octobre 28, 2021

Love is Love is Love

De : Eleanor Coppola

Avec Joanne Whalley, Chris Messina, Kathy Baker, Marshall Bell

Année : 2020

Pays : Etats-Unis

Genre : Comédie, Drame, Romance

Résumé :

Trois histoires qui évoquent l’amour, l’engagement et la loyauté dans les couples et entre amis.

Two for Dinner : un couple marié qui vit temporairement loin l’un de l’autre est plus éloigné qu’il ne le pense.
Sailing Lesson : un vieux couple décide de passer une journée sur un voilier pour raviver leur amour mais se retrouve dans une situation inattendue.
Late Lunch : une jeune femme qui vient de perdre sa mère invite à déjeuner les amies de la défunte afin d’évoquer son souvenir. Des révélations vont éclater au grand jour.

Avis :

La famille Coppola est une immense famille de cinéma et aujourd’hui, on tire la carte de la femme de Francis Ford Coppola, Eleanor Coppola. Écrivaine, artiste et documentaliste, après des années passées auprès de son mari, en 2016, alors âgée de quatre-vingt-ans, Mrs Coppola décide de passer derrière la caméra, pour une première expérience de réalisatrice. Cette première expérience se nomme « Paris Can Wait » et c’est disponible sur Netflix pour les curieux.

Après cette première expérience, Eleanor Coppola décide de rempiler une deuxième fois et voici que quatre ans après, elle revient avec « Love Is Love Is Love« , un film concept qui comme son titre l’indique, s’arrête sur la question de l’amour. Réunissant trois courts-métrages pour former un long, « Love Is Love Is Love » est un film assez inégal, mais qui malgré tout demeure touchant, sensible et sincère, et si parfois il sonne comme un peu trop long, il n’en demeurera pas moins sympathique.

Trois histoires qui évoquent l’amour, l’engagement et la loyauté dans les couples et entre amis. Un dîner pour deux : un couple marié qui vit temporairement loin l’un de l’autre est plus éloigné qu’il ne le pense. Sailing Lesson : un vieux couple décide de passer une journée sur un voilier pour raviver leur amour, mais se retrouve dans une situation inattendue. Un dîner de retard : une jeune femme qui vient de perdre sa mère invite à déjeuner les amies de la défunte afin d’évoquer son souvenir. Des révélations vont éclater au grand jour.

Pour son deuxième film, Eleanor Coppola a décidé de sonder l’âme humaine à travers le portrait de trois amours et trois façons d’aimer. Pour cela, elle va donc diviser son film en trois courts-métrages qui vont chacun avoir des bons et des mauvais côtés.

Ce qui est bon avec « Love Is Love Is Love« , ce sont les sujets que la réalisatrice a décidé d’aborder, car ces derniers vont être plus subtils et loin de ce que l’on a l’habitude de voir. Pour son premier conte, comme elle l’aime à appeler ses courts-métrages, la réalisatrice étudie l’amour à distance en nous présentant un couple, impeccablement tenu par Chris Messina et Joanne Whalley. Comment peut-on réinventer son couple et comment fait-on pour profiter l’un de l’autre quand le travail les sépare ? Drôle, bien mené, notamment grâce à une bonne mise en scène, ce premier court est un petit bijou de charme, de séduction et le tout est parcouru par un petit soupçon d’humour qui est le bienvenu.

Pour le deuxième, la réalisatrice s’intéresse à quelque chose dont on n’entend pas forcément parler, le temps qui passe et comment un couple fait pour tenir face à ce dernier. S’il est vrai que ce court peut convoquer à l’anecdotique, il faudra tout de même lui laisser d’aller jusqu’au bout de son idée. La réalisatrice parlera très bien des efforts et des compromis dans un couple. Ce film montre bien qu’un couple ce n’est jamais vraiment de l’acquit et qu’il faut se battre pour lui et ça, à tout âge, comme ici, chez des personnages tout juste retraités. À noter qu’ici Kathy Baker et Marshall Bell sont divins.

Enfin, le dernier court est sûrement celui qui est le plus inégal et c’est dommage, car il est aussi celui qui tenait l’un des plus beaux sujets, abordant le deuil, la perte d’un parent et comment passer cette épreuve et comment se souvenir de lui. Comme pour les deux précédents courts, le sujet est prenant, mais malheureusement, c’est aussi ce film qui fait le plus de « mal » à l’ensemble. Intéressant dans son fond, sur la forme, il devient vite trop long, répétitif et finalement malgré tous les arguments qu’il nous dévoile, entre tous ses sujets dans le sujet et ce casting merveilleux (Cybill Sheperd, Rita Wilson, Rosanna Arquette, Maya Kazan), le film finit par se faire longuet et sans décrocher non plus, on aurait envie d’en voir le bout, ce qui est en soi une petite déception.

« Love Is Love Is Love » reste donc un petit film sympa, drôle et touchant. Certes, ce n’est pas parfait, et certes, il y a des moments et des personnages qui sont moins intéressants que d’autres, mais sur l’ensemble, ça fonctionne, et surtout ça dit des choses de l’amour qu’on ne voit pas forcément et rien que pour ça, j’ai envie de vous convaincre de vous arrêter sur ce petit film bien sympathique.

Note : 12/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.