novembre 30, 2021

Les Fantasmes – Ça Bande Mou

De : Stéphane et David Foenkinos

Avec Karin Viard, Jean-Paul Rouve, Ramzy Bedia, Monica Bellucci

Année : 2021

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Face à leurs fantasmes, six couples tentent d’explorer les faces cachées de leur vie intime. Six questionnements sur l’accès au plaisir. Du jeu de rôle à l’abstinence, en passant par l’exhibition, six histoires séparées avec au centre le même questionnement sur le désir aujourd’hui. Le sien mais aussi celui de l’autre…

Avis :

David et Stéphane Foenkinos sont deux frangins qui sont venus petit à petit au cinéma. David est à la base écrivain (et un écrivain à succès), quant à Stéphane, il est professeur d’anglais, et par le hasard des rencontres, il est devenu directeur de casting. Après un court-métrage dans les années 2000, le duo a réalisé son premier film en 2011, le très joli « La délicatesse« . Le film a trouvé un beau succès et fut même distribué dans beaucoup de pays. Six ans plus tard, le duo est alors de retour avec « Jalouse« , une comédie dramatique portée par une grande Karin Viard.

Après ces deux succès, on attendait avec une certaine curiosité un troisième film de la part des frangins Foenkinos et nous voici quatre années plus tard et le duo est de retour avec un film à sketches. Débarquant là où on ne les attendait pas, David et Stéphane Foenkinos, entre deux confinements, se sont lancés dans une comédie dramatique qui s’amuse à peindre plusieurs portraits, pour en faire ressortir les côtés drôles ou dérangeants de ses personnages. Sympathique sur l’instant, oubliable par la suite, « Les fantasmes« , c’est le genre de petite comédie inégale qui propose de bons moments de franches rigolades et des moments plus plats et déjà vu. Habillant un après-midi, ce troisième film pour les deux frères ne restera donc pas dans les annales de leur filmographie.

Le fantasme. Définition. Parfois orthographié phantasme, ce dernier est une manifestation, consciente ou inconsciente, d’un désir. Tout le monde a des fantasmes, et six couples vont devoir affronter les leurs. Jeu de rôles, abstinence, la mort, l’exhibition et d’autres encore. Qu’est-ce que les fantasmes peuvent dire de chacun, et comment vivre avec, et plus important encore, doit-on les réaliser…

Le cinéma aime bien les concepts et « Les fantasmes« , nouveau film de David et Stéphane Foenkinos, s’aventure sur le film à sketches. S’inspirant d’un film australien sorti en 2014, les deux réalisateurs français se sont donc lancés dans un film qui va peindre les portraits de six couples qui vont faire face à leurs fantasmes. Pour cela, les deux réalisateurs se sont amusés à chercher des fantasmes qui parfois vont sortir du commun. Bien sûr, comme on peut s’en douter, derrière la comédie, et derrière les fantasmes de leur personnage, leur film, s’aventure à explorer l’intime et le regard des autres. Oscillant entre le léger et le plus profond, sur son ensemble, « Les fantasmes » se laisse gentiment regarder. Le film fonctionne plutôt bien et nous offre de quoi nous amuser. D’ailleurs, on peut même dire qu’il commence très fort, avec un fantasme peut-être commun (le jeu de rôle), mais rudement bien mené, aussi bien dans sa réalisation, que par ses comédiens, Suzanne Clément et Denis Podalydès qui sont au top.

Mais voilà, si le film commence sur les chapeaux de roues et se fait hilarant, très vite, il redescend, pour finalement nous offrir une comédie assez commune, qui n’apporte pas grand-chose de vraiment déroutant et prenant. Bien entendu, dans les portraits de ces six couples, il y a de quoi nous amuser (Lebghil et Japy, Viard et Rouve, Sallette et Bedos), mais sur l’ensemble de l’œuvre, les deux frangins n’arriveront pas à marquer les esprits. Confondant parfois fantasmes et déviances sexuelles, peignant avec caricature des fantasmes bien trop intrusifs dans une vie, si on s’amuse souvent, on restera aussi perplexe devant ces galeries d’excités. Entre humour et gravité de manière inégale, parfois, le film amuse, d’autrefois, il dérange, nous laissant sur un sentiment de « ne pas savoir quoi en penser » et parfois même, il fait les deux à la fois (les couples Bouquet/Belluci, Sallette/Bedos) et puis d’autres fois encore, il fait dans le commun total (De Meaux/Bedia). Bref, dans ses intrigues, dans ses sketches, on trouve dans « Les fantasmes » un peu de tout et de rien.

Si les scénarios sont aussi amusants qu’ils ne sont pas toujours incroyables, du côté de la réalisation, on retrouvera aussi des failles. Comme je le disais, le film commence très fort (et d’ailleurs, il se termine aussi de manière tout aussi forte), mais après ce beau démarrage, « Les fantasmes » peine à pleinement nous embarquer. Pourtant, le rythme est là, et le film est en permanence parcouru d’humour, mais entre ses transitions qui ont du mal à fonctionner, qui sont même parfois grossières, et ses baisses de régimes, qui emmènent certains sketches vers le commun, « Les fantasmes » est loin des merveilles qu’ont pu être « La délicatesse » et « Jalouse« . L’exercice du film à sketches n’est pas facile, mais les deux frangins ne sont pas vraiment à l’aise avec ce dernier.

Heureusement, pour rattraper les failles plus haut, on peut compter sur un casting excellentissime. Un casting peuplé acteurs qui en plus d’être bon, arrivent à livrer des personnages attachants, même si parfois, certains de ces personnages peuvent être dérangeants.

« Les fantasmes » est donc une petite comédie à sketches somme toute sympathique. On rit parfois, on sourit souvent, régulièrement, et malgré des faiblesses et des baisses de régime, sur l’ensemble, on s’amuse. Certes, le film ne marquera pas notre mémoire de cinéphile et de spectateurs, il ne marquera pas non plus la carrière de ces réalisateurs ainsi que ces comédiens, mais sur l’ensemble, « Les fantasmes » se laisse gentiment regarder.

Note : 10/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.