décembre 10, 2022

Born of Osiris – Angel or Alien

Avis :

Trouver un bon nom de groupe, c’est toujours compliqué. D’ailleurs, de nombreuses bandes ont changé en cours de route, pour avoir quelque chose de plus percutant, ou qui rend mieux compte de la musique abordée. C’est le cas par exemple de Born of Osiris. Groupe de Deathcore Progressif américain, les membres ont d’abord opté pour Diminished pendant un an, puis Your Heart Engraved durant deux ans, pour changer par Rosecrance jusqu’en 2007. Ce n’est que lors de la sortie de leur premier album que les membres trouvent le nom définitif du groupe, en référence à Horus, fils du dieu égyptien Osiris. Sommes-nous face à une musique solaire ? Pas vraiment. Depuis le début des années 2000, les américains ont toujours voulu taper fort, agrémentant à chaque nouvel album de ajouts électro pertinents. Angel or Alien est le sixième effort des américains et c’est une belle réussite.

Le skeud débute avec Poster Child et il est une bonne synthèse de ce qu’est Born of Osiris pour les néophytes. On a droit à une légère intro avec quelques inserts au clavier, pour débouler ensuite sur des riffs puissants et lourds, baignant dans une rythmique rapide. Peu de chant clair, mais un chant crié maîtrisé et surtout, une place importante à la mélodie. Oui, on est dans du Deathcore, mais le groupe ne délaisse pas tout à la violence et propose même une conclusion presque jazzy. White Nile sera plus percutant, plus sombre, mais il garde tout ce qui fait l’essence même du groupe, à savoir une grosse violence qui ne se perd pas et qui laisse de la place à une mélodie résolument moderne. C’est aussi avec ce morceau que l’on va voir les changements de voix et les échanges entre le chanteur et le claviériste.

En effet, le chanteur possède une voix plus grave, et elle sera accompagnée par celle du claviériste, plus aigue et qui servira dans les moments plus hauts. Si ces échanges sont aussi intéressants, c’est parce qu’on retrouve de temps à autre quelques chants clairs, comme pour Angel or Alien et son rapport très étroit entre gros riffs gras et électro aérienne. Le mélange est intéressant, apportant un adoucissement moderne, tout en ne dénaturant pas les élans violents du groupe. Waves sera d’ailleurs du même acabit, mais avec une durée réduite pour être plus impactante. On pourrait presque rapprocher ce titre d’un Bring me the Horizon sous testostérone avec un refrain en chant clair. Quant à Oathbreaker, il se révèle percutant grâce à un refrain bien marqué qui donne envie de se briser la nuque. Le titre est virulent, puissant et ne laisse pas une seule minute de repos.

Ce qui est très intéressant avec cet album, c’est que Born of Osiris arrive à varier les plaisirs dans un genre codifié et parfois poussif. Des groupes comme Carnifex, qui arborent un Deathcore classique et très violent, n’arrivent pas à varier leur contenu. Ici, on retrouve des élans électro, des moments puissants et des passages plus aériens. Les américains ont trouvé un juste équilibre qui leur permet de faire un peu ce qu’ils veulent. Threat of Your Presence est un déferlement de colère alors que Love Story ou Crossface lorgnent du côté du Djent avec quelques moments plus doux (qui se ressemblent un peu d’ailleurs, ce qui est étonnant). D’autres morceaux ne seront que virulence, avec par exemple In for the Kill ou encore Truth and Denial qui est peut-être le titre le plus poussif de l’album. Ce qui ne veut pas dire qu’il soit mauvais, bien au contraire.

D’ailleurs, ce titre si violent annonce une petite surprise avec Shadowmourne, qui va chambouler un peu notre écoute. Ici, le groupe va sortir de sa zone de confort durant un temps, notamment avec une introduction au saxophone. L’ambiance est particulière, un peu feutrée, avant de déballer les grattes et un chant toujours aussi puissant. L’aspect prog se retrouve dans les inserts de saxo qui reviennent régulièrement, et qui apportent une vraie légèreté au milieu de la violence. C’est à la fois étrange et envoûtant, mais ça fonctionne à plein régime. Et la faim donne un sentiment de plénitude qui va donner envie de replonger au plus vite dans cet album complet et foutrement intéressant.

Au final, Angel or Alien, le dernier album en date de Born of Osiris, est une vraie réussite. Si on aurait pu craindre une déferlante de violence propre au Deathcore, il n’en sera rien, le groupe retombant toujours sur ses pattes et expérimentant de nouveaux sons pour mieux surprendre son auditoire. C’est non seulement propre, hyper bien produit, mais c’est aussi additif et on se surprend à réécouter en boucle cet album qui recèle bien des facettes. Bref, un excellent album.

  • Poster Child
  • White Nile
  • Angel or Alien
  • Waves
  • Oathbreaker
  • Threat of Your Presence
  • Love Story
  • Crossface
  • Echobreather
  • Lost Souls
  • In for the Kill
  • You are the Narrative
  • Truth and Denial
  • Shadowmourne

Note : 17/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.