septembre 28, 2022

Blood & Treasure Saison 1

D’Après une Idée de : Matthew Federman et Stephen Caia

Avec Matt Barr, Sofia Pernas, James Callis, Katia Winter

Pays : Etats-Unis

Nombre d’Episodes : 13

Genre : Aventure

Résumé :

Un brillant antiquaire et une trafiquante d’art rusée s’associent pour arrêter un terroriste qui finance ses attaques en pillant des trésors.

Avis :

À l’image des longs-métrages officiants dans un style similaire, les séries d’aventures sont l’occasion de se lancer dans des chasses au trésor plus ou moins palpitantes. Au début des années 2000, la décennie a surtout été marquée par Sydney Fox et, plus confidentiellement, par Aventure et associés. Plus récemment, on a pu apprécier Hooten & the Lady, tentative sympathique et néanmoins avortée au terme de la première saison. Au regard de ce qu’a initié cette dernière incursion, Blood & Treasure s’inscrit dans le même registre. À savoir : une aventure débridée qui use des poncifs du genre de manière assumée.

Contrairement à Hooten & the Lady, la présente série n’enchaîne pas les quêtes à raison d’une intrigue « indépendante » par épisode. En l’occurrence, on se penche sur la découverte des tombeaux de Marc-Antoine et de Cléopâtre. Dans les intentions, le format permet de développer le scénario dans de bonnes conditions. Cependant, on se heurte très vite à une réinterprétation historique tendancieuse, pour ne pas dire invraisemblable. D’emblée, Blood & Treasure ne s’embarrasse guère d’un traitement crédible sur fond de vérités établies. La narration fait donc la part belle à la distraction sans s’attarder sur une base tangible pour étayer son propos. Dommage, car elle est bien existante.

Cela se vérifie également dans ce tour du monde qui fait peu de cas de la cohérence géographique. Si l’on pouvait s’attendre à une intrigue orientée vers l’Égypte et le Moyen-Orient, on voyage aux quatre coins du globe. Avec l’Espagne, la Suisse, la France et l’Italie, l’Europe est sur le devant de la scène. On fait aussi une petite escale dans les îles tropicales et d’autres destinations qui n’ont pas grand rapport avec Cléopâtre et Marc-Antoine. De même, les protagonistes enchaînent les allers-retours avec des distances curieusement raccourcies. Certes, il y a la contrainte de rythme pour le récit, mais on a davantage l’impression que tous les lieux se situent dans une périphérie d’une centaine de kilomètres carrés.

En ce sens, Blood & Treasure ne se prend pas vraiment au sérieux. On y retrouve une ambiance légère, soutenue par un sens de l’humour de circonstances. La série respecte les fondamentaux du genre à la lettre si bien qu’elle ne s’en affranchit à aucun moment. Dès lors, le déroulement se veut prévisible. La progression se ponctue de retournements de situation attendus et d’un schéma narratif pour le moins linéaire, si l’on occulte les digressions touristiques des principaux intervenants. Dans ces conditions, l’enchaînement des 13 épisodes ne sert pas à exposer les tenants d’un scénario cousu de fil blanc, mais à multiplier les péripéties de manière compulsive.

Il est vrai que l’ensemble ne souffre guère de temps mort. Entre fusillades, combats rapprochés et excursions en milieu hostile, la variété des actions et des confrontations est à mettre au crédit de la série. En dépit de son caractère prévisible, l’évolution de l’intrigue ménage ses effets et sa montée en tension avec des éléments clefs et des évènements perturbateurs placés à intervalles réguliers. Simple, mais efficace pour maintenir l’attention du public sur le long terme. On apprécie aussi la personnalité de certains intervenants, même si, là encore, on a droit aux poncifs inhérents au genre. Toutefois, on ne sombre pas forcément dans la caricature de bas étage.

Au final, Blood & Treasure s’avance comme une série d’aventures dans la grande tradition du genre. Cette production américaine n’invente strictement rien à un point tel que le déroulement demeure attendu du début à la fin. On regrette aussi une idée initiale menée sans rigueur ni souci historique. Entre approximations et incohérences géographiques, il ne faut guère se montrer exigeant sur l’enchaînement des faits. Il en ressort une distraction légère, assumée dans son approche extravertie. La série s’avère particulièrement énergique et enthousiaste, remplissant ainsi son office auprès du grand public et des amateurs du genre. Simple, mais dénuée d’originalité.

Note : 12/20

Par Dante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.