mai 28, 2024

Énorme

De : Sophie Letourneur

Avec Marina Foïs, Jonathan Cohen, Jacqueline Kakou, Ayala Cousteau

Année : 2020

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Ça lui prend d’un coup à 40 ans : Frédéric veut un bébé, Claire elle n’en a jamais voulu et ils étaient bien d’accord là-dessus. Il commet l’impardonnable et lui fait un enfant dans le dos. Claire se transforme en baleine et Frédéric devient gnangnan.  

Avis :

Dans le paysage du cinéma français, Sophie Letourneur est un œil atypique. Débutant dans les années 2000 après des études d’arts décoratifs, la cinéaste, après plusieurs courts et moyens-métrages, met en scène en 2010 « La vie au ranch« , un petit film qui fait sa petite sensation et trouve son petit succès. Depuis, Sophie Letourneur oscille entre tous les styles de métrages et s’aventure là où elle en a envie. En 2021, après deux longs-métrages avec des acteurs non-professionnels, elle tourne « Gaby Baby Doll » avec Benjamin Biolay, Félix Moati et Lolitah Chammah, ce qui marque un tournant dans sa carrière.

Après une pause de cinq ans, Sophie Letourneur est alors de retour avec ce qui en apparence s’annonçait comme une comédie délirante. Il faut dire entre son intrigue, affiche, son casting, et même sa bande-annonce, le nouveau film de Sophie Letourneur laissait présager une bonne petite comédie, et malheureusement, il ne va rien en être. Peu drôle, peu fun, si « Énorme » tient bien quelques moments qui vont être intéressants, sur son ensemble, le nouveau film de Sophie Letourneur a bien du mal à savoir ce qu’il est, et au-delà de ses hésitations entre drame et comédie, « Énorme » est aussi un film devant lequel on s’ennuie ferme. Dommage.

Claire et Frédéric sont en couple depuis des années et ils vont très bien. Puis à ses quarante ans, alors qu’ils étaient d’accord et que Claire n’a jamais voulu d’enfant, Frédéric veut être papa. Alors pour arriver à combler ce désir, il va truquer la pilule de Claire. Claire va alors devenir énorme et Frédéric lui, va devenir dans un sens lui aussi énorme.

Le nouveau film de Sophie Letourneur, c’est l’art de nous désorienter, car vendu comme une comédie, avec l’envie de faire une comédie, « Énorme » aura bien du mal à nous faire décrocher ne serait-ce qu’un sourire et pire encore, puisque plus le film va avancer et plus, finalement, on va s’y ennuyer.

Si l’idée de base peut être drôle, sur le rendu à l’écran, ça ne l’est pas vraiment et le film passe son temps à hésiter entre deux genres. Bien sûr, on aurait pu trouver une comédie dramatique. On a même pas mal de comédies dramatiques qui sont bien fichues, et qui arrivent à nous toucher autant que de nous faire marrer, mais là, rien de tout cela sera au rendez-vous, car d’un côté, la comédie tombe à l’eau et se fait même souvent gênante et de l’autre, le côté drame n’est pas vraiment touchant. Du coup, on suit les mésaventures mensongères de ce couple de manière détachée avec un sentiment d’ennui qui ne va faire que grandir.

Sophie Letourneur parcourt son film avec un ton qui se veut décalé. On sent que la réalisatrice veut sortir des carcans de la comédie française et livrer autre chose, or, là, le ton ne fonctionne pas du tout et l’on reste là, les yeux écarquillés à attendre qu’enfin le délire annoncé prenne. Mais vous l’aurez compris, rien n’y aura fait et plus l’intrigue avance et finalement moins on y croit. Restera alors que la dernière demi-heure, qui est à mille lieues de ce à quoi l’on pouvait s’attendre, et qui très étrangement se fait très intéressante. Alors que tout sonnait faux jusque-là, pour l’accouchement de son personnage, Sophie Letourneur fait le choix improbable de faire dans le quasi-documentaire. Du coup, on se retrouve avec une bonne demi-heure d’attente, de contractions, de doutes, et dans un sens de réalisme. Un choix étrange qui dans le film lui-même ne fonctionne pas et prolonge l’hésitation qu’a la réalisatrice entre les genres et ce qu’elle a envie de raconter. Mais même si ça ne fonctionne pas sur l’ensemble, si l’on zoome, c’est bien le seul moment qui est vraiment intéressant. 

Comme je le disais plus haut, Sophie Letourneur, c’est à un œil atypique dans le paysage du cinéma français et « Énorme » en est une preuve, et une preuve intéressante, même si ça ne fonctionne pas. Filmé en 4/3, du côté de sa mise en scène, le film, dans son envie de sonner réaliste, offre des éléments et des idées intéressantes. Malheureusement, ces bons points n’arriveront jamais à surpasser les problèmes de rythme, la comédie qui tombe à plat, le drame qui ne touche pas, l’écriture qui a du mal à convaincre, tout comme les acteurs qui eux aussi, sonnent comme faux. Franchement, hormis Jonathan Cohen qui, on le sent, s’amuse vraiment, ou la sage-femme qui accouche le personnage de Claire et qui est criante de sincérité, pour le reste, le casting va dû à peine passable au mauvais. Même Marina Foïs est très loin d’être incroyable.

« Énorme » se pose donc comme une belle déception. L’idée était là, le casting était là, et rien n’y aura fait. Hésitant en permanence, n’osant être une comédie ou un drame, n’osant même pas conjuguer les deux, accumulant les problèmes de rythme et le désintérêt pour son intrigue au fur et à mesure que celle-ci se dévoile, le dernier-né de Sophie Letourneur déçoit de bout en bout.

Note : 06/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.