février 9, 2023

Le Tigre et le Président

De : Jean-Marc Peyrefitte

Avec Jacques Gamblin, André Dussollier, Christian Hecq, Anna Mouglalis

Année : 2022

Pays : France

Genre : Comédie, Historique

Résumé :

1920, les années folles. Georges Clemenceau vient de perdre l’élection présidentielle face à l’inconnu Paul Deschanel, un idéaliste qui veut changer le pays. Mais un soir ce dernier tombe d’un train et se volatilise. Au petit matin, la France cherche son président, une occasion en or pour le Tigre Clemenceau…

Avis :

Ayant étudié l’agriculture, Jean-Marc Peyrefitte s’est vite éloigné de ce milieu pour s’élancer dans le cinéma. Si « Le tigre et le Président » est le premier film de Jean-Marc Peyrefitte, l’homme est loin d’être un débutant. Réalisateur et producteur de plusieurs courts-métrages qui ont été primés à travers le monde, Jean-Marc Peyrefitte fait des captations pour des humoristes tels que Pierre Palmade, ou Nicolas Canteloup, et il a aussi réalisé de nombreux clips vidéo pour pas mal d’artistes de la scène française.

Passionné par l’histoire de France, et passionné par l’histoire de ce président de la République que tout le monde, ou presque, a oublié, Jean-Marc Peyrefitte a décidé que pour son premier film, il se lancerait dans la folle idée d’adapter la présidence de Paul Deschanel. Le défi était grand et l’affaire était loin d’être mince, et pourtant, même si ce premier film est loin d’être parfait, il en résulte un film passionné et très intéressant. Un film où la grande histoire rime avec l’absurde, où l’oubli rime avec l’improbable, voire même le marquant.

Plaçant sa caméra entre humour et tragique, Jean-Marc Peyrefitte nous entraîne dans un film qui est certes romancé, et c’est dit dès l’ouverture de ce « … Tigre et le Président« , mais derrière ça, le réalisateur nous entraîne dans un film fort sympathique, qu’on prend plaisir à suivre, autant qu’on prend plaisir à découvrir l’histoire ce Président qui est tombé de son train…

Février 1920, alors que tout le monde prédisait que George Clémenceau serait le prochain président de la République française, ce dernier se fait coiffer au poteau par un quasi-inconnu, Paul Deschanel. Le Président Deschanel a tout un tas d’idées novatrices pour la France, et il pourrait bien bousculer les codes, or, pour lancer son programme et sa présidence, il lui faut écrire son discours, et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas une mince affaire…

« Le Tigre et le Président » est un film qui relate un petit pan de l’histoire de notre pays qui est oublié, et je dois dire que j’étais assez curieux de découvrir cette histoire. C’est sous la Troisième République que Jean-Marc Peyrefitte place sa caméra pour nous raconter l’histoire d’un Président qui n’a effectué que sept mois à la tête du pays.

Intéressant, assez touchant, oscillant entre l’histoire et la comédie, s’arrangeant même avec l’histoire pour que cette intrigue si absurde tienne la route, le réalisateur Jean-Marc Peyrefitte livre un film qui ne manque pas d’être haut en couleurs et se faire divertissant.

Tenant une construction assez classique, avec un événement en ouverture, puis un flashback qui va revenir sur le comment du pourquoi pour que cet événement puisse arriver, « Le Tigre et le Président » demeure un bon film qui dans son scénario se révèle très instructif. Je dois dire que j’ai été pris de bout en bout par ce film qui, même s’il a un ventre mou (à un certain moment donné, tournant légèrement en rond, en ayant du mal à avancer, puis derrière ça, on sent aussi que l’histoire, et les personnages, que nous raconte Jean-Marc Peyrefitte sont très romancés), cela n’empêche pas le film de Jean-Marc Peyrefitte d’offrir un divertissement de qualité. Un divertissement qui se repose beaucoup sur le portrait haut en couleurs de ses personnages, très justement tenus par Jacques Gamblin et André Dussollier.

L’intrigue est assez sérieuse, abordant un homme progressiste, plein d’idées et de promesses pour le pays. Un homme qui a une vision pour la France, et qui compose autant qu’il s’impose, le cinéaste arrivant à nous entraîner dans une comédie amusante, qui sait diffuser ses touches d’humour. Un humour qui fait son lit au sein d’une écriture assez brillante, nous offrant des répliques bien souvent tordantes, d’autant plus lorsque ces dernières sont balancées par ces deux acteurs qui, on le sent bien, s’amuse avec ces personnages.

Jacques Gamblin compose un président de la République perdu, dont la santé ne fait que se dégrader (le réalisateur ayant choisi d’explorer une théorie autour de son état de santé, alors que lorsqu’on se renseigne, on découvre tout un tas d’autres éléments, et cette envie d’en savoir plus est l’une des forces du film) et au fil du film, lui si drôle, si pétillant, mute et se fait de plus en plus touchant. Face à lui, on trouve un André Dussollier excellent en George Clemenceau, rival, « sauveur de la nation », et qui se fait fourbe, intéressé et qui n’attend qu’une chose, la chute de Deschanel pour prendre sa place. Entre deux grognements et un air lourd, Dussollier est franchement drôle.

« Le Tigre et le Président » est un film qui, comme je le disais plus haut, a un ventre mou, et il a tendance en milieu de séance à tourner en rond, mais malgré ça, ça ne l’empêche pas finalement de nous tenir en intérêt et de nous amuser. Pour un premier métrage, le film a de très belles qualités, et même s’il demeure assez classique dans son ensemble, la reconstitution est impeccable, la direction d’acteurs est excellente, la photo est sublime, et surtout, Jean-Marc Peyrefitte arrive bien à conjuguer l’histoire et la comédie, le drame, la politique, le théâtral de certaines situations qui poussent à l’absurde de cette histoire et des portraits hauts en couleurs. Le réalisateur a pris un risque et le pari était loin d’être gagné avec cette histoire, en plus de faire un film historique en tant que premier film, et finalement sur son ensemble, ce « … Tigre et le Président » se laisse regarder et apprécier.

Ce premier film pour Jean-Marc Peyrefitte nous fait donc passer un sympathique petit moment de cinéma, perché, quelque part entre histoire, comédie politique et drame. Si l’ensemble demeure classique, et qu’on y trouve ses petits défauts, cette histoire oubliée de France, qui nous ramène cent ans plus tôt, m’a intéressé sur tout son long, et comme je le disais, le film a fait mieux encore, puisque après le film, je suis allé me renseigner sur ce Président éclair, qui est resté comme l’homme qui est tombé du train.

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.