novembre 30, 2021

Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux – Quand Marvel se Tourne vers le Marché Asiatique

Titre Original : Shang-Chi and the Legend of the Ten Rings

De : Destin Daniel Cretton

Avec Simu Liu, Tony Leung Chiu-Wai, Awkwafina, Fala Chen

Année : 2021

Pays : Etats-Unis

Genre : Super-Héros

Résumé :

Shang-Chi va devoir affronter un passé qu’il pensait avoir laissé derrière lui lorsqu’il est pris dans la toile de la mystérieuse organisation des dix anneaux.

Avis :

Après s’être offert les services de Jon Favreau, des Russo, de Joss Whedon ou encore Joe Johnston, les studios Marvel, pour leurs nouveaux films, vont chercher des auteurs qui viennent du cinéma indépendant. Ainsi, dans cette optique, on a vu arriver Taika Waititi, Jon Watts, Cate Shortland, et prochainement, l’Oscarisée Chloé Zhao. Nouveau venu dans cette grande famille, Destin Daniel Cretton. Ancien éducateur, Cretton s’est lancé dans le cinéma au début des années 2000, et il lui aura fallu une bonne dizaine d’années avant d’arriver au long-métrage et de se faire remarquer avec son deuxième film, le très beau « State of Grace« . Depuis ce film, Cretton a fait un beau début de carrière avec « Le château de verre » ou « La voie de la justice« .

Après avoir passé le cap du troisième film avec élégance et émotion, le metteur en scène se lance dans un tout autre style. Aux commandes d’une énorme machine, le voici qu’il revient en salle avec « Shang-Chi et la légende des dix anneaux« , film qui étend encore un peu plus l’univers Marvel mis en place avec le « Iron Man » de Jon Favreau en 2008.

Si je dois bien avouer que je ne suis pas plus fan que cela des Marvels, dans le sens où ça me fait toujours plus ou moins plaisir d’aller les découvrir en salle, je ne peux pas non plus dire que j’attends avec impatience ces films-là. Mais malgré cela, je dois aussi dire que ma curiosité est un peu plus aiguisée depuis que les studios ont décidé d’aller chercher de plus petits réalisateurs et ce « Shang-Chi …  » avait ce truc en plus que j’aime les films de Destin Daniel Cretton. Oui, « State of Grace » est un petit bijou et ses deux suivants sont de beaux films. Avec de tels résultats, j’étais très curieux de voir ce que le cinéaste allait bien pouvoir proposer avec un projet pareil, et ce « Shang-Chi … » est étonnant. Mieux encore, ça faisait bien longtemps que je n’avais pas autant apprécié un Marvel. Entre folklore, légende chinoise, une belle histoire et une bonne intégration à l’ensemble de l’univers, le passage de Destin Daniel Cretton chez Marvel est une réussite.

Shawn est voiturier et vit une vie sans histoire à San Francisco. Son quotidien est bien souvent partagé avec sa pote Katy, mais un matin, sa vie bascule quand il se fait rattraper par son passé, ou plutôt par son père, un guerrier légendaire qu’il a fui voilà une dizaine d’années.

« Shang-Chi et la légende des dix anneaux« , c’est la découverte (du moins pour moi) d’un nouveau personnage dans l’univers Marvel. Outre le fait de trouver à la réalisation Destin Daniel Cretton, ce nouvel opus m’intéressait aussi parce qu’il allait conjuguer l’univers Marvel, le folklore asiatique et des légendes chinoises, et je suis assez friand de ces cultures-là. Très différent de ce que Marvel a l’habitude de nous raconter, « Shang-Chi … » s’est posé comme une belle et bonne surprise sur plus d’un point.

Le premier élément qui me vient en tête à la sortie de la salle, et celui que j’ai le plus apprécié, c’est l’intrigue de « Shang-Chi … ». Destin Daniel Cretton pose très bien les bases de ce nouveau personnage. J’ai énormément apprécié découvrir son histoire de famille, les dilemmes qu’il rencontre sur sa route, ses confrontations, puis son évolution et les découvertes qu’il va faire tout au long du film. Plus de deux heures qu’on ne voit pas passer par ailleurs. L’intrigue que nous raconte-là Cretton est plus profonde et touchante qu’elle n’en a l’air. Tout ce qui tourne autour de son père, de leur relation, des choix de ce dernier, et du pourquoi ces événements se mettent en branle maintenant sont bien racontés. En même temps, quand on connaît le cinéma de Cretton, « Shang-Chi … » a bien des ingrédients qui sont des récurrences chez son metteur en scène.

Puis derrière ça, « Shang-Chi … », au fur à mesure que son intrigue se déroule, arrive à très bien conjuguer une présentation de personnage et un « raccrochage » à l’univers Marvel et celui des « Avengers« .

Enfin, dernier élément, et pas des moindres, qui est bon, c’est l’emploi de la culture chinoise au sein de cette histoire. Légendes et folklores font bon ménage, et l’univers est très bien exploité. Destin Daniel Cretton place son film quelque part entre « Les animaux fantastiques » et un Zhang Yimou au moment du « … secret des poignards volants« . 

Puis derrière cette bonne origine story, « Shang-Chi et la légende des dix anneaux » est aussi une belle réussite d’un point de vue esthétique. Moins, beaucoup moins, « cuté » que d’autres Marvel, la réalisation de Cretton est fluide, posée et elle se partage entre scènes d’action parfaitement chorégraphiées et filmées et des moments de jolie poésie. Si on pourra parfois critiquer certains effets spéciaux, notamment en début de film, qui laissent à désirer, par la suite, le film livre un joli spectacle, et une belle plongée dans un autre monde. À noter la photographie superbe, avec toutes ces couleurs et ces lumières. La rencontre des parents, par exemple, est superbe, arrivant même à être touchante. À noter aussi les costumes, les décors, ou encore le soundtrack de Joel P. West, qui conclut cet excellent travail et nous évade autant que le film nous tient.

Enfin, le dernier plaisir de « Shang-Chi … », ce sont ses acteurs, entre jeunes premiers et légendes qui se côtoient. Si Meng’er Zhang (la sœur), Fala Chen (la mère), Michelle Yeoh (la tante) sont excellentes et tiennent dans une plus ou moins grande mesure des personnages aussi intéressants qu’attachants, il faut bien avouer que « Shang-Chi et la légende des dix anneaux« , c’est surtout Simu Liu et Tony Leung, qui en plus de tenir de bons personnages, entretiennent une relation complexe et touchante. Comme toujours, on trouve une Awkwafina génialement déconnectée.

« Shang-Chi et la légende des dix anneaux » est donc une belle réussite. Loin de ce que Marvel livre habituellement, entre action, drame et poésie, Destin Daniel Cretton nous entraîne dans une bonne intrigue, qu’il sait parfaitement mettre en scène. Riche et profond (je me répète, mais j’ai vraiment été pris par tout ce qui tourne autour du père), « Shang-Chi … » est aussi un spectacle qui nous offre tout ce qu’on est venu chercher. Moi qui ne se suis pas plus fan que ça des Marvel, je suis très heureux de placer ce « Shang-Chi … » sur l’étagère de mes petites préférences, aux côtés de « Thor Ragnarok« , « Doctor Strange« ,  » … Infinity War » ou encore le premier « … gardien de la galaxie« .

Note : 14,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.