mai 25, 2022

Abuela – La Mamie Temps

Titre Original : La Abuela

De : Paco Plaza

Avec Almudena Amor, Vera Valdez, Karina Kolokolchykova, Chacha Huang

Année : 2022

Pays : Espagne, France

Genre : Horreur

Résumé :

Susana, un jeune mannequin espagnol, est sur le point de percer dans le milieu de la mode parisien. Mais quand sa grand-mère est victime d’un accident la laissant quasi paralysée, Susana doit rentrer à Madrid dans le vieil appartement où elle a grandi afin de veiller sur celle qui constitue son unique famille. Alors qu’approche leur anniversaire commun, de vieux souvenirs resurgissent en parallèle d’événements étranges, et le comportement de sa grand-mère devient de plus en plus inquiétant…

Avis :

Au rayon du cinéma espagnol, ce dernier offre bien souvent des cinéastes marquants dont on aime suivre chacune de leurs propositions. Parmi les noms de ces cinéastes, il y a Paco Plaza, co-réalisateur de la saga « [REC]« , ou encore papa des films comme « Verónica » et « L’enfer des loups« . Avec le Covid, dernièrement, on avait eu des nouvelles de Paco Plaza avec « Eye for an eye« , film qui fut diffusé sur Canal +, en Janvier 2021.

Cinq ans après sa dernière proposition en salles, Paco Plaza retrouve le chemin du grand écran pour « Abuela« , un petit film d’horreur, ou du moins d’épouvante, qui a, sur le papier, la chance d’être écrit par Carlos Vermut, qui n’est ni plus ni moins que le réalisateur des excellents « La niña de fuego » et surtout « Quién te cantará« .

Ainsi, sur le papier, cette alliance Plaza/Vermut, qui s’aventure dans le domaine de l’horreur, avait tout pour plaire et finalement, à la place des frayeurs, et autres tensions qui devaient bousculer cette histoire familiale, on se retrouve avec un film qui a bien du mal à nous tenir éveillé. Long, lent, en attente constante d’un démarrage, « Abuela » se trouve être confus, et au final assez frustrant et ça, c’est bien dommage, car notamment sur son final, l’ambiance se ressaisit, l’horreur s’installe, mais il est trop tard…

Susanna habite à Paris où elle est un mannequin qui commence à se faire un petit nom dans le milieu de la mode. Dans sa famille, il ne lui reste plus que sa grand-mère qui habite à Madrid. Alors que Susanna s’occupe bien de sa grand-mère, des événements étranges commencent à se faire sentir et un sentiment inquiétant l’envahit, et au-delà de ça, sa grand-mère qui n’est déjà plus la même personne, a un comportement des plus étranges.

« Abuela » est un petit film que j’attendais avec une certaine curiosité, ne serait-ce que pour avoir le plaisir de retrouver sur grand-écran un film de Paco Plaza, car même si le metteur en scène espagnol a déjà déçu, il offre toujours quelque chose d’intéressant dans son cinéma et derrière la déception ressentie devant ce nouveau métrage, « Abuela » a toutefois pour lui de bons arguments.

Bon, je ne vais pas mentir, « Abuela » fut un très long moment de cinéma et son rythme est l’un des premiers éléments qui lui fait le plus mal. On pourrait trouver dans cette histoire de famille une certaine fascination, notamment dans le malaise qui s’installe tout au long du film, mais malheureusement, Paco Plaza a bien du mal à tenir notre intérêt, tant finalement, il ne se passe pas grand-chose dans son « Abuela« . C’est assez frustrant de se retrouver comme piégé dans l’attente que le film et surtout l’intrigue arrive à nous prendre. Si l’ambiance est bien travaillée, le film a bien du mal à convaincre par son intrigue. Une intrigue qui se dévoile malgré elle assez vite et une fois qu’on a compris où le réalisateur veut aller, on ne comprend pas bien pourquoi ce plan maudit met autant de temps.

D’autant plus qu’à force de traîner de la trame, « Abuela » se fait répétitif et assez peu intéressant. Beaucoup de questions peuvent se bousculer en tête et derrière ça, plusieurs ficelles scénaristiques peuvent être tirées, mais rien de tout cela ne sera fait et malgré une direction claire, ou du moins l’intention de direction, on reste pantois à se demander où Paco Plaza et Carlos Vermut veulent bien aller. Au milieu de cet ennui et sur sa fin, « Abuela » arrivera bien à tenir quelques soubresauts de vie et de cinéma, notamment le final, qui dans son ambiance et son final est assez saisissant, mais pour arriver jusque-là, il aura fallu attendre et attendre et attendre encore.

Ce sentiment et cette frustration sont vraiment dommage, car « Abuela » est très bien tenu par deux comédiennes vraiment convaincantes et convaincues, Almudena Amor et Vera Valdez, la première dans la peau d’un personnage pur et aimant est absolument parfaite, et la deuxième se révèle étrange et malaisante à souhait.

Mais voilà, rien n’y aura fait. Ni l’intention de Paco Plaza qui part sur une bonne idée de départ, si l’ambiance soignée que son réalisateur construit, ni les petits effets de tension ou de gores (car oui, il y a quelques petits effets gores qui sont très bien menés d’ailleurs), ni cette intrigue qui aura ramé pour arriver là où elle va, ni ces très bonnes actrices… Bref, rien, absolument rien, n’y aura fait pour nous sortir de l’ennui et surtout l’attente que cette intrigue nous prenne enfin. C’est donc une belle déception et c’est vraiment dommage.

Note : 08/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.