juin 23, 2024

Paris – Manhattan

De : Sophie Lellouche

Avec Alice Taglioni, Patrick Bruel, Marine Delterme, Louis-Do De Lencquesaing

Année : 2012

Pays : France

Genre : Comédie, Romance

Résumé :

Alice est jeune, belle et passionnée par son travail de pharmacienne. Seul problème, elle est toujours célibataire. Préférant se réfugier dans sa passion pour Woody Allen, elle résiste tant bien que mal à la pression de sa famille qui ne cherche qu’à la caser. Pourtant, sa rencontre avec Victor pourrait bien changer la donne…

Avis :

J’aime commencer mes chroniques en m’intéressant aux cinéastes qui ont mis en scène le film sur lequel je m’arrête. J’aime bien savoir qui ils sont, d’où ils viennent et ce qu’ils ont fait pour en arriver là. J’aime aussi énormément découvrir de nouveaux réalisateurs pour plonger dans un nouvel univers. Comme toujours, je me suis intéressé à Sophie Lellouche et je reviens bredouille, puisqu’il n’y a pratiquement aucune information qui traîne sur la cinéaste, si ce n’est qu’elle a réalisé un court-métrage en 1999 avec Gad Elmaleh et Clotilde Hesme.

Premier et unique film à ce jour pour Sophie Lellouche, « Paris-Manhattan » est un film qui m’intéressait presque uniquement à cause de son petit délire, faire une comédie romantique autour de Woody Allen. J’étais curieux de voir ce que la réalisatrice allait bien pouvoir proposer, et même si ce « Paris-Manhattan » sera sorti de mon esprit d’ici quelque temps, car il n’y a rien de vraiment marquant, hormis trouver Woody Allen himself pour quelques scènes, sur l’ensemble, pour une soirée, « Paris-Manhattan« , sa galerie de personnages plein de couleurs et son sens de la romance font le boulot.

Alice, la trentaine et célibataire, aimerait bien trouver l’homme de sa vie, mais ce dernier n’arrive pas, alors, comme depuis toujours, la jeune femme se réfugie dans les films de Woody Allen. Alice est une fan incontestée de Woody Allen, d’ailleurs, elle aime tellement le petit bonhomme new-yorkais qu’elle lui parle en permanence, et le pire, c’est qu’il lui répond. Un soir, chez des amis, Alice va faire la rencontre de Victor, un homme plus âgé qu’elle et qui n’a jamais vu un film de Woody Allen. Victor n’a rien de ce que Alice cherche, et pourtant, cette rencontre risque fort bien de transformer la vie de la jeune femme.

Petite comédie romantique sans prétention, « Paris-Manhattan » est le genre de petit film qui débarque avec une idée, ou plutôt un amour, celui pour Woody Allen, et qui va s’amuser à construire une petite intrigue qui n’est pas désagréable, même si elle résonne comme bien maigre au final.

Ici, tout est beau, tout est sympathique et tout le monde est gentil. Sophie Lellouche, pour son premier film, s’aventure dans la comédie romantique déjà vue et si « Paris-Manhattan » ne sera pas assez fort pour marquer les esprits, il nous réserve quelques bons moments amusants, quelques personnages hauts en couleurs, surtout dans les secondaires, comme les parents d’Alice et les enquêtes faites autour de son beau-frère.

Tenu par un scénario gentillet, « Paris-Manhattan » est un film qui tient de bonnes idées dans le fond et au-delà de ça, c’est un film qui nous livre un personnage, certes un peu cliché, mais très attachant. Très court, le film dure à peine une heure dix, « Paris-Manhattan » s’amuse avec les codes de la comédie romantique. Il offre une belle rencontre, il tient quelques répliques qui feront sourire, il y a quelque chose de raffiné qui s’échappe de ces personnages, et puis il y a cette idée de faire discuter l’héroïne avec le poster de Woody Allen. Ces petits arguments mis bout à bout donnent alors un film et une histoire sympathique à suivre. Une histoire qui habille bien une soirée, mais ça ne va jamais vraiment plus loin que cela, car malgré la sympathie qu’on peut éprouver face à ce premier film, « Paris-Manhattan » est aussi un film qui n’ose jamais aller au bout de ce qu’il a envie.

Jamais Sophie Lellouche n’ose aller pleinement dans la romance ou dans la comédie, on la sent hésitante, et on sent aussi qu’elle a un peu de mal à aller au-delà de son idée. Après, ça reste un premier film, avec ses défauts et ses qualités, et finalement, quand on les conjugue, sur l’ensemble, c’est attachant. Puis comme le film est très court, même si ça reste survolé et cliché, on ne s’ennuie pas, car dans sa mise en scène, Sophie Lellouche tient son rythme.

Si l’on se laisse gentiment entraîner dans le film, c’est aussi grâce à ces comédiens qui, s’ils ne livrent pas des prestations passionnantes, restent attachants et l’on se plaît à suivre leurs petites aventures et rencontres amoureuses. Alice Taglioni en trentaine désabusée est très bien. Patrick Bruel en gendre idéal fait le taf. Le couple de parents incarnés par Michel Aumont et Marie-Christine Adam sont parfaits (d’ailleurs, ils tiennent les personnages les plus drôles du film). Puis, bien sûr, on en entend parler tout le film, Sophie Lellouche aura même réussi à convaincre Woody Allen lui-même d’y faire une petite apparition, pour un joli moment romantique et lunaire.

Bref, « Paris-Manhattan » n’est pas un grand film, et ce n’est pas non plus un film qui marquera les esprits, hormis le fait de trouver Woody Allen dans une petite comédie française, mais sur son ensemble, pour faire passer une soirée, ce premier et unique film pour Sophie Lellouche fait ce qu’on lui demande, et il se pose comme un petit divertissement agréable, gentil et finalement Woody Allenesque !

Note : 12/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.