décembre 1, 2022

Cobra Kai Saison 4 – La Saison de Trop?

D’Après une Idée de : Josh Heald, Jon Hurwitz et Hayden Schlossberg

Avec Ralph Macchio, William Zabka, Courtney Henggeler, Tanner Buchanan

Pays : Etats-Unis

Nombre d’Episodes : 10

Genre : Action, Drame

Résumé :                              

Trente ans après le tournoi qui a changé leur vie, Johnny et Daniel voient leur rivalité ravivée.

Avis :

Initiée en 2018 et destinée à une carrière assez courte sur Youtube, Cobra Kai fut un succès retentissant, s’attirant forcément les beaux yeux de Netflix. Depuis maintenant près de trois ans, Cobra Kai a su charmer son public et prouver qu’elle n’était pas seulement une série doudou et nostalgique en hommage à Karaté Kid. Poursuivant sa logique de faire revenir les antagonistes des films dans l’ordre chronologique, il était attendu que pour cette saison, Terry Silver, grand méchant de Karaté Kid 3, ferait son grand retour. Un traumatisme pour Daniel LaRusso et certainement de nouveaux thèmes à explorer pour cette nouvelle saison qui annonce un nouveau tournoi et une volonté de la part des deux sensei de s’associer pour mieux combattre John Kreese et son nouvel acolyte. Mais serions-nous en présence de la saison de trop ? Cobra Kai tire-t-elle trop sur la corde ?

Les rivalités refont surface

Cette quatrième saison commence là où l’on avait terminé la troisième. Johnny Lawrence et Daniel LaRusso s’unissent pour apprendre de nouvelles techniques à leurs élèves, afin qu’ils puissent lutter contre Cobra Kai. John Kreese, face à une telle union, retourne convaincre Terry Silver de le rejoindre, afin de former une école plus forte et sans pitié. A l’approche du nouveau tournoi, les affrontements sont inévitables, et pour certains, tous les coups sont permis. Avec cette saison, les scénaristes ont mis le point sur toutes les rivalités possibles, entre tous les personnages. Bien évidemment, la première qui saute aux yeux est celle entre les différents dojos, qui doivent trouver de nouvelles solutions pour s’en sortir. Une rivalité manichéenne et ancestrale qui efface tous les autres dojos de la ville, que l’on entraperçoit durant le tournoi. Bien évidemment, cela sera l’occasion de revenir sur des évènements marquants du Karaté Kid 3.

Mais au-delà de cette rivalité séculaire, la saison va aussi explorer des rivalités internes entre les différents sensei. Johnny et Daniel auront bien du mal à s’entendre sur leurs méthodes, s’échangeant leurs élèves, mais étant jaloux l’un de l’autre. Miguel se rapproche un peu trop de Daniel tandis que Sam laisse parler sa colère grâce à Johnny. Une rivalité masculine et d’égos qui va aboutir à l’inévitable, avant de trouver une belle conclusion qui fera chaud au cœur. Le plus intéressant dans tout ça reste la rivalité entre John Kreese et Terry Silver. Les deux antagonistes semblent s’entendre comme larrons en foire, mais ils vont vite déchanter, se découvrant des faiblesses et ne trouvant pas de solution sur leurs méthodes, l’un étant plus perfide que l’autre. Une intelligence d’écriture qui permet d’aborder un autre thème, l’opportunisme et le fait de laisser parler son instinct primaire.

La confiance

Cette saison sera alors concentrée sur le personnage de Terry Silver. Ancien sensei manipulateur de Daniel, il est présenté ici comme un riche homme d’affaires, dévoué à sa compagne et baignant dans un univers bourgeois. Il va renouer avec son instinct de tueur pour retrouver John Kreese et assoir une soif de pouvoir et de gloire. Tour à tour touchant et détestable, il va devenir le nouveau grand méchant, faisant perdre confiance à beaucoup de personnages, et mettant en doute les méthodes déjà fumeuses de Kreese. La confiance fait là aussi partie intégrante du scénario, jouant sur plusieurs tableaux et personnages. Johnny va se poser des questions sur sa relation avec Miguel et cette volonté d’être le père de quelqu’un. Il en sera de même avec Daniel, voyant sa fille se rapprocher de Johnny. Chez les jeunes, Eli perdra toute confiance en même temps que sa crête, signe de virilité.

Une confiance qui va s’ébranler aussi chez Miguel, ne trouvant plus la force de combattre pour lui-même et évoquant son désir de retrouver son père biologique. Même chez les personnages « méchants », la confiance va venir en prendre un coup, comme pour Tory et sa vie familiale compliquée, qui va se rendre compte, grâce à la mère de Sam, qu’elle peut demander de l’aide. Il en va de même pour Robby qui fait face au même échec que son père et se rend compte de la difficulté d’être une personne bonne envers un enfant. Bref, tout le monde en prend un peu plein la tronche, y compris dans leur relation. Miguel et Sam se posent des questions sur la solidité de leur couple, tout comme Daniel et son fils, qui se révèle être un harceleur. Une richesse d’écriture qui permet de donner de l’épaisseur à tous les personnages.

Un côté soap

Néanmoins, dans cette quatrième saison, tout n’est pas forcément réussi. Si la série aborde le harcèlement à l’école, elle ne va pas aller au bout des choses et ne propose aucune solution pour régler cela. De plus, certains moments, dans l’écriture, sont assez cheap, à l’image de la mère de Sam qui veut aider à tout prix Tory. On est parfois dans un milieu où tout est mielleux avec une mise en scène aux couleurs pastel qui fait écho à certaines séries romantiques. L’autre aspect pénible est la rivalité interminable entre Johnny et Daniel. Cela dure toute la saison, jusqu’à un twist final, mettant en avant des enfants qui ont tout compris, mais qui n’arrivent pas à réconcilier les deux héros. Il faudra attendre le dernier épisode pour que ces deux abrutis comprennent leurs erreurs et mettent de l’eau dans leur vin. C’est un peu long…

Pour autant, la mise en scène des combats gagne en lisibilité et en maturité. Si on oublie quelque peu les passages en plan-séquence, il n’en demeure pas moins que le tournoi (qui arrive comme un cheveu sur la soupe) est très bien filmé et que les deux derniers combats sont longs et épiques. Là-dessus, la série a fait un gros bond en avant et arrive à joindre correctement des séquences intimistes avec des moments plus ardus et techniques.

Au final, cette quatrième saison de Cobra Kai est toujours d’une très haut niveau. Si elle reste un peu en deçà des trois autres saisons, elle continue son exploration de thèmes importants, ne délaissant aucun personnage en arrière-plan, embrassant alors des problèmes qui se retrouvent aussi bien chez les jeunes que chez les adultes. La liaison avec les films est toujours bien vue, ne sombrant jamais dans la nostalgie crasse et opportuniste. Cobra Kai est une série qui continue à avoir des choses à dire, et c’est bien là le plus important. Et on a hâte de poser les yeux sur la prochaine saison !

Note : 16/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.