novembre 30, 2022

L’Art d’Aimer

De : Emmanuel Mouret

Avec François Cluzet, Julie Depardieu, Ariane Ascaride, Pascale Arbillot

Année : 2011

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Au moment où l’on devient amoureux, à cet instant précis, il se produit en nous une musique particulière. Elle est pour chacun différente et peut survenir à des moments inattendus…

Avis :

Devenu incontournable dans le paysage du cinéma français, Emmanuel Mouret est un réalisateur qui s’est bâti petit à petit une jolie carrière. Débutant à la fin des années 1999 avec son film de fin d’études qui sortira dans nos salles, Emmanuel Mouret s’est fait un expert de la comédie chorale, ayant pour thème principal l’amour. L’amour encore et toujours, l’amour partout. Il passe les années 2000 de façon très productive puisqu’il va réaliser pas moins de cinq films, et derrière ça, il va aussi trouver le temps de jouer parfois chez d’autres cinéastes, comme Claire Simon.

Pour commencer sa décennie 2010, quoi de mieux que de parler encore d’amour ? S’approchant d’un Woody Allen, avec « L’art d’aimer« , Emmanuel Mouret livre un petit film qui pose sa caméra entre douceur et amertume, entre sentiments pudiques et passions enflammées. Parfois drôle ou absurde, d’autres fois touchant ou triste, ce kaléidoscope d’histoires d’amour au travers une bonne quinzaine de personnages dégage un charme certain. Et même si le film ne restera pas comme l’un des meilleurs films de son auteur, il nous fait passer un bon moment, avec cette dizaine de sketches amoureux où les acteurs s’en donnent à cœur joie.

L’amour, et plus précisément le moment où l’on tombe en amour, cet instant précis où l’on tombe amoureux, il se dégage une petite musique dans nos têtes. Un rythme, une sensation, un sentiment qui est différent pour chacun. Pour Amélie, Louis, Isabelle, Vanessa, Boris, Emmanuelle, Laurent, William, Zoé et d’autres encore, ce moment, et cette musique, arrivent et c’est tour à tour beau, inattendu, triste, ou complétement fou…

Sixième film pour Emmanuel Mouret, « L’art d’aimer » est une petite comédie tout à fait sympathique, qui va s’amuser au travers de sketches à peindre l’amour dans toutes ses formes et dans toutes ses émotions.

Comme toujours écrit par Emmanuel Mouret, « L’art d’aimer » est un film candide qui sait toucher par sa sincérité. Composé d’une dizaine de sketches qui vont mettre en images et en intrigue une phrase, « L’art d’aimer » peint des portraits amusants, et livre des personnages qu’on se plaît à suivre. Parfois très court, n’ayant besoin que de quelques minutes pour développer et transmettre ce qu’il voulait exprimer (comme l’ouverture du film, ou l’un des premiers segments avec le pianiste amoureux), et d’autres fois plus longues, car l’amour est parfois compliqué et demande plus, (le sketch avec Judith Godrèche, Julie Depardieu et Laurent Stocker qui conclut très bien le film), Emmanuel Mouret nous entraîne dans un film original, intéressant et surtout touchant. Un film où ses personnages, parfois s’entrecroisent, se cherchent, se trouvent, et au bout du compte, derrière les déceptions, les tromperies, les fantasmes, les faits du hasard, ou les moments poussés par une amie, tous s’aiment et célèbrent ce sentiment universel qu’est l’amour.

Parfois se la jouant un peu trop intellectuel, parfois maladroit, il n’empêche que sur l’ensemble, « L’art d’aimer » tient un bon rythme et vole d’une intrigue à l’autre sans difficulté. Mieux encore, puisqu’on se plaît à suivre ce film, dont Emmanuel Mouret se pose en bon chef d’orchestre. « L’art d’aimer« , comme beaucoup des films de Mouret, fait penser à du Woody Allen, aussi bien dans sa mise en scène que dans certaines de ses idées, ou encore avec tous ces personnages qui se croisent. Puis, si le film nous apparaît comme sympathique aussi, c’est parce qu’Emmanuel Mouret n’en fait pas trop, et trouve toujours le ton sincère pour parler du sentiment d’amour qu’il explore au travers de ses segments. Un sentiment amoureux toujours différent, pour le meilleur et le pire.

Enfin, « L’art d’aimer » est un film choral et pour l’occasion, pour des histoires plus ou moins longues, le réalisateur, qui est aussi acteur dans son film, nous a réuni un très beau casting. Ainsi, on pourra retrouver une Judith Godrèche en plein dilemme avec son meilleur ami Laurent Stocker. Idem pour Gaspard Ulliel et Élodie Navarre qui se posent beaucoup de questions. Pascale Arbillot et Julie Depardieu sont copines, et il y a aussi un François Cluzet qui aimerait bien se faire sa voisine, la muse de Mouret, Frédérique Bel (et inversement d’ailleurs). On aura le droit à une très belle histoire entre Ariane Ascaride et Philippe Magnant, ou encore une histoire assez triste tenue par Stanislas Merhar. Tous ces personnages, même s’ils ont leur sketch qui illustre un sentiment d’eux, de manière générale, se tournent autour, et se retrouvent liés les uns aux autres, à plus ou moins grande échelle.

« L’art d’aimer » est donc un petit cru pour Emmanuel Mouret, mais c’est un petit cru sympathique. « L’art d’aimer » est tour à tour amusant ou triste, absurde et ubuesque, ou encore touchant, voire même un peu plus. Bref, on s’amuse, et même si le film ne marquera pas vraiment les esprits, il a le mérite de nous faire passer un petit moment de cinéma chaleureux.

Note : 13/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.