septembre 28, 2022

Nos Plus Belles Années – L’Amitié Plus Forte

Titre Original : Gli Anni Più Belli

De : Gabriele Muccino

Avec Pierfrancesco Favino, Micaela Ramazzotti, Kim Rossi Stuart, Claudio Santamaria

Année : 2021

Pays : Italie

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

C’est l’histoire de quatre amis, racontée sur quarante ans, en Italie, des années 1980 à aujourd’hui. La chronique de leurs espoirs, de leurs désillusions, de leurs amours, et surtout, de leur amitié.

Avis :

Gabriele Muccino est un réalisateur dont j’aime beaucoup le cinéma, notamment à cause de « Juste un baiser« , qui est une petite merveille. Débutant dans les années 90, Gabriele Muccino a connu un début de carrière très prolifique, allant même jusqu’à recevoir un David di Donatello du meilleur film pour « Juste un baiser« . Avec ce film, le réalisateur s’envolera même pour les Etats-Unis pour réaliser deux films avec Will Smith. L’acteur américain ayant vu « Juste un baiser » a choisi personnellement le metteur en scène pour diriger « A La recherche du bonheur« . Après « Sept vies« , Gabriele Muccino va alors faire partie de ces réalisateurs qui mènent leur barque sans jamais vraiment faire de bruit. Des films comme « Père et fille« , « Summertime » ou « Une famille italienne » trouveront leur petit succès, tout en restant plutôt anonymes.

Son dernier film en date, « Nos plus belles années« , a tout l’air d’emprunter les mêmes sentiers et c’est vraiment dommage, car Gabriele Muccino livre-là un film qui fait chaud au cœur. Un film rempli d’amour, d’éclats de rires, d’engueulades, de tranches de vie, de potes, et même d’histoire, puisqu’à travers les portraits de quatre personnages, le réalisateur italien nous entraîne dans un film qui s’aventure sur quarante années de vie. Émotion, drame, comédie y font les montagnes russes dans ce film qui, même s’il est imparfait et tient ses petits défauts, nous entraînera vers un final où l’amitié, certes abîmée par les années, triomphera de manière vraiment touchante.

Rome, 1980, Guillo, Gemma, Paolo et Ricardo sont à peine majeurs et ils profitent de leur jeunesse entre fêtes, amour et rafistolage d’une première voiture. Les quatre inséparables vont grandir et sur plus de quarante années, la vie va se charger d’abîmer leur jovialité et leur innocence. Entre les amours, les engueulades, les trahisons, les mariages, les enfants, la carrière, ces potes de toujours vont emprunter des chemins qui vont les séparer, pour mieux (on l’espère) les faire se retrouver.

Il y a des films qui ont une énergie communicative et d’emblée, lorsqu’on entre dedans, on sait qu’ils vont avoir ce petit truc en plus qui fera vibrer nos cœurs et « Nos plus belles années » fait partie de ceux-là. D’emblée, avec cette fête de potes en boite au rythme d’Imagination avec « Just An Illusion » qui va virer au drame, il se passe quelque chose qui convoque la nostalgie, les rires et les émotions et cette fibre-là, Gabriele Muccino ne va jamais la lâcher sur près de deux et quart de film qui, si l’ensemble peut avoir un ventre mou, le réalisateur saura rattraper le tout, pour emmener ses personnages vers un final ô combien parfait.

« Nos plus belles années » est un film qui, dans son idée, est assez simple, voire même déjà vu. Oui, combien de films avons-nous pu voir qui proposent de suivre une bande de potes sur des décennies. On peut même dire qu’on a pu voir ce genre d’histoire dans tous les genres et pourtant, lorsque c’est bien fait comme ici, ce côté déjà vu est très vite oublié, car le film et les personnages nous transportent et l’on se plaît à leur côté.

« Nos plus belles années« , c’est donc l’évolution de quatre potes sur quatre décennies et la première chose qui frappe avec le film de Gabriele Muccino, c’est l’envie de vivre et l’innocence touchante de ces jeunes adultes qui s’éclatent avec trois fois rien. Gabriele Muccino a réussi à capturer quelque chose de simple et de terriblement spontané, ce qui rend son film d’emblée émotionnel. Ce début de vie, cette amitié si forte et plus largement tout ce que racontera le film de Muccino parle à tout le monde, et convoque même des souvenirs qu’on adore. Le scénario écrit par Muccino a ses faiblesses, comme parfois le fait que le temps qui passe et les transitions ne soient pas forcément très fluides, et l’on peut avoir du mal à se repérer, avec parfois dix années qui peuvent passer en quelques secondes, mais franchement, l’élan de vie que convoque le film est si communicateur, que c’est un peu pinailler que de lui reprocher ceci, car on se laisse très gentiment entraîner dans ces péripéties, dans ces mésaventures, ces séparations, et autres réconciliations.

Puis derrière ces années qui passent, et ce scénario qui saute d’un personnage à l’autre sans se soucier de la « cohérence », « Nos plus belles années » est un film qui traite avant toute chose de l’amitié. L’amitié dans tout ce qu’elle peut avoir de plus fort. Une amitié qui peut être faite de grands bonheurs, de coups difficiles, pour ne pas dire de trahisons, mais finalement, au travers des années entre amertume, nostalgie et amour, comme je le disais, l’amitié, la vraie, triomphe toujours. Cette idée est peut-être un peu naïve, mais elle fait un bien fou, surtout quand elle est parsemée avec émotion comme ici, d’où le fait que petit à petit, malgré le déjà vu, malgré la facilité, malgré les défauts, les effets de rajeunissement des acteurs un peu ratés, le film de Gabriele Muccino s’impose comme un coup de cœur.

Un coup de cœur qui est d’autant plus renforcé par la superbe bande de comédiens qui sont tous plus vrais que nature. Gabriele Muccino retrouve pour l’occasion les fidèles Claudio Santamaria, Pierfrancesco Favino et il accueille Kim Rossi Stuart, Micaela Ramazzotti pour les « adultes » et pour les jeunes, on découvre avec plaisir, Alma Noce, Francesco Centorame, Andrea Pittorino et Matteo de Buono. Le film saute d’un personnage à l’autre pour créer une fresque sublime qui tient parfois de véritables fulgurances dans ses idées aussi bien de narration que de mise en scène (franchement, une course dans un escalier peut aisément se poser comme l’une des plus belles scènes tournées par le réalisateur).

« Nos plus belles années » est donc le film parfait pour finir l’année en beauté, en histoire, en aventure et surtout en émotion. L’amitié encore et toujours. L’amitié partout, à travers les décennies. Une amitié que la vie fait se séparer, que la vie fait évoluer, mais finalement, si malgré les aléas, les disputes, les changements de cap, l’amitié parfois reste toujours la plus forte et l’on peut passer des années sans se voir pour se retrouver encore comme la veille. C’est peut-être un peu naïf, mais en ces temps-ci, ça fait beaucoup de bien et pour cela, je dis Grazie Monsieur Muccino.

Note : 16/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.