mai 12, 2021

Tesnota – Une Vie à l’Etroit

Titre Original : Tesnota

De : Kantemir Balagov

Avec Darya Zhovner, Veniamin Kats, Olga Dragunova, Atrem Tsypin

Année : 2018

Pays : Russie

Genre : Drame

Résumé :

1998, Nalchik, Nord Caucase, Russie.
Ilana, 24 ans, travaille dans le garage de son père pour l’aider à joindre les deux bouts. Un soir, la famille et les amis se réunissent pour célébrer les fiançailles de son jeune frère David. Dans la nuit, David et sa fiancée sont kidnappés et une rançon réclamée. Au sein de cette communauté juive repliée sur elle-même, appeler la police est exclu. Comment faire pour réunir la somme nécessaire et sauver David ? Ilana et ses parents, chacun à leur façon, iront au bout de leur choix, au risque de bouleverser l’équilibre familial.

Avis :

Kantemir Balagov est un jeune réalisateur russe qui vient d’arriver dans le joli monde du cinéma. Jeune homme de vingt-cinq ans, Kantemir Balagov a tout d’abord fait des études de droit, avant de s’en délaisser pour le cinéma, intégrant une école de cinéma en 2011.

Et voilà que sept ans plus tard, Kantemir Balagov attire quelques projecteurs sur lui, lors du dernier festival de Cannes où « Tesnota, une vie à l’étroit« , son premier film, est sélectionné dans la catégorie « Un certain regard ». Distribué dans une cinquante de salles, ce premier film ouvre une fenêtre sur un jeune réalisateur qui est loin d’être inintéressant.

Pour son premier film, Kantemir Balagov s’est donc inspiré d’un fait divers assez récurrent dans les années 90 en Russie. Mais plus que le fait divers, c’est tout un contexte social que le jeune réalisateur met en lumière. Un contexte qui se doit d’être raconté, mais malheureusement, si le contexte est bon, la forme est trop longue, et ses personnages peinent à toucher.

1998, Nalchik, Nord Caucase, Russie, Ilana est une jeune fille de vingt-quatre ans qui travaille avec son père dans un garage automobile. Ilana habite avec sa famille et malgré de petits moyens, la famille est heureuse. Ilana a un jeune frère, David, et une nuit, lui et sa fiancée se font kidnapper. Une rançon est demandée. La famille de sa fiancée a les moyens de récupérer leur fille, mais pour la famille d’Ilana, c’est tout autre chose. Comment faire pour parvenir à réunir la somme demandée ? Chacun des membres va alors faire des choix qui risquent fort bien de bouleverser la quiétude familiale.

« Tesnota … » est un film duquel, on ressort assez partagé, avec plus de « déception » que de bons côtés. Parfois, il y a des découvertes incroyables et d’autres fois, c’est plus laborieux et je dois dire que malheureusement, « Tesnota … » fait partie de cette deuxième catégorie à mon grand drame. Oui, je dis grand drame, car ce premier film a des éléments pour lui et notamment le fait d’avoir un excellent sujet et un regard qui aurait pu être intéressant. D’ailleurs, si on enlève les longueurs interminables, « Tesnota … » est intéressant. Intéressant parce qu’il met en lumière de vrais problèmes de société. Pour son premier film, Kantemir Balagov n’a pas choisi les sujets les plus faciles avec des kidnappings, un drame familial, la perte de l’innocence, la pauvreté extrême, aussi bien dans la région où se déroule cette histoire que culturellement parlant pour ses personnages. Le réalisateur évoque aussi les différences culturelles de cette région, les Russes et les Kabardes se mélangeant. « Tesnota … « , c’est aussi les conséquences et les cicatrices d’une guerre. D’ailleurs, le film tient une scène extrême, difficilement regardable, nous mettant très mal à l’aise. Bref, je dois en oublier tant le film est riche.

Mais malheureusement, et malgré tout ça, « Tesnota … » n’arrive pas vraiment à captiver. On peut même dire qu’on s’ennuie ferme devant ce film. Problème de rythme, peuplé de longueurs interminables, mal filmé (beaucoup de passages sont filmés de nuit ou dans la pénombre), enchaînant des moments inintéressants, mal monté, et doté de personnages assez peu intéressants (paradoxe face à toute la richesse du film) et très peu attachants. Des personnages morts en manque d’émotions, ce qui est vraiment dommage, car il y avait vraiment matière à faire quelque chose de poignant. Mais finalement, je suis resté passif devant cette histoire ô combien malheureuse.

Ce premier film pour Kantemir Balagov est loin d’être convaincant. Si le fond est intéressant, ses personnages et sa forme ne le sont pas. Long, très long, trop long, plongé dans la pénombre, « Tesnota, la vie à l’étroit » est un premier film qui met en lumière un jeune réalisateur qui a des choses à dire, mais qui n’a pas su comment les dire et c’est vraiment dommage. Mais malgré l’ennui et le manque d’empathie pour ses personnages, Kantemir Balagov a suffisamment piqué la curiosité pour avoir envie de découvrir un deuxième film.

Note : 07/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.