janvier 28, 2022

Les Choses Humaines – N’y a-t-il qu’une Seule Vérité?

De : Yvan Attal

Avec Ben Attal, Suzanne Jouannet, Charlotte Gainsbourg, Mathieu Kassovitz

Année : 2021

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Un jeune homme est accusé d’avoir violé une jeune femme. Qui est ce jeune homme et qui est cette jeune femme ? Est-il coupable ou est-il innocent ? Est-elle victime ou uniquement dans un désir de vengeance, comme l’affirme l’accusé ? Les deux jeunes protagonistes et leurs proches vont voir leur vie, leurs convictions et leurs certitudes voler en éclat mais… N’y a-t-il qu’une seule vérité ?

Avis :

Comédien français, Yvan Attal mène en parallèle de ça, depuis une vingtaine d’années, une belle carrière de réalisateur. Une carrière qui a commencé avec le très chouette « Ma femme est une actrice« . Depuis ce film, Yvan Attal nous a offert de l’excellence, « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants« , et du moins bon, « Do Not Disturb« . Son dernier film en date, c’était « Mon chien stupide« , qui était sorti en 2019 et qui se trouvait être un film assez étonnant dans son genre.

Si « Mon chien stupide » oscillait entre la comédie et le drame, le nouveau film de Yvan Attal est quant à lui un pur drame. Adaptant le roman de Karine Tuil, « Les choses humaines » est le septième film que Yvan Attal met en scène et il se pose clairement comme son meilleur film à ce jour. Incroyable et bluffant, parfaitement construit et très intelligent dans son propos, « Les choses humaines » se pose comme un grand film sur la justice, qui posera les bonnes questions, ainsi que les bonnes réflexions. Tenu alors par une main de maître par Yvan Attal, ces « … choses humaines » n’aura pas fini de nous hanter bien longtemps après sa sortie de la salle.

Alexandre, 22 ans, fils d’un journaliste à succès et d’une essayiste, rentre en France pour soutenir son père qui va recevoir la Légion d’honneur. La veille, invité à manger chez le nouveau compagnon de sa mère, Alexandre y fait la connaissance de Mila, la fille du dit compagnon. Le courant passe bien entre les deux jeunes gens, et ainsi, après le repas, ils partent ensemble pour une fête avec les copains d’Alexandre. Le lendemain matin, Mila porte plainte pour viol contre Alexandre…

Pour son nouveau film, Yvan Attal se lance dans un pari risqué, très risqué, puisqu’il adapte le roman polémique de Karine Tuil. Le défi était immense, surtout en cette période où la parole des femmes se libère et le résultat est purement et simplement bluffant. La comparaison sera peut-être facile, mais il y a dans ces « … choses humaines« , un film de la trempe des meilleurs films d’André Cayatte, tant Yvan Attal analyse avec un œil fin, précis et surtout ô combien passionnant, la justice, et surtout le regard de la justice, celui qu’elle doit porter de manière impartiale, sans jugement aucun.

Ici, l’affaire qui va nous être présentée est une des plus complexes qu’il soit. « Les choses humaines« , c’est un récit d’une richesse et d’une force incroyable. Dur et violent, Yvan Attal construit son film en quatre grands chapitres. Les deux premiers nous présenteront les personnages, l’agresseur supposé et sa victime, quant aux deux derniers, ils vont être consacrés aux différentes parties du procès. Tenu donc par un très grand scénario, « Les choses humaines » va être le meilleur film qu’on ait pu voir sur la justice elle-même, mais aussi sur notre époque, car à travers cette affaire, le film de Yvan Attal va aborder énormément de sujets. Famille, féminisme, changement d’époque, choc des générations, jugement et regard d’autrui, sexualité, religion, Yvan Attal s’aventure dans bien des sujets, et surtout, il les conjugue parfaitement pour finalement nous emporter dans un final incroyable. Un final qui conclut cette observation et cette famille de manière puissante. Ça faisait bien longtemps qu’un film ne m’avait pas autant bousculé et surtout fait sortir avec autant de réflexions d’une salle de cinéma.

De film en film, Yvan Attal affine son cinéma, et avec ces « … choses humaines« , on a l’impression que ces vingt dernières années ont servi à Yvan Attal de terrible « apprentissage », pour arriver à ce film qui est tout bonnement incroyable, aussi bien dans sa construction, dans sa réflexion que dans son visuel. Classieux et terrible en même temps, drame sombre qui ne tombe jamais dans le pathos, la réalisation de Yvan Attal est tout bonnement magnifique de bout en bout. Durant deux heures vingt environ, « Les choses humaines » passe comme une petite heure. Son ouverture et sa présentation sont parfaites, le développement des personnages est incroyablement et fort, quant aux scènes de procès, Yvan Attal nous entraîne, nous enferme même, parfaitement dans cette salle d’audience, et l’on restera suspendu aux lèvres de ces personnages, partagé entre suspens, douleur et émotion. Bref, c’est du grand art.

Enfin, Yvan Attal nous livre un casting impérial, dont il est certain qu’on retrouvera plusieurs de ces comédiens aux César l’année prochaine. Tous sont plus bon les uns que les autres. Si l’on devait en mentionner quelques-uns qui s’envolent au-dessus du lot, alors on pourrait dire que Yvan Attal offre à Pierre Arditi son dernier très grand rôle. On trouvera un Benjamin Lavernhe encore une fois incroyable. Puis au-dessus d’eux encore, il y a ces deux jeunes comédiens, Ben Attal et Suzanne Jouannet qui sont purement et simplement bluffants.

« Les choses humaines » est donc un grand film qui tutoie le chef-d’œuvre. Yvan Attal nous entraîne dans un film passionnant de son début à sa fin. Posant un regard incroyabl et une réflexion d’une grande justesse qui ne nous lâche pas une fois sorti de salle, ce septième film du réalisateur est bel et bien son meilleur film et derrière ça, « Les choses humaines » peut très facilement prétendre à être le meilleur film français de l’année. Bref, vous l’aurez compris, je me suis pris une très belle claque !

Note : 18/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.