mai 25, 2022

Scream – Le Retour de Ghostface?

De : Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett

Avec Neve Campbell, Courteney Cox, David Arquette, Marley Shelton

Année : 2022

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé :

Vingt-cinq ans après que la paisible ville de Woodsboro a été frappée par une série de meurtres violents, un nouveau tueur revêt le masque de Ghostface et prend pour cible un groupe d’adolescents. Il est déterminé à faire ressurgir les sombres secrets du passé.

Avis :

« Scream » est l’un des premiers films slashers que j’ai vu ado, et je dois dire que j’ai beaucoup d’affection pour la franchise, même si cette dernière a ses bons comme ses mauvais épisodes. Comme on le sait tous, les quatre premiers films sont tous réalisés par Wes Craven. Or, le cinéaste décède en 2015 des suites d’une tumeur cérébrale. On pensait alors la franchise « Scream » finie, et il faut dire que la pauvre Sidney avait fort à faire avec sa cousine tarée. Mais finalement, onze ans après l’épisode quatre, voici qu’un nouveau « Scream » voit le jour et toujours avec le casting orignal. Un nouveau film qui est cette fois-ci confié Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett, un duo de cinéastes auquel on doit le délirant « Wedding Nightmare » qui est sorti en 2019.

Faire un nouveau « Scream » était un pari assez risqué, car que pouvait-on encore inventer pour que tous les dix ans environ, un jeune pète un câble et décide de zigouiller ses potes et par là même, si cela est possible, s’en prendre encore et toujours aux survivants des premiers films ?

L’idée de faire un nouveau « Scream » me plaisait assez, car j’avais envie de retrouver ces personnages avec lesquels on « vit » depuis déjà vingt-six ans déjà, et ce chapitre cinq, qui n’est pas appelé ainsi, est un bon retour de la franchise. Un retour dans lequel on retrouve tous les ingrédients d’un « Scream« , avec comme toujours des surprises, des moqueries en ce qui concerne la société, des assassinats sanglants et bien sûr, au-delà de ça, un tueur dont l’identité est toujours aussi bien gardée jusqu’à la fin.

Cela fait désormais vingt-six ans que Billy et Stu ont pété les plombs et commis le premier massacre de Woodsboro. Aujourd’hui, Ghostface est entré dans le folklore de la ville. Or, un soir comme un autre, une nouvelle agression survient et tout laisse à croire que le tueur masqué est de retour. Les règles vont alors changer, et c’est dans le passé qu’il faudra chercher des éléments de réponse…

Appelé tout simplement « Scream« , ce nouvel épisode de la franchise est un retour aux sources intimement lié au premier film de Wes Craven sorti en 1996. Même si l’envie de voir un nouveau « Scream » au cinéma est là, on ne savait pas trop à quoi s’attendre, car le projet, à bien des égards, véhiculait pas mal de craintes. Wes Craven n’est plus là, Hollywood adore les suites, et bien souvent, ces dernières apportent pas mal de déception, et se révèlent lambda et surtout pécuniaires. Bref, si l’on ajoute à cela les ados d’aujourd’hui, qui ont tendance à légèrement se faire insupportable, tout ceci peut laisser présager un moment de cinéma décevant, que l’on pourrait caricaturer par « ça passe ou ça casse », et heureusement, c’est passé et c’est même plutôt très bien passé.

Bon, le schéma d’un « Scream« , à force de films, on le connaît par cœur, et ce cinquième opus respecte bien les codes de ce genre. Au programme, meurtres sanguinolents, un certain sens du suspens et de l’amusement pour les apparitions de Ghostface, un retour dans le passé pour trouver des solutions, le retour des héros dans la ville de Woodsboro, évidemment « Stab » est abordé, et par-dessus le marché, comme toujours, tout le monde est suspect et le tueur est parmi le groupe de personnages qu’on va suivre. Bref, le scénario tire toutes les ficelles qu’un « Scream » peut avoir, et il le fait plus ou moins bien. Mais ce n’est pas là que ce nouveau « Scream » arrive à bien conquérir pleinement.

Dans un sens, tout ce que j’ai cité plus haut, on peut voir ça comme du déjà-vu finalement, ce « Scream » reproduisant ce qu’on connaît. Ce qui amène la petite saveur en plus, outre le fait de chercher l’identité du tueur, c’est le sujet de société abordé par ce film. Les deux premiers films abordaient l’influence du cinéma d’horreur dans les comportements des ados, le quatrième abordait l’envie de célébrité sans rien faire d’autre, et bien pour celui-là, les scénaristes ont trouvé un axe tout bonnement génial, qui se pose comme un tir de boulet de canon sur une certaine catégorie de gens. Sans trop en dire, car il faut le découvrir, ce « Scream » se pose comme une critique terrible de « ceux qui ne sont jamais contents », et pour cela, le film distille plein de petits tacles (certains dialogues sont géniaux, notamment un autour du réalisateur de « Stab 8 »), ce qui prolonge « l’univers » du premier film, qui oscillait déjà entre slasher et enquête, mais aussi critique et un certain sens de la parodie, en se moquant de son propre genre.

Autre bon point, la mise en scène de Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett qui, tout en reprenant les codes de la franchise et de Craven (le fait de s’amuser avec le suspens de l’apparition d’un Ghostface ou encore l’hystérie finale des tueurs, qui m’a toujours éclaté), dynamise « Scream« , offrant un opus plus violent dans certains de ses meurtres et au-delà de ça, le film ose certaines choses qui changent de ce que l’on a l’habitude de voir dans la franchise.

Puis enfin, qui dit nouveau film, dit bien évidemment toute une galerie de nouveaux personnages, et chacun d’entre eux, même pour les plus fugaces, sont attachants. Bien entendu, on sait bien que le tueur, ou les tueurs, se trouvent parmi eux, et c’est comme toujours ce qui en fait la saveur. Dans les personnages, le film s’amuse aussi avec le retour du trio original, avec son arrivée, jouant un peu la carte du suspens, ce qui est bien vu.

Ainsi, ce nouveau « Scream » (qui est bien une suite du quatre et non un remake ou autre chose) est une bonne réussite. Il était difficile de passer après Wes Craven, d’autant plus après le quatrième, et Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett l’on fait avec panache, noirceur, fun et critique. Franchement, cette idée derrière les meurtres est un petit bijou. Bref, on avait bien des raisons de craindre ce retour de Ghostface aux affaires et finalement, si une fois tous les dix ans, on peut avoir un film comme celui-là, je ne suis vraiment pas contre.

Note : 14,5/20

Par Cinéted

Une réflexion sur « Scream – Le Retour de Ghostface? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.