juin 24, 2024

Moi Maman ma Mère et Moi

De : Christophe Le Masne

Avec Grégory Montel, Olivia Côte, Philippe Rebbot, Lolita Chammah

Année : 2019

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Benoît a loupé l’enterrement de Maman. Il était coincé dans l’Eurostar. À contretemps comme toujours, et un peu piteux, il rejoint la maison familiale pour y retrouver son frère, ses deux sœurs… et dans un joyeux bazar, beaucoup de souvenirs. Là, au milieu des vestiges de son enfance, dans l’intimité de sa chambre, il la voit… Elle l’attend. Et elle ne va pas le lâcher !

Avis :

Au rayon cinéma français, aujourd’hui, je tire la carte Christophe Le Masne. Acteur depuis la fin des années 70, on a pu voir Christophe Le Masne dans de petits rôles, dans des films tels que « Tom est tout seul« , « La vérité si je mens » et sa suite, « Le hussard sur le toit« , ou dans « A + Pollux« . Comme beaucoup d’acteurs, Christophe Le Masne s’est laissé tenter par la réalisation, qu’il a commencé au début des années 2000. Entre 2001 et 2014, Christophe Le Masne va alors réaliser cinq courts-métrages, dont certains décrocheront même quelques prix.

C’est en 2019, avec un titre bien étrange, que Christophe Le Masne fait son entrée dans les salles françaises en tant que réalisateur. Pour son premier film, Christophe Le Masne poursuit ce qu’il a commencé avec ses courts, c’est-à-dire de la comédie dramatique. Prolongeant en quelque sorte son personnage de Benoit, qu’il offre à Grégory Montel, « Moi, Maman, ma mère et moi » est un film attachant, intéressant, tenant un joli sujet, mais le premier film de Christophe Le Masne se pose cependant comme une déception, car au final, malgré de belles propositions, l’ensemble résonne comme inabouti, un peu comme si le réalisateur ne faisait que proposer des idées et survoler ses thématiques sans jamais oser y aller réellement. L’ensemble se laisse alors regarder, mais il ne marquera pas les mémoires.

Benoit a raté il y a quelques semaines de ça l’enterrement de sa mère. Aujourd’hui, Benoit revient dans la maison de famille, avec son frère et ses sœurs pour commencer à vider cette dernière, afin de pouvoir la vendre. Mais retrouver sa chambre d’adolescent, les odeurs, les paysages et plus largement les souvenirs qui l’envahissent va rendre ce moment un peu plus compliqué qu’il ne l’est déjà.

« Moi, Maman, ma mère et moi » est un film duquel je ressors partagé, voire même quelque peu embêté tant le film tient de belles choses, mais n’arrive jamais à être véritablement emballant et surtout à aller au bout de lui-même.

« Moi, Maman, ma mère et moi » est un film qui parle du deuil et de la difficulté de dire au revoir à ceux qu’on aime. Alors oui, le sujet est archi déjà vu, mais malgré ça, le cinéma est capable avec ce sujet de toujours arriver à nous offrir de jolis petits films et à bien des regards, le premier film de Christophe Le Masne a de quoi être joli. Le film tient un personnage, Benoit, qui est très attachant. Un personnage qui a ses clichés, un personnage lunaire et un peu gauche, qui est divinement tenu par Grégory Montel. Dans certaines des réflexions et conversations que le personnage peut avoir avec ses frères et sœurs, on trouvera là encore de beaux moments. Réflexion sur l’enfance, l’adolescence, ou encore les secrets de famille, et comment ces derniers peuvent avoir une influence sur le présent.

Mais voilà, si son scénario tient de bons moments, ainsi que des scènes de comédie très amusantes, notamment dans des engueulades pour pas grand-chose, sur l’ensemble du film, cette histoire, et les chemins qu’emprunte Christophe Le Masne, nous laissent assez septique. Le réalisateur explore plusieurs idées, notamment la présence fantomatique de la mère décédée qui vient comme hanter le personnage de Benoit, et si l’idée en elle-même est intéressante, Christophe Le Masne n’en fait finalement pas grand-chose. Il pose ça là, il survole cette dernière, propose quelque chose quant aux réactions de son personnage, mais ça s’arrête là. Ce sera peut-être parfois touchant, mais comme on reste sur notre faim, finalement, l’ensemble est loin d’être convaincant. On ajoutera à cela le poids du passé, thématique intéressante, mais qui ici faillit très vite, car on devine où le metteur en scène a envie d’aller, et l’on ne s’y sera pas trompé.

Heureusement, pour pallier, ou du moins essayer de pallier, à ces manques, « Moi, Maman, ma mère et moi » tient une jolie mise en scène, qui malgré de petits moyens, arrive à proposer un film qui a ses jolies envolées et arrive même à se faire poétique. Très court, enjoué, oscillant entre la comédie et le drame, tenant une bonne dynamique dans les échanges de ses personnages, Christophe Le Masne offre un film qui se laisse regarder, mais qui souffre aussi d’un défaut de personnalité et comme je le disais plus haut, malgré ses efforts, le film n’arrive pas à marquer les esprits. S’il se laisse gentiment regarder, si on sourit souvent et l’on peut être touché, il se laissera très facilement oublier une fois qu’on l’aura vu.

Ce premier film pour Christophe Le Masne est donc un film duquel on ressort mitigé, car l’ensemble est pour le moins joli, et il tient de bonnes idées, de jolies scènes, de jolis personnages, mais sur son ensemble, le réalisateur n’explore jamais vraiment ses personnages, ses sujets et les blessures, et autres souvenirs de ces derniers. Décevant, « Moi, Maman, ma mère et moi » avait bien des ingrédients réunis pour être plus que ce qui nous est proposé là. Ainsi, sur l’instant, ça se laisse regarder gentiment, puis il se laissera oublier tout aussi vite.

Note : 10/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.