octobre 18, 2021

My Zoé

De : Julie Delpy

Avec Julie Delpy, Richard Armitage, Daniel Brühl, Gemma Arterton

Année : 2021

Pays : Allemagne, France, Angleterre

Genre : Drame

Résumé :

Après son divorce, Isabelle, généticienne, tente de reprendre sa vie en main. Elle tombe amoureuse et décide de relancer sa carrière. Mais son ex-mari, James a du mal à l’accepter et lui rend la vie dure dans la bataille qu’il mène pour obtenir la garde de leur fille Zoe. Une tragédie les frappe et la famille s’en trouve brisée. Isabelle décide alors de prendre le destin en main.

Avis :

La plus américaine des actrices françaises est aussi une excellente réalisatrice qui depuis une belle vingtaine d’années, s’est bâtie une jolie filmographie. Commençant à réaliser au début des années 2000, Julie Delpy a très vite livré de jolis films, en témoignent « 2 days in Paris« , « La Comtesse » ou encore « Le Skylab« . Posant sa caméra là où elle en a envie, Julie Delpy oscille alors entre la France, les Etats-Unis, allant même faire un tour en Hongrie.

Son dernier film en date en tant que réalisatrice fut une belle surprise, car Julie Delpy s’était aventurée avec réussite sur les sentiers de la comédie française populaire, avec son « Lolo » porté par Dany Boon, Karin Viard et Vincent Lacoste.

Cela faisait alors six ans que Julie Delpy n’avait plus réalisé et les années passant, le désir de retrouver la cinéaste se faisait de plus en plus présent. Et voici que sans prévenir débarque « My Zoé« , septième film de Julie Delpy qui cette fois-ci s’oriente vers le drame. Un drame qui sur le papier n’a rien de vraiment neuf ou incroyable, mais qui on l’imaginait déjà, sous le regard de la metteuse en scène, allait nous réserver un beau moment de cinéma tant en émotions et réflexions. Malheureusement, si en effet « My Zoé » a bien des côtés intéressants et touchants, sur son ensemble, ce dernier Delpy se pose comme une déception, aussi bien pour le drame que la cinéaste nous raconte, que pour la direction qu’il va prendre dans son dernier acte, qui nous laissera très sceptique.

Isabelle a vécu une belle histoire d’amour avec James, son ex-mari. Ensemble, ils ont eu une fille, Zoé, qui est la lumière de leur vie. Les parents essaient tant bien que mal de composer avec les rancœurs de leur séparation pour le bien de Zoé. Un matin comme un autre, alors que rien ne le laissait présager, un drame frappe cette famille, et leur vie va en être bousculée, voire même brisée à tout jamais.

Pour son nouveau film, « My Zoé« , Julie Delpy avait coché d’emblée toutes les cases pour me faire frémir. Revenant au drame, onze ans après le magnifique « La Comtesse« , sur le papier « My Zoé » avait un très bon sujet, même s’il faut aussi avouer, sur le papier encore une fois, que ce dernier n’avait rien de vraiment neuf.

Composé en trois actes bien distincts les uns des autres, « My Zoé » commence de manière quasi parfaite, Julie Delpy nous invitant à suivre le quotidien d’une famille séparée qui essaie de composer comme elle peut. Sur un ton très réaliste, on est embarqué, et même si ce récit peut sonner comme anecdotique tant on l’a déjà vu, il est très bien mis en scène par Julie Delpy. Puis arrive la suite, avec un deuxième acte qui révèle son drame. Dès lors, « My Zoé » se fait dur, tragique et surtout émouvant. Julie Delpy décrit au plus près l’horreur de cette situation, le bouleversement pour ces personnages, et le courage, l’abnégation dont il faut faire preuve, si toutefois cela est possible. Avec ce deuxième acte, le film s’envole et là encore, alors qu’il demeure assez déjà vu dans son sujet, Julie Delpy, à force d’intimité et de pudeur, nous tient et surtout nous touche.

Enfin, une fois que Julie Delpy nous tient totalement, elle nous entraîne dans un troisième acte assez courageux et étonnant sur le papier, mais si ce dernier soulève de bonnes questions, il va surtout avoir du mal à nous convaincre. Hésitant, survolé, et finalement pas forcément plus intéressant que cela (ce qui est un drame en un sens, car le sujet est vraiment intéressant), « My Zoé » s’écroule et va alors peiner pour nous tenir jusqu’à son final, qui tardera à arriver. Ce constat est vraiment dommage, car la direction de cet acte est une vraie surprise en un sens, mais ça ne fonctionne pas, on s’ennuie, et finalement, malgré les questionnements et autres réflexions, on a du mal à voir où la réalisatrice veut en venir. Et ce flou se tiendra jusqu’à la fin, puisqu’on quittera « My Zoé » assez sceptique, avec la sensation qu’il y avait tous les ingrédients réunis, et tout s’est écroulé.

Une sensation qui est encore plus triste, car « My Zoé » tient une jolie direction artistique. Julie Delpy livre une mise en scène qui essaie de s’approcher au plus près de la réalité à chaque instant. Même dans son dernier acte, qui s’en va autre part, la metteuse en scène tient à son réalisme. Ce réalisme, on le trouve et on le ressent aussi grâce à ces acteurs et notamment Julie Delpy et Richard Armitage qui sont parfaits en parents confrontés au pire. À noter aussi un joli couple à l’écran, Daniel Brühl et Gemma Arterton. Le couple est joli et les personnages posent certaines réflexions intéressantes, il est dommage que « leur acte » peine à convaincre.

« My Zoé » avait réuni beaucoup d’arguments pour faire de ce nouveau Julie Deply un cru sublime, malheureusement, malgré une audace qui véhicule de bonnes réflexions, « My Zoé » s’est écroulé dans son dernier acte, qui peine à nous intéresser, tant on ne voit pas vraiment où Julie Delpy veut en venir, et ça, c’est vraiment dommage.

Note : 08/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.