappadingues les uns que les autres. Car si on y retrouve le Prince à l’égo surdimensionné pensant vivre au Moyen-Age, on aura aussi droit au clan des pirates, à la nana qui pense vivre dans les années folles, au chasseur de safari ou encore à Karloff, dont la maison est un vrai film d’horreur.

Tout ce petit monde a ses propres caractéristiques et c’est un vrai plaisir que de découvrir leurs origines dans le petit bonus offert à la fin de l’histoire. Certes, ça n’a pas forcément d’impact sur l’histoire principale, mais ça rajoute une plus-value à un univers déjà bien déjanté. Pour en revenir à l’histoire de base, on trouvera tout de même des thèmes très intéressants, comme la guerre nucléaire qui a détruit la planète, mais cette volonté de l’être humain de toujours chercher la domination, même dans un monde ravagé. Car l’histoire prend vraiment forme lorsque tout ce petit monde recherche la mallette qui détient les codes de lancement des missiles restants pour mettre la pression sur tout un chacun. On retrouvera donc des sectes plus ou moins sympathiques, comme cette communauté qui promet un bel avenir à tout le monde, sauf aux malades.

Là aussi, Geoff Johns critique cette humanité qui ne veut pas vivre avec des risques, et qui préfère tuer des gens malades (et en l’occurrence, ici, un enfant) plutôt que de chercher des ressources coûteuses et rares. Bref, malgré son côté un peu pulp et super-héroïque, on trouve vraiment des thèmes précis et intéressants là-dedans. En plus de personnages secondaires qui vont prendre de l’importance dans leur propre tome, à l’image de Junkyard Joe, ce soldat robot qui a vu le jour durant la guerre du Vietnam. Car oui, la série The Unnamed a une frise chronologique qui indique l’apparition de ces nouveaux héros, et on a qu’une hâte, c’est de lire les autres tomes qui, on l’espère sortiront bientôt. Et que dire des dessins de Gary Frank, qui sont vraiment de toute beauté. Il y a une vraie énergie qui se dégage de ses traits.

Au final, The Unnamed – Geiger est une excellente entame à cette nouvelle série qui essaye de créer de nouveaux super-héros, qui ne sont pas si lisses que ça. Baignant dans un post-apo déjanté et relativement créatif, on va se prendre d’affection pour ce héros au grand cœur qui fait le liant avec le prochain tome, tout en assurant une action non-stop et une curiosité sans faille. Bref, il serait dommage de passer à côté de cette création qui sort des sentiers battus et a une idée assez géniale, celle de créer des super-héros à chaque grand trouble historique.

Note : 17/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.