octobre 6, 2022

Gerry

De : Gus Van Sant

Avec Matt Damon, Casey Affleck

Année : 2002

Pays : Etats-Unis

Genre : Drame

Résumé :

Deux hommes, nommés tous deux Gerry, traversent en voiture le désert californien vers une destination qui n’est connue que d’eux seuls. Persuadés d’atteindre bientôt leur but, les deux amis décident de terminer leur périple à pied.
Mais Gerry et Gerry ne trouvent pas ce qu’ils sont venus chercher ; ils ne sont même plus capables de retrouver l’emplacement de leur voiture. C’est donc sans eau et sans nourriture qu’ils vont s’enfoncer plus profondément encore dans la brûlante Vallée de la Mort. Leur amitié sera mise à rude épreuve.

Avis :

Dans la carrière de Gus Van Sant, il y a une rencontre importante, celle avec Matt Damon. Ils ont travaillé quatre fois ensemble. La première collaboration a donné le film culte « Will Hunting« , sur un scénario de Matt Damon et Ben Affleck. Par la suite, il fera une petite apparition dans « A la rencontre de Forrest » et bien des années plus tard, Matt Damon tiendra le rôle principal de « Promised Land« . Puis il y a eu « Gerry« , le film sur lequel on s’arrête aujourd’hui. Film qui se paye le luxe, dix-neuf ans après sa sortie, une nouvelle sortie au cinéma.

Dans la filmographie de Gus Van Sant, entre le Palmé « Elephant« , et le très « hommagé » « Last Day« , se trouve un film qui ne ressemble à aucun autre. Une expérience tripée en plein désert. Ce film, c’est « Gerry« . Écrit par Gus Van Sant, Matt Damon et Casey Affleck, « Gerry » est un film qui n’est pas facile. Un film qui est capable de nous charmer et nous attraper, autant qu’il est capable de nous ennuyer, et parfois nous laisser aussi perdus que ces deux personnages. Confus et brouillant les pistes, Gus Van Sant pose sa caméra entre drame, rêves, trips, hallucinations et perte de repères, ce qui fait qu’une fois fini, on quitte « Gerry » sans trop savoir quoi en penser, tant l’expérience est unique et au-delà de ça, finalement, à bien y réfléchir, elle est aussi et surtout libre d’interprétation.

Gerry et Gerry, deux jeunes hommes, s’apprêtent à faire une randonnée dans le désert californien. Cette randonnée est connue des touristes et pourtant, les deux hommes arrivent à s’égarer. Totalement perdus dans l’immensité de ce désert, Gerry et Gerry vont essayer de retrouver leur voiture, mais plus ils avancent et plus ils s’enfoncent dans cet endroit qui ne ressemble à nul autre.

Inspiré d’un fait réel, Gus Van Sant s’est lancé avec « Gerry » dans l’un de ses films les plus particuliers. Un film qui demeure assez surréaliste, qui comme je le disais plus haut, saura autant nous hypnotiser que nous ennuyer, tant l’errance de ces deux personnages perdus dans l’immensité de ce désert est étrange, absurde et fascinante à la fois.

Écrit au fur et à mesure du tournage, « Gerry » est un film qui tient un scénario très minimaliste et en même temps, si l’on veut bien y chercher plus que ce qui nous est montré, le film peut se révéler plus complexe qu’il n’en a l’air. Oui, entre réalité et rêves, entre hallucinations dues à la chaleur ou au manque de repères, finalement, « Gerry » est un film qui peut se lire de plusieurs manières, et chacun peut en déduire ce dont il en a envie. Poussant même le curseur plus loin encore dans l’interprétation, « Gerry » peut même se réinventer au fur et à mesure des visionnages, car chaque instant peut être celui qui amènera les personnages (ou même le personnage…) ailleurs, transformant ainsi l’intrigue du film de Gus Van Sant, et ça, ce n’est pas donné à tout le monde de réussir à faire un film pareil.

Pour appuyer cette idée, d’emblée, dès son ouverture, Gus Van Sant nous entraîne dans un film contemplatif et qui va prendre tout le temps qu’il a besoin pour construire quelque chose d’unique. Dans sa mise en scène, « Gerry » est un film assez incroyable. Gus Van Sant livre un film de toute beauté, où plans séquences et travellings ne font que nous immerger encore plus et font de « Gerry » une véritable expérience. Alors c’est vrai aussi que cette ambiance qui se fait aussi lourde qu’elle dégage de la poésie, et au-delà de ça, qui a une tendance à étirer toutes ses scènes, peut en ennuyer plus d’un, moi-même sur certains moments du film, j’ai eu cette sensation-là, mais sur l’ensemble de l’œuvre, « Gerry » se fait vraiment hypnotique. Et mieux encore, beaucoup des scènes imaginées nous restent en tête (ce travelling circulaire autour de Casey Affleck, bercé dans la chaude lumière du soleil couchant est une merveille, aussi bien dans son esthétisme que dans ce que le comédien laisse transparaître).

« Gerry« , c’est aussi et bien sûr Matt Damon et Casey Affleck qui livrent tout deux des compositions aussi incroyables que là encore surréalistes. Épuré de dialogues, et le peu qu’on y trouve sont assez dingues, tant parfois ils sont ubuesques, les deux comédiens n’en demeurent pas moins fascinants et présents de bout en bout de film. Avec peu de mots, voire aucun, ils arrivent à parfaitement nous communiquer le désespoir, l’angoisse, l’espoir, et si l’on a envie de voir plus loin que ça, ils peuvent aussi se poser comme les reflets contraires d’une seule et même personne, mais là, ça relève comme je le disais plus haut de la libre interprétation.

Ainsi, « Gerry » est une expérience assez folle et un film vraiment à part dans la filmographie de Gus Van Sant. Trip en plein désert, film où l’on peut tirer plusieurs ficelles pour en comprendre ce dont on a envie, une chose est certaine, qu’on l’apprécie ou non, qu’on y voit plusieurs interprétations possibles, ou un ennui intersidéral face à ces plans qui traînent en longueur et étirent chaque instant, « Gerry » est un film qui ne laissera pas indifférent et qui ressort de la salle avec nous, et ça, encore une fois, ce n’est pas donné à tout le monde de faire un film pareil.

Note : 14/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.