novembre 30, 2021

Pig – Jamais Sans ma Truie

De : Michael Sarnoski

Avec Nicolas Cage, Alex Wolff, Adam Arkin, Nina Belforte

Année : 2021

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller

Résumé :

Un chasseur de truffes vit en ermite dans la nature sauvage de l’Oregon, quand l’enlèvement de sa truie truffière le pousse à retourner vers la civilisation à Portland où il devra faire face aux démons de son passé.

Avis :

Réalisateur et scénariste américain, Michael Sarnoski est un jeune cinéaste qui vient au Festival de Deauville avec son premier film. Mais si, « Pig » est son premier long-métrage, le jeune réalisateur s’était fait la main quelques années plus tôt sur le petit écran. Débutant en 2011, très vite, Michael Sarnoski se fait remarquer et on lui propose de réaliser plusieurs épisodes de la série « Fight Night Legacy« . S’ensuit alors pour lui un poste de réalisateur sur la série « Olympia« , dont il est aussi l’un des producteurs.

Après presque dix ans d’absence, Michael Sarnoski fait un retour surprenant, s’aventurant cette fois-ci sur le grand écran. Écrit par Michael Sarnoski lui-même, « Pig » faisait partie de ces films qui intriguaient de suite, ne serait-ce que pour son synopsis assez improbable. Oui « Pig« , c’est en gros Nicolas Cage qui part à la recherche de sa truie truffière qui vient de lui être enlevée. Autant dire que cette idée-là pouvait donner tout et rien en même temps et heureusement pour nous, « Pig« , même s’il est imparfait, demeure un bon film qui arrive même à se faire étonnement touchant. Et cerise sur ce petit gâteau, Michael Sarnoski nous offre un Nicolas Cage fabuleux et très étrangement sobre.

Robin vit en ermite au milieu de la forêt. Pour seul revenu, il revend des truffes que sa truie lui « déterre ». Entre Robin et sa truie, il y a une forte relation, elle est son animal de compagnie et peut-être même sa confidente. Sa truie a un don inouï, étant très douée pour renifler les truffes, alors le jour où des junkies lui volent sa précieuse truie, Robin va tout mettre en œuvre pour la retrouver.

Quatrième film en compétition au festival de Deauville, « Pig » était de ces films dont le scénario était tellement improbable qu’il donnait directement envie de s’y arrêter, et ça, même si on trouve Nicolas Cage en tête d’affiche, (oui, j’adore cet acteur, mais il faut bien dire que ces derniers temps, l’acteur ne brille pas par ces choix). Et voilà, après plusieurs films très moyens, on a ici le plaisir de revoir l’acteur dans un bon film et un bon rôle.

La première chose qui frappe avec « Pig« , c’est la qualité de son scénario, car avec ce pitch, Michael Sarnoski arrive à faire un film qui s’aventure sur des sentiers qui sont loin de ce qu’on pouvait imaginer pour une histoire pareille. Si son film part de temps à autre sur des sentiers qui sont aussi étranges que discutables, ce qui ressort de « Pig« , c’est une émotion sur tout son long. Il y a quelque chose dans cette histoire qui est très touchant, car plus qu’une perte financière, cette quête pour retrouver son cochon, c’est avant tout celle d’un homme qui veut trouver son animal de compagnie et pour cela, il est prêt à tout. Et c’est là que le scénario devient étonnant, car il est un chemin de croix qui obligera le personnage principal à affronter son passé.

Original dans ce qu’il raconte, « Pig » l’est aussi dans le contexte dans lequel il fait évoluer son histoire, puisque Michael Sarnoski a choisi de placer son intrigue dans le business des chasseurs de truffes, métier qu’on voit assez peu. Ainsi, le réalisateur s’intéresse aux ficelles, du fournisseur et à la compétition qu’il peut y avoir entre les acheteurs. D’ailleurs, de ce côté-là, au deuxième plan, le film offre une bonne histoire entre un fils et son père.

Comme je le disais plus haut, « Pig » est un film qui est étonnant et la surprise qu’il offre s’aventure sur plus d’une ligne. Ainsi, le film nous offre des personnages attachants, avec une sorte de road movie en ville assez « cocasse ». Ces personnages sont aussi parfaitement incarnés par d’un côté un Nicolas Cage en résurrection, puissant, beau et très touchant et de l’autre un Alex Wolff qui continue son très bon début de carrière.

Enfin, « Pig » est une excellente surprise du côté de sa mise en scène. S’il est vrai que le film est un peu longuet, et qu’il est souvent en accordéon, il demeure aussi un film très beau dans sa forme, dégageant un caractère et un esthétisme marquant. Bercé dans une ambiance sombre, qui en même temps arrive à dégager une certaine délicatesse, Michael Sarnoski assure derrière sa caméra, et même si parfois l’ambiance redescend, le réalisateur arrive sans mal à nous tenir en intrigue (et en espoir) sur tout son film.

Pour un premier film, Michael Sarnoski s’en sort très bien, et même si son film a ses imperfections, on lui retiendra surtout la surprise de cette histoire aussi originale qu’elle est improbable et qui derrière ça, aura su nous toucher. « Pig » marque donc un joli début au cinéma pour son réalisateur, dont on attend déjà un second film, histoire de voir où il va nous embarquer. Puis avec ça, Michael Sarnoski nous offre un Nicolas Cage terrible. Un Nicolas Cage qui n’avait pas été aussi bon depuis un bon bout de temps. « Pig » est donc une bien bonne surprise !

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.