octobre 26, 2021

A Suitable Boy

D’Après une Idée de : Andrew Davies

Avec Tanya Maniktala, Tabu, Ishaan Khatter, Rasika Dugal

Pays : Angleterre

Nombre d’Episodes : 6

Genre : Romance

Résumé :

Dans les années 1950, en Inde, Lata est une jeune femme courtisée par trois hommes différents. Souhaitant échapper au mariage forcé, comme sa sœur l’a subi avant elle, elle doit faire un choix entre ses différents prétendants : Kabir, Haresh et Amit.

Avis :

Mira Nair est une réalisatrice indienne qui s’est fait connaître dans le monde avec son premier film, le sublime et difficile « Salaam Bombay !« . Depuis, la réalisatrice est devenue l’un des poids du cinéma indien, oscillant entre l’Inde et l’Amérique. Pendant vingt-cinq ans environ, la réalisatrice n’a cessé d’enrichir sa filmographie de manière très régulière. Puis au milieu des années 2010, Mira Nair s’est faite plus rare, surtout après l’échec d’ »Amelia« , film qui s’intéressait à l’aviatrice Amelia Earhart portée par Hilary Swank. Si depuis la réalisatrice a refait des films, ces derniers sont restés très confidentiels. À peine visibles, bien souvent malgré de beaux castings et des intrigues intéressantes, les dernières œuvres de Mira Nair demeurent encore inédites, du moins chez nous.

Quatre ans après « Queen Of Katwe« , film inédit porté par Lupita Nyong’o, Mira Nair est de retour et cette fois-ci, c’est le petit écran qu’elle a choisi, se lançant dans sa première série. Écrite par Andrew Davis, scénariste de talent qu’on trouve derrière « Le journal de Bridget Jones« , le « Orgueil et préjugés » de 95 ou encore « Mr. Selfridge« , « A Suitable Boy, un garçon convenable » est une belle découverte qu’on peut trouver sur Netflix.

Riche, très riche même, car la série a plus d’un sujet à traiter en son sein, « A Suitable Boy… » se laisse très facilement regarder, et au-delà de ça, elle se pose comme une mine d’informations, culture, politique, géopolitique, histoire, s’entremêlent à des histoires de familles et des histoires de cœurs. Bref, si la série aurait mérité d’être moins dans « l’embellissement », elle n’en reste pas moins une belle découverte et une belle surprise.

Inde, 1950, Lata est une jeune femme de bonne famille qui fait ses études à l’université. Alors que les Anglais se sont retirés il y a quelques années, ce qui amena la création du Pakistan, à l’intérieur du pays, les tensions entre les Hindous et les Musulmans sont restées fortes. Lata, qui est Hindou, doit absolument épouser un homme Hindou. Or, la jeune femme va faire la rencontre de Kabir, un beau et gentil garçon qui est musulman. Dans un pays dont la mèche n’attend qu’une étincelle pour exploser, comment être amoureuse d’un homme qui ne convient pas aux yeux des siens…

Il y a peu temps de cela, j’ai eu l’envie de découvrir le cinéma indien et très vite dans ma découverte de ce cinéma, des noms sont ressortis du lot et assurément Mira Nair est l’un de ceux qui se sont imposés très vite. Il faut dire que la cinéaste a une très belle filmographie qui regorge de films à découvrir. Aujourd’hui, je m’arrête sur sa seule série à ce jour. Une petite série en six épisodes d’une heure chacun. Avec « A Suitable Boy, un garçon convenable« , Mira Nair nous invite à plonger dans l’Inde dans années 50, période compliquée du pays qui vient tout juste d’être coupé en trois, ce qui véhicula énormément de tensions et des déplacements de populations en masse. Si la série de Mira Nair s’intéressera à une famille et racontera les destins de plusieurs de ses membres, elle n’oubliera jamais l’histoire avec un grand H. Une histoire essentielle qui se trouvera toujours en toile de fond de son « A Suitable Boy, un garçon convenable« .

On pourra reprocher à la série plusieurs petits points comme le fait que cette dernière soit longuette parfois, et qu’elle a tendance à brosser un trop beau portrait de l’Inde, oubliant la misère, et toute une partie de sa population. D’ailleurs, quand la série s’intéresse quelque peu à la politique et les élections, cela reste très léger, et l’on sent bien que ce n’est pas vraiment le sujet qui importe, ce qui est dommage, car raconter l’Inde sans aborder vraiment ce sujet-là, c’est vraiment passé à côté de quelque chose d’essentielle, et c’est assez étrange venant de la part d’une femme qui a consacré son début de carrière à ce dernier. Si ce manque est bien là, ça n’empêchera pas la série toutefois d’être plaisante à suivre et intéressante sur bien des points.

Si l’histoire d’amour entre Lata et Kabir est, au départ, assez clichée, très vite, la série arrive à la rendre juste et intéressante, car elle ne va pas aller dans le sens qu’on imaginait. Mira Nair va dresser de beaux portraits de personnages, et à travers cette famille, et tout ce qui peut leur arriver, la réalisatrice va s’arrêter sur tout un tas de sujets qui vont indéniablement donner beaucoup de relief à sa série. Tradition, amour, famille, amitié, deuil, rituel, tradition, et plus largement investissement politique, conflit, rapport homme/femme ou encore même la justice. Bref, la série s’aventure sur plusieurs sentiers, et même si parfois le rythme n’est pas toujours là, la série se fait intéressante à tout instant. Elle arrive même à se faire touchante et attendrissante, notamment dans les histoires d’amour qui la peuplent, mais aussi les histoires d’amitié. D’ailleurs, la série peut aisément se vanter de tenir l’une des plus belles et touchantes histoires d’amitié qu’on ait pu voir ces dernières années.

On ajoutera à cela une direction artistique impeccable, une magnifique reconstruction de l’inde des années 50, malgré, comme je l’évoquais plus haut, un côté trop beau qui s’échappe de l’ensemble. Si la série n’arrive pas toujours à être juste dans son rythme, traînant un peu parfois, alors qu’elle peut aussi avoir tendance à beaucoup trop enchaîner, notamment dans le dernier épisode, où il doit facilement se passer autant d’événements importants que dans le reste de la série, ce qui est assez étrange comme choix, et donne l’impression qu’elle doit être conclue au plus vite, comme si l’on avait coupé les budgets d’un coup.

Enfin, ce qui fait que la série fonctionne bien aussi, c’est son casting, qui est peuplé d’acteurs et d’actrices qu’on se plaît à découvrir. Porté principalement par Tanya Maniktala qui incarne donc Lata, la jeune actrice est une très belle découverte, pleine de talent, bourré de charisme et de charme, j’ai déjà hâte de la voir dans d’autres rôles. Ce sentiment se répercute aussi sur des acteurs comme Ishaan Khatter, Mahira Kakkar, Danesh Razvi. On notera un immense coup de cœur pour Namit Das qui incarne l’un des prétendants de Lata, et qui est une petite bulle d’authenticité.

« A Suitable Boy, un garçon convenable« , première série signée Mira Nair, est une série qui est imparfaite, qui a ses petits défauts ici et là, mais au-delà de ça, elle est surtout une série qui se fait divertissante, touchante et surtout très intéressante. Politique, conflits, traditions, et l’histoire sont au cœur de cette petite série en six épisodes. « A Suitable Boy … » est donc une jolie petite découverte et si je peux détester Netflix sur bien des points, je dois bien avouer que j’aime aussi beaucoup son ouverture sur tout un pan de cinéma et de séries dont on n’entend pas parler. À découvrir donc.

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.