juin 25, 2024

Of Mice & Men – Defy

Avis :

Quand on est un groupe de Metalcore avec deux chanteurs s’occupant de postes bien distincts (chant clair et chant crié), le départ de l’un des deux entraine forcément des conséquences. Soit la décision de prendre un nouveau chanteur pour le poste libéré, soit de changer de cap pour proposer un autre style avec un seul style de chant. C’est ce qu’aurait pu choisir Of Mice & Men après le départ d’Austin Carlile qui s’occupait du chant grave. Pour autant, les américains n’ont pas voulu (ou pu) recruter et c’est le chanteur restant, Aaron Pauley (qui occupe aussi le poste de bassiste) qui va prendre en charge toutes les parties vocales. Un choix audacieux, car à la base, il ne maîtrise pas forcément le chant grave, mais le groupe ne veut pas changer de style et de cap. Defy est dont le premier effort avec un seul chanteur.

La bonne recette

L’album débute avec le morceau qui donne son titre à l’album. On navigue alors en eaux connues, avec un Metalcore calibré, sans grande surprise, mais qui donne d’emblée le ton. Le groupe continue sur sa lancée et ne compte pas s’arrêter. A partir de ce premier morceau, on voit aussi comment se débrouille Aaron Pauley dans ses partitions vocales. Il semble avoir fait un sacré boulot avec une alternance de chant clair et grave maîtrisée à la perfection. Le refrain est catchy et on retrouve tous les atours du groupe. Avec Instincts, on continue sur la même lancée. Le chant grave assure les couplets, tandis que le refrain en chant clair fait office de boussole pour diriger le titre vers nos cerveaux. La surprise viendra d’un solo parfaitement maîtrisé, prouvant, si besoin l’en est, de la force technique des guitaristes. Bref, après ces deux morceaux, nous sommes rassurés.

La question est donc de savoir si l’album tient sur la durée. Et c’est plutôt positif. Si on veut rester sur cette même recette magique de couplets criés et de refrains en chant clair, on va être servi par plusieurs titres réussis. Mais on peut aussi compter sur des titres puissants, principalement servis par un chant clair assez intéressant. De ces chants que les « métalleux » pur jus qualifieront d’insupportable. Mais des morceaux comme Unbreakable ou encore How Will You Live possèdent une énergie dingue, portée par des riffs lourds qui donnent immédiatement envie de taper dans le tas. Et cela n’empêche pas le chanteur de pousser la gueulante lors de ponts pour marquer un passage plus violent. Quant aux sceptiques sur les capacités vocales du chanteur, il suffit de tendre l’oreille sur Warzone pour se rendre compte de son travail impressionnant et sérieux.

Un peu de douceur dans ce monde de brutes

Ce qui fait la particularité de cet album, le faisant rentrer dans la catégorie du Metalcore assez classique, c’est qu’il est plus doux que ses prédécesseurs. Of Mice & Men semble s’assagir un peu, ce qui correspond avec le départ du chant grave qui se fait moins prégnant. Back to Me, malgré ses atours de Core puissant, reste un morceau calibré pour la radio américaine et remplit parfaitement son taf de hit en puissance pour vendre l’album. La voix un peu vocodée, le rythme rapide au début qui s’allège pour les couplets, tout ça concorde pour rendre le titre accessible. On peut aussi citer Sunflower dans le même style, même s’il contient un rythme plus lourd et une ambiance plus pesante. Cependant, on reste dans le même moule d’un point de vue structurel. Et Vertigo rentre pile-poil dans cette catégorie aussi.

La grosse nouveauté du groupe provient de deux choses. Tout d’abord une reprise, celle de Money (Pink Floyd) revue et corrigée à la sauce Metalcore gentillet. Le titre fait néanmoins le taf, pour le plaisir de réentendre un classique du Rock. Enfin, Of Mice & Men s’essaye à la ballade pour clôturer son album. If we Were Ghosts termine l’effort par un exercice bancal, qui manque à la fois d’énergie et de délicatesse, ne parvenant pas vraiment à trouver le juste équilibre voulu. C’est là l’un des seuls défauts de cet album, qui reste tout de même assez classique dans sa forme.

Au final, Defy est un album fort sympathique de la part de Of Mice & Men. Si le départ du chanteur grave aurait pu adoucir l’ensemble, la formation ne manque pas d’énergie et délivre des compositions simples, directes et sont relativement percutantes. Seul bémol, on sent que le groupe peut partir vers une direction plus douce qui ne leur sied pas vraiment, et il serait dommage d’aller vers du commercial alors que leur force provient de leur équilibre entre gravité et aérien. Bref, un album qui marque un tournant pour le groupe, mais qui s’avère plutôt réussi.

  • Defy
  • Instincts
  • Back to Me
  • Sunflower
  • Unbreakable
  • Vertigo
  • Money
  • How Will you Live
  • On the Inside
  • Warzone
  • Forever YDG’n
  • If we Were Ghosts

Note : 15/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.